Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 Frédéric Klumpp

Articles avec #histoires tag

alala lala

12 Décembre 2014 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Histoires

Dieu a créer l'homme, il a même créer celui qui nierai son existence, c'est pour vous dire qu'il est sûr de Lui.

 

source: Internet

Voir les commentaires

Entretien...

12 Juillet 2013 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Histoires

Un jour satan s'entretien avec un homme, et lui dit : Tu sais que tu m'appartient n'est ce pas ? Tu peux faire tout ce que tu veux et dire tout ce que tu veux, tu m'appartient. Tu sais c'est écrit depuis le début !

A cela l'homme lui répond : Je sais que c'est écrit depuis le début, mais bien des pages ont été écrites depuis, maintenant mon maître est Jésus, tu sais celui qui a eu les mains et les pieds perçés à cause de nos péchés, tu sais qu'il est réssucité et qu'il est assis à la droite de Dieu ? Aujourd'hui je lui appartient, il est le Maître de ma vie et tu ne peux plus rien y faire.

 

Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende !!!

Voir les commentaires

Le secours me vient de l'Eternel

19 Avril 2012 , Rédigé par sentinelle80 Publié dans #Histoires

Cela se passe dans un village, comme il en existe beaucoup. Cela fait plusieurs jours qu'il pleut et l'inondation commence à se faire voir. Pour la sécurité des personnes de son village, le maire décide d'évacuer les personnes. Alors les pompiers viennent et commencent l'évacuation. Arrivant devant une maison, il voit un homme, un dès pompiers lui dit : Monsieur venez on vous emmène monter dans le camion ! Et celui çi répond : Non le secours me vient de l'Eternel. A cela les pompiers partent. Plus tard alors que l'eau avait monter, ces mêmes pompiers reviennent en barque, voyant le monsieur à l'étage de sa maison; ils lui dirent : Monsieur on vient vous cherchez ! Et il répond : Pas la peine le secours me vient de l'Eternel. La pluie tombait toujours et les eaux grandissaient, se retrouvant sur le toit de sa maison, les pompier viennent en hélicoptère pour le chercher, mais lui répondis : Non, le secours me vient de l'Eternel. Et il fut emporter par les eaux et mourut.

Arrivant devant Dieu, il lui fait ces reproches, mais qu'as tu fais, je croyais en toi, tu aurais pu me délivrer, mais à coté de cela tu me laisse mourir, comment as tu faire faire une chose pareil hein ????

Et Dieu qui le regarde avec beaucoup d'amour lui répond : Je t'ai envoyer un camion tu as refuser, je t'ai envoyer une barque tu as refuser, je t'ai envoyer un hélicoptère et tu as refuser, alors dis moi, qu'est ce que tu voulais que je fasse de plus pour toi ?

 

  il nous arrive parfois, que l'on soit dans une situation désespérante, mais Dieu qui est bon, nous envois souvent des petites choses qui nous paraissent insignifiantes, où bien nous pouvons recevoir une parole soit par mail, soit par un coup de téléphone.

Combien de fois nous nous sommes mis en colère face à une situation dramatique ? Combien de fois nous avons été colérique au point de faires des choses regrettables ?

 

Dans toutes situations que l'on rencontres, sachez que Dieu nous enverras toujours quelques choses pour nous aider. Il ne nous abandonneras pas et nous ne délaisseras pas, jamais. Sachez reconnaître comment Dieu vient à notre secours. Cette histoiure est une invention, mais l'essence même de cette histoire doit nous donner de quoi réfléchir.

Shalom

Sentinelle80

Voir les commentaires

Prédication

9 Avril 2012 , Rédigé par sentinelle80 Publié dans #Histoires

Un dimanche matin, un pasteur commence son sermon par ces paroles : Mes frères, il est écris : Tu aimeras ton prochain comme toi même, et non pas tu aimeras la femme de ton prochain comme la tienne.

Voir les commentaires

LE LEZARD

1 Avril 2012 , Rédigé par sentinelle80 Publié dans #Histoires

ll y avait une fois un roi qui possédait une tour sur une colline. Il fit savoir qu'il avait besoin d'un gardien pour la surveiller.
Quiconque aura à la défendre " disait-il, " aura une récompense magnifique.
Un jeune homme vaillant, robuste et courageux, se présenta.
Tu as une cuirasse, dit le roi, un casque, une épée, une lance. Seulement, prends garde à ta mission : personne ne doit entrer dans la tour. Si tu la gardes durant tout l'hiver, ta fortune sera faite !
Assuré de son succès, le jeune homme endossa son équipement et partit pour la colline.
Du haut des créneaux, il observait l'horizon. Parfois des visiteurs s'approchaient.

