Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 Frédéric Klumpp

Articles avec #une parole pour vous tag

De la doctrine de la vérité

13 Mai 2016 , Rédigé par Revivaliste Frédéric Klumpp. Publié dans #Une parole pour vous

Heureux celui que la vérité instruit elle-même, non par des figures et des paroles qui passent, mais en se montrant telle qu’elle est. Notre raison et nos sens voient peu, et nous trompent souvent. A quoi servent ces disputes subtiles sur des choses cachées et obscures, qu’au jugement de Dieu on ne vous reprochera point d’avoir ignorées? C’est une grande folie de négliger ce qui est utile et nécessaire pour s’appliquer au contraire curieusement à ce qui nuit. Nous avons des yeux, et nous ne voyons point. Que nous importe ce qu’on dit sur les genres et sur les espèces? Celui à qui parle le Verbe éternel est délivré de bien des opinions. Tout vient de ce Verbe unique, de lui procède toute parole, il en est le principe, et c’est lui qui parle en dedans de nous. Sans lui nulle intelligence, sans lui nul jugement n’est droit. Celui pour qui une seule chose est tout, qui rappelle tout à cette unique chose, et voit tout en elle, ne sera point ébranlé, et son coeur demeurera dans la paix de Dieu. O Vérité, qui est Dieu, faites que je sois un avec vous dans un amour éternel! Souvent j’éprouve un grand ennui à force de lire et d’entendre; en vous est tout ce que je désire, tout ce que je veux. Que tous les docteurs se taisent, que toutes les créatures soient dans le silence devant vous: parlez-moi vous seul. Plus un homme est recueilli en lui-même, et dégagé des choses extérieures, plus son esprit s’étend et s’élève sans aucun travail, parce qu’il reçoit d’en haut la lumière de l’intelligence. Une âme pure, simple, formée dans le bien, n’est jamais dissipée au milieu même des plus nombreuses occupations, parce qu’elle fait tout pour honorer Dieu, et que, tranquille en elle-même, elle tâche de ne se rechercher en rien. Qu’est-ce qui vous fatigue et vous trouble, si ce n’est les affections immortifiées de votre coeur? L’homme bon et vraiment pieux dispose d’abord au-dedans de lui tout ce qu’il doit faire au-dehors; il ne se laisse point entraîner, dans ses actions, au désir d’une inclination vicieuse, mais il les soumet à la règle d’une droite raison. Qui a un plus rude combat à soutenir que celui qui travaille à se vaincre? C’est là ce qui devrait nous occuper uniquement: combattre contre nous-mêmes, devenir chaque jour plus forts contre nous, chaque jour faire quelques progrès dans le bien. Toute perfection, dans cette vie, est mêlée de quelque imperfection: et nous ne voyons rien qu’à travers je ne sais quelle fumée. L’humble connaissance de vous-même est une voie plus sûre pour aller à Dieu que les recherches profondes de la science. Ce n’est pas qu’il faille blâmer la science, ni la simple connaissance d’aucune chose; car elle est bonne en soi, et dans l’ordre de Dieu; seulement on doit préférer toujours une conscience pure et une vie sainte. Mais, parce que plusieurs s’occupent davantage de savoir que de bien vivre, ils s’égarent souvent, et ne retirent que peu ou point de fruit de leur travail. Ô s’ils avaient autant d’ardeur pour extirper leurs vices et pour cultiver la vertu que pour remuer de vaines questions, on ne verrait pas tant de maux et de scandales dans le peuple, ni tant de relâchement dans les monastères. Certes, au jour du jugement on ne nous demandera point ce que nous avons lu, mais ce que nous avons fait; ni si nous avons bien parlé, mais si nous avons bien vécu. Dites-moi où sont maintenant ces maîtres et ces docteurs que vous avez connus lorsqu’ils vivaient encore, et lorsqu’ils florissaient dans leur science? D’autres occupent à présent leur place, et je ne sais s’ils pensent seulement à eux. Ils semblaient, pendant leur vie, être quelque chose, et maintenant on n’en parle plus. Oh! Que la gloire du monde passe vite! Plût à Dieu que leur vie eût répondu à leur science! Ils auraient lu alors et étudié avec fruit. Qu’il y en a qui se perdent dans le siècle par une vaine science, et par l’oubli du service de Dieu. Et, parce qu’ils aiment mieux être grands que d’être humbles, ils s’évanouissent dans leurs pensées. Celui-là est vraiment grand, qui a une grande charité. Celui-là est vraiment grand, qui est petit à ses propres yeux, et pour qui la plus grande gloire n’est qu’un pur néant. Celui-là est vraiment sage, qui, pour gagner Jésus-Christ, regarde comme de l’ordure, du fumier toutes les choses de la terre. Celui-là possède la vraie science, qui fait la volonté de Dieu et renonce à la sienne. 

 

Thomas A Kempis

Voir les commentaires

Avoir d’humbles sentiments de soi-même.

13 Mai 2016 , Rédigé par Revivaliste Frédéric Klumpp. Publié dans #Une parole pour vous

Avoir d’humbles sentiments de soi-même.

Tout homme désire naturellement de savoir ; mais la science sans la crainte de Dieu, que vaut-elle? Un humble paysan qui sert Dieu est certainement fort au-dessus du philosophe superbe qui, se négligeant lui-même, considère le cours des astres. Celui qui se connaît bien se méprise, et ne se plaît point aux louanges des hommes. Quand j’aurais toute la science du monde, si je n’ai pas la charité, à quoi cela me servirait-il devant Dieu, qui me jugera sur mes oeuvres? Modérez le désir trop vif de savoir; on ne trouvera là qu’une grande dissipation et une grande illusion. Les savants sont bien aises de paraître et de passer pour habiles. Il y a beaucoup de choses qu’il importe peu ou qu’il n’importe point à l’âme de connaître ; et celui-là est bien insensé qui s’occupe d’autre chose que de ce qui intéresse son salut. La multitude des paroles ne rassasie point l’âme ; mais une vie sainte rafraîchit l’esprit et une conscience pure donne une grande confiance près de Dieu. Plus et mieux vous savez, plus vous serez sévèrement jugé, si vous n’en vivez pas plus saintement. Quelque art et quelque science que vous possédiez, n’en tirez donc point de vanité; craignez plutôt à cause des lumières qui vous ont été données. Si vous croyez beaucoup savoir, et être perspicace, souvenez-vous que c’est peu de chose près de ce que vous ignorez. Ne vous élevez point en vous-même, avouez plutôt votre ignorance. Comment pouvez-vous songer à vous préférer à quelqu’un, tandis qu’il y en a tant de plus doctes que vous, et de plus instruits en la loi de Dieu? Voulez-vous apprendre et savoir quelque chose qui vous serve? Aimez à vivre inconnu et à n’être compté pour rien. La science la plus haute et la plus utile est la connaissance exacte et le mépris de soi-même. Ne rien s’attribuer et penser favorablement des autres, c’est une grande sagesse et une grande perfection. Quand vous verriez votre frère commettre ouvertement une faute, même une faute très grave, ne pensez pas cependant être meilleur que lui; car vous ignorez combien de temps vous persévérerez dans le bien. Nous sommes tous fragiles, mais croyez que personne n’est plus fragile que vous. 

 

Thomas A Kempis

Voir les commentaires

L'imitation de Jésus Christ

13 Mai 2016 , Rédigé par Revivaliste Frédéric Klumpp. Publié dans #Une parole pour vous

Qu’il faut imiter Jésus-Christ, et mépriser toutes les vanités du monde.

Celui qui me suit ne marche pas dans les ténèbres, dit le Seigneur. Ce sont les paroles de Jésus-Christ, par lesquelles il nous exhorte à imiter sa conduite et sa vie, si nous voulons être vraiment éclairés et délivrés de tout aveuglement du coeur. Que notre principale étude soit donc de méditer la vie de Jésus-Christ. La doctrine de Jésus-Christ surpasse toute doctrine des Saints et qui posséderait son esprit y trouverait la manne cachée. Mais il arrive que plusieurs, à force d’entendre l’Évangile, n’en sont que peu touchés, parce qu’ils n’ont point l’esprit de Jésus-Christ. Voulez-vous comprendre parfaitement et goûter les paroles de Jésus-Christ? Appliquez-vous à conformer toute votre vie à la sienne. Que vous sert de raisonner profondément sur la Trinité, si vous n’êtes pas humble, et que par-là vous déplaisez à la Trinité? Certes, les discours sublimes ne font pas l’homme juste et saint, mais une vie pure rend cher à Dieu. J’aime mieux sentir la componction que d’en savoir la définition. Quand vous sauriez toute la Bible par coeur et toutes les sentences des philosophes, que vous servirait tout cela sans la grâce et la charité? Vanité des vanités, tout n’est que vanité, hors aimer Dieu et le servir lui seul. La souveraine richesse est de tendre au royaume du ciel par le mépris du monde. Vanité donc, d’amasser des richesses périssables et d’espérer en elles. Vanité, d’aspirer aux honneurs et de s’élever à ce qu’il y a de plus haut. Vanité, de suivre les désirs de la chair et de rechercher ce dont il faudra bientôt être rigoureusement puni. Vanité, de souhaiter une longue vie et de ne pas se soucier de bien vivre. Vanité, de ne penser qu’à la vie présente et de ne pas prévoir ce qui la suivra. Vanité, de s’attacher à ce qui passe si vite et de ne pas se hâter vers la joie qui ne finit point. Rappelez-vous souvent cette parole du Sage: L’oeil n’est pas rassasié de ce qu’il voit, ni l’oreille remplie de ce qu’elle entend. Appliquez-vous donc à détacher votre coeur de l’amour des choses visibles, pour le porter tout entier vers les invisibles, car ceux qui suivent l’attrait de leurs sens souillent leur âme et perdent la grâce de Dieu. 