 Pouvons-nous monter sur la tour ?
Non, l'entrée est interdite !
Et pour quarante sous ?
Ni pour quarante, ni pour cent sous !
Quand ils insistaient, le jeune gardien les menaçait de sa lance.

 Ce n'est pas difficile de garder la tour " pensait-il, " j'aurai sûrement ma récompense.
Parfois le temps lui paraissait long car, le donjon était isolé et, le jeune homme n'avait pas vingt ans.
Un soir, vers cinq heures, le jeune gardien entendit un petit grattement.
Est-il permis de monter dans la tour ?
Non, personne ne peut monter !
Je ne suis pas une personne !
Qui donc es-tu ?
Je suis un petit lézard.
La porte doit rester fermée !
Tu n'as pas à l'ouvrir. Il suffit de l'entrebâiller. D'ailleurs, je ne resterai pas longtemps : 10 minutes.
Le jeune homme pensa :
Un lézard n'est pas une personne ! Entrebâiller la porte, ce n'est pas l'ouvrir. Dix minutes, ce n'est pas long ! Il lui dit de monter.
Dès qu'il eut pénétré dans la tour, le petit lézard, qui parlait fort bien, charma son hôte par une conversation passionnante.
Quand il partit, le gardien lui dit :
Tu pars déjà !
Eh oui, les dix minutes sont passées.
Il était bien gentil ce lézard songeait le jeune homme.
Le lendemain, à la même heure, vers 5 heures du soir, comme la nuit commençait à tomber, un petit grattement se fit entendre.
Puis-je monter ?
Ah c'est toi ?
Oui, je ne resterai pas longtemps, un quart d'heure seulement.
Il s'installa près du foyer, puis, au moment fixé il disparu.
Le troisième jour, vers 5 heures, nouveau petit grattement, nouvel appel.
Puis-je monter ? Je ne resterai pas longtemps : une demi-heure !
Le lézard monta. La demi-heure s'envola comme dans un rêve. Lorsqu'elle fut achevée, le lézard laissa échappait une plainte :
Ce soir, il fait froid ! Il vente ! Il neige ! Ne me permets-tu pas de passer la nuit dans la tour ? Je me blottirai dans les pierres du foyer et je partirai demain matin ?
Avec un peu d'hésitation, le jeune homme accepta. La conversation animée se poursuivit jusqu'à minuit. Puis le jeune gardien alla prendre son repos. Mais, il dormit mal cette nuit là. Il se retournait dans son lit, troublé par des cauchemars.
Le lendemain, au réveil, il pensa :
Ce qui m'ennuie, c'est ce petit lézard ! Je vais le chasser.
Mais le petit lézard avait grandi pendant la nuit. Il faisait plus d'un mètre de long et un demi-mètre d'épaisseur !
Je vais le tuer pensa aussitôt le jeune homme. Mais, par mégarde, il avait laissé près de la cheminée sa lance et son épée. Quand il voulu s'en emparer, le monstre bondit sur lui, prêt à le dévorer.
Je vais ouvrir la porte tout grande imagina le malheureux gardien. Sûrement le monstre sortira. Sans casque, sans cuirasse, sans épée, le jeune homme bouleversé descendit l'escalier et sortit laissant la porte ouverte derrière lui.
Comme il arpentait la colline, anxieux, il vit apparaître le roi !
Que fais-tu là ? C'est ainsi que tu gardes la tour ?
Il m'est arrivé un malheur !
Ah ! Tu as laissé entrer quelqu'un dans la tour !
Oh ! Ce n'était pas quelqu'un.
Comment ?
Un petit lézard et maintenant ... il y a un monstre dans la tour.
Ah ! dit le roi, Tu n'as pas su garder la tour. Viens avec moi.
Comme ils s'approchaient du donjon, la tête du monstre apparut entre les créneaux ; une patte pendant à droite et une autre à gauche. Le corps du monstre remplissait l'escalier et sa queue sortait par la porte.
C'est ainsi que tu as gardé la tour ?
Le jeune homme était consterné. Le roi qui était très puissant, prit alors son épée et transperça le monstre qui poussa un grand cri. Puis, il dit à ses serviteurs : Nettoyez la tour !
Se tournant avec tristesse vers le jeune gardien, le roi lui dit :
Quant à toi, tu as perdu ta récompense.

La leçon de cette légende est facile à saisir :
La tour qu'il faut garder, c'est notre cœur.
Le gardien, c'est chacun d'entre nous.
Le lézard, c'est le péché, d'abord subtil, discret, et bientôt envahissant.
Le roi qui ordonne et qui rétribue, c'est JESUS-CHRIST.
La récompense, c'est la gloire à venir.

Voir les commentaires

LE DIABLE VEND SES OUTILS

1 Avril 2012 , Rédigé par sentinelle80 Publié dans #Histoires

Se retirant des affaires, le diable décida de vendre ses outils. A l'heure de la vente, ils étaient tous exposés.
Il y avait là, côte à côte, la haine, la jalousie, la débauche sexuelle, le mensonge, l'hypocrisie et d'innombrables autres instruments de destruction.
Curieusement, un peu à l'écart se trouvait un outil d'apparence insignifiante, mais au tranchant bien aiguisé. Quelqu'un interpella le diable :
- A quoi sert cet outil ?
- Il s'agit du découragement, répondit le diable.
- Pourquoi l'as-tu mis à un prix aussi élevé ?
- Parce que je l'utilise beaucoup plus que les autres ! Chez certains chrétiens, par exemple, impossible de besogner efficacement avec la plupart de mes outils, sauf avec celui-là. Muni de cet instrument je pénètre absolument partout ! C'est d'ailleurs ce qui explique qu'il soit le plus usé de tous.
Ca donne a réfléchir...

Voir les commentaires

Petite histoire...

21 Février 2012 , Rédigé par sentinelle80 Publié dans #Histoires

Un jour sur un bateau qui emmenais John Wesley pour l’Angleterre, des jeunes un peu éméchés se moquaient de lui, quand l'un d'eux lui dit : Mr Wesley j'ai une bonne nouvelleà vous dire, Satan est mort, et Wesley de répondre : Toutes mes condoléances vous voilà donc orphelins.

Voir les commentaires

Smith Wigglesworth

25 Septembre 2011 , Rédigé par sentinelle80 Publié dans #Histoires

                                                              wigglesworth_id1.gif

 

 

 

L'APÔTRE DE LA FOI
par un auteur anonyme

Smith Wigglesworth fut sans doute l’un des hommes les plus oints de Dieu qui ait vécu à une époque récente. Il fut connu sous le nom d'Apôtre de la Foi, et si quelqu'un méritait d'être décrit comme étant "rempli de foi et du Saint-Esprit", c’était bien lui. Il vécut et marcha continuellement dans le présence de Dieu. Et les miracles qui accompagnaient son ministère étaient du genre de ceux que l'on a vus rarement depuis les jours des apôtres. Des gens nés aveugles et sourds, des estropiés - tordus et déformés par la maladie, d'autres au seuil de la mort rongés par le cancer ou toutes sortes de maladie- tous furent guéris par la puissance formidable de Dieu. Même des morts furent ressuscités.

 

 

 

Né en 1859 dans la pauvreté, Smith Wigglesworth fut converti par les Méthodistes à l’âge de huit ans. Dès cette époque, il désirait ardemment Dieu et avait la passion des âmes. Il était dans le chœur de l'église Épiscopale locale. "Quand la plupart des garçons dans le chœur avaient douze ans, ils durent recevoir la confirmation par l'évêque. Je n’avais pas douze ans, mais entre neuf et dix ans, quand l'évêque mit ses mains sur moi. Je me rappelle que lorsqu’il m’imposa les mains, j’eus une expérience semblable à celle que j'allais avoir quarante années plus tard quand je fus baptisé du Saint-Esprit. Mon corps entier fut rempli de la conscience de la présence de Dieu, une conscience qui resta en moi pendant des jours. Après la cérémonie de confirmation, tous les autres garçons juraient et se disputaient et je me suis demandé ce qui avait fait la différence entre eux et moi." (Stanley Frodsham, Smith Wigglesworth, Apôtre de la Foi, page 13 - la plupart des citations suivantes sont aussi extraites de cet excellent livre).