 

Thomas A Kempis 

Voir les commentaires

Dans la présence de Dieu !

13 Avril 2016 , Rédigé par Revivaliste Frédéric Klumpp. Publié dans #Une parole pour vous

                               A quoi je comparerai la présence de Dieu ?

 

La présence de Dieu est un sentier ou l'on marche dans la paix, baigné par une douce chaleur d'été.

La présence de Dieu, c'est marcher au milieu des fougères, à l'ombre des grandes arbres.

La présence de Dieu, débouche dans une clairière ou la lumière ne nous aveugle pas.

La présence de Dieu, est un jardin aux mille fleurs dont le parfum nous envahit.

La présence de Dieu est douce, envahissante, reposante.

La présence de Dieu, nous transporte, comble nos vides et guéris nos blessures.

Puis soudain, comme un doux vent léger qui effleure nos oreilles, c'est le doux murmure de ta parole.

Ta parole Seigneur, est comme un fruit sucré.

C'est les abeilles qui nous invitent à déguster un nectar de très grand prix, c'est un miel délicat qui nous rempli de toi !

Ta parole, c'est le gazouillis des oiseaux qui nous rappel sans cesse tes commandements, tes lois et des ordonnances.

Et là, dans ta présence, tu nous revêt de ton amour telle une couverture.

Ton amour, c'est d'être assis au pied d'un tilleul en fleur, laisser son parfum nous embaumer.

Ton amour, c'est lorsque je contemple l'œuvre parfaite de tes mains.

Ton amour, c'est laisser le jour partir et de voir la nuit nous couvrir, nous laissant contempler la voûte céleste, œuvre de tes mains.

Ton amour, c'est laisser toute ta plénitude nous remplir.

Ton amour est indescriptible, il nous enveloppe de toute part.

En lui, il n'y a ni hauteur, ni profondeur, ni longueur, ni largeur, mais il demeure.

Ton amour, est une source intarissable, celui-ci nous berce, nous réconforte et ta douceur est une caresse.

Et là, loin de tout ce tumulte du monde, loin de toute cette folie, c'est auprès de toi que je trouve mon refuge, lorsque le crépuscule se fait, lorsque les derniers oiseaux regagnent leurs nids, lorsque la ville s'endort doucement, lorsque le silence se fait, ta paix m'inonde, et là à l'orée du bois, j'entends le doux murmure de ta voix, ta voix m'apaise et mon cœur est dans la joie, et mon âme tressaille d'allégresse.

Seul, je laisse tout mon corps m'envahir par ta présence, je fermes mes yeux et tout mon être dans la paix.

Je suis submergé, et ta douce voix murmure à mes oreilles.

Tu m'honores de ta présence, je ne peux que te dire merci. 

 

Revivaliste Frédéric Klumpp.

Voir les commentaires

Le réveil et la réforme !

9 Décembre 2015 , Rédigé par Revivaliste Frédéric Klumpp. Publié dans #Une parole pour vous

Il y a depuis quelques temps, des gens qui nous parlent de réveil et de réforme.

Pour ma part, c'est une bonne chose que de parler de réveil et de réforme, si nous parcourons l'histoire du christianisme, nous allons y découvrir que bon nombres de nos contemporains ont eu accès à ce mouvement de réveil, Wesley, Finney, Withfield et bien d'autre encore ont été des déclencheurs de réveil et de réforme.

Aujourd'hui encore et merci Seigneur, bon nombres d'entres nous voyant le déclin de l'Eglise, sente en eux une force qui les pousses à vouloir exprimer un désir de vouloir réformer et réveiller l'Eglise. 
Je suis de ceux qui pensent que le déclin de l'Eglise, existe depuis quelques décennies déjà, malgré la protestation de certains qui veulent nous faire croire que l'Eglise va bien, et bien non l'Eglise ne va pas bien du tout. 
Je pense que Dieu qui est souverain de tout, suscite parmi les hommes, certains pour porter le message du réveil, mais voilà le problème.

Certains, et sans donné de noms mais je sais que vous les connaissez déjà, se sont mis en quête t'apporter ce réveil dans notre nation, malheureusement ils le font avec une certaine dictature irrespectueuse, ils veulent bouleverser le monde des chrétiens, mais la manière dont ils procèdent, ne font qu'aggraver les choses.

Tout abord laisser moi vous montrer une chose, toutes réformes quelque soit, doit impérativement commencer dans notre coeur ! C'est là que commence le réveil spirituel, lorsque l'ont prend conscience de notre état de délabrement, la manière dont nous avons exigés des brebis, la manière dont nous nous sommes comportés envers d'autres frères et sœurs ! Des refus d'obéir à Dieu, et toutes nos agissements non fondé sur la Parole de Dieu.

Chaque conducteurs devrais se remettre en question sur sa position. Et d'avoir l’honnêteté si il est sincère avec lui même de reconnaître qu'il a fait des erreurs. J'ai fait des erreurs, je l'ai est confessé, je me suis remis en question, mais Dieu a trouvé en moi un coeur sincère et ma remis sur le chemin initial qu'il avait tracer pour moi. Il a fallu que j'apprenne l'école du renoncement, du brisement, de crucifié ce "moi" pathétique et orgueilleux, et pour vous dire, ce n'est pas dans les écoles de théologies que l'ont vous apprend cela. Voici la première partie de mon message, je vous laisse réfléchir sur ce qui vient d'être dit, et je vous dis à bientôt.

Voir les commentaires

En attendant le jour du Seigneur

29 Janvier 2013 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Une parole pour vous

enlevement.jpg

 

 

En effet, vous savez, vous mêmes parfaitement que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Quand ils diront : Paix et sécurité ! alors la destruction arrivera sur eux à l'improviste, comme les douleurs de l'accouchement sur la femme enceinte, et ils n'échapperont en aucun cas.

Mais vous, Frères (et soeurs) vous n'êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour, tel un voleur, vous surprenne ; car vous êtes tous fils (et filles) de la Lumière et fils (et filles) du jour. Nous n'appartenons pas à la nuit ni aux ténèbres. Ainsi donc, ne dormons pas comme les autres, mais veillons et soyons sobres.

 

(1Th 5/2.6)

 

Voir les commentaires

Une Parole pour vous

29 Janvier 2013 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Une parole pour vous

Si quelqu'un propage d'autres enseignements et ne suit pas les saines paroles de notre Seigneur Jésus Christ et l'enseignement à la piété, il est aveuglé par l'orgueil, il ne sait rien ; il a la maladie des débats et des querelles de mots. De là naissent l'envie, les disputes, les calomnies, les mauvais soupçons. Les contestations interminables de gens à l'intelligence pervertie, qui considèrent la piété comme une source de gain.

1 Tm 6/3.4.5

Voir les commentaires

je suis le chef de l`armée de l`Éternel

16 Octobre 2012 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Une parole pour vous

Comme Josué était près de Jéricho, il leva les yeux, et regarda. Voici, un homme se tenait debout devant lui, son épée nue dans la main. Il alla vers lui, et lui dit: Es-tu des nôtres ou de nos ennemis? Il répondit: Non, mais je suis le chef de l`armée de l`Éternel, j`arrive maintenant. Josué tomba le visage contre terre, se prosterna, et lui dit: Qu`est-ce que mon seigneur dit à son serviteur? Et le chef de l`armée de l`Éternel dit à Josué: Ote tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est saint. Et Josué fit ainsi. Josué 5/13.15

Voir les commentaires

Heureux celui...

2 Octobre 2012 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Une parole pour vous

6i96xzkz

 

Heureux celui à qui la transgression est remise, A qui le péché est pardonné! Heureux l`homme à qui l`Éternel n`impute pas d`iniquité, Et dans l`esprit duquel il n`y a point de fraude! 3 Tant que je me suis tu, mes os se consumaient, Je gémissais toute la journée; Car nuit et jour ta main s`appesantissait sur moi, Ma vigueur n`était plus que sécheresse, comme celle de l`été. -Pause. Je t`ai fait connaître mon péché, je n`ai pas caché mon iniquité; J`ai dit: J`avouerai mes transgressions à l`Éternel! Et tu as effacé la peine de mon péché. Ps 32

Voir les commentaires

Bonne journée

20 Septembre 2012 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Une parole pour vous

Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c`est-a-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. Hb 13/15

Voir les commentaires