 

Plus tard, Wigglesworth fut entièrement immergé dans l'eau par les Baptistes. Mais veuillez noter que toutes ses premières années de ministère et sa recherche de Dieu sont venues bien avant le réveil d’ 'Azusa Street' et le premier mouvement Pentecôtiste. Smith avait une faim de Dieu et il expérimenta beaucoup de percées dans de nouveaux niveaux d’onction bien avant même qu’il eut expérimenté le Baptême du Saint-Esprit et parlé en langues. Il était déjà renommé pour son ministère de guérison et avait vu Dieu agir puissamment, bien avant même que l’on parle de la nouvelle expérience de la Pentecôte. À la différence de nous aujourd'hui, qui commençons essentiellement par le Baptême dans l'Esprit comme notre première réelle onction, pour Smith, c'était le point culminant de longues années de recherche et de faim de Dieu, et ainsi c'était beaucoup plus proche d'un réel "revêtement de puissance d’en-haut" du Nouveau Testament.

 

Smith Wigglesworth déclara : "J'ai eu l’enseignement biblique de base parmi les Frères du Plymouth. J'ai marché au pas sous le sang et la bannière de feu de l'Armée du Salut, apprenant à gagner des âmes en plein air. J'ai reçu la deuxième bénédiction de sanctification et un cœur purifié dans l'enseignement de Reader Harris et la Ligue Pentecôtiste. J'ai réclamé le don de l'Esprit Saint par la foi en attendant dix jours devant le seigneur. Mais c’est à Sunderland-, en 1907, que je me suis mis à genoux devant Dieu et ai expérimenté Actes 2:4 ..." (Page 119). Il décrivit cette expérience comme suit : " Elle [Madame Boddy, la femme d'un ministre] a mis ses mains sur moi et a ensuite dû sortir de la pièce. Le feu est tombé. Cela a été un temps merveilleux alors que j'étais là seul avec Dieu. Il m'a baigné dans la puissance. J'ai eu la conscience d’être purifié par le sang précieux et je me suis écrié : 'Propre! Propre! Propre! ' J'ai été rempli de la joie de la conscience de la purification. J'ai reçu une vision dans laquelle j'ai vu le seigneur Jésus-Christ. J'ai contemplé la croix vide et je L'ai vu glorifié à la droite de Dieu le Père. Je ne pouvais plus parler en anglais, mais j'ai commencé à Le louer dans d'autres langues selon que l'Esprit de Dieu m'inspirait les mots. J’ai su alors, bien que j’aie reçu des onctions précédemment, que maintenant, enfin, j'avais reçu le réel Baptême dans le Saint-Esprit comme ils l’ont reçu le jour de la Pentecôte. "(Page 44).

 

Après cette expérience, rien ne pouvait arrêter Smith Wigglesworth. Il était une flamme pour Dieu et le feu tombait partout où il allait. Il dit : "Je crois que les ministres de Dieu doivent être les flammes de feu. Rien de moins que des flammes. Rien de moins que des instruments puissants, avec des messages ardents, avec des cœurs pleins d'amour. Ils doivent avoir une PROFONDEUR DE CONSÉCRATION, dans laquelle Dieu a pris la pleine charge du corps et il existe seulement dans le but de manifester la Gloire de Dieu. Un Baptême dans la mort dans laquelle la personne est purifiée et stimulée..." Il posséda certainement une audace, une hardiesse dont l’équivalent a rarement été vu dans la Chrétienté des temps modernes. Ce n'était pas rare pour lui d’annoncer à ses réunions : "Chaque sermon que Christ a prêché était introduit par un miracle spécifique. Nous allons suivre Son exemple. La première personne dans ce grand auditoire qui se lèvera, quelle que soit sa maladie, je prierai pour cette dernière et Dieu le ou la délivrera." Et la première personne à se lever, même si c’était l'estropié le plus déformé, était guérie!

 

A une autre occasion typique, un homme s’avança pour la prière à cause d’une douleur à l’estomac et, en commandant à la douleur de partir, Wigglesworth donna un coup de poing à l'homme dans l'estomac si fort qu'il fut envoyé au milieu de la pièce (complètement guéri)! Ce genre de choses arriva plus d'une fois. Wigglesworth croyait qu’il fallait COMMANDER au malade d’être guéri au nom de Jésus. Sa foi était une foi sainte et agressive. C’était un homme "violent", prenant position contre le diable par la force. Et pourtant c’était aussi un homme de grande compassion -, ainsi que de grande autorité. Le diable le savait certainement quand Smith Wigglesworth arriva en ville!

 

Un certain nombre de gens furent aussi littéralement ressuscités des morts sous le ministère de Smith. Voici son propre compte-rendu d'une de ces occasions : "Mon ami a dit: 'Elle est morte.' Il était effrayé. Je n'ai jamais vu un homme aussi effrayé dans ma vie. 'Que ferai-je?' a-t-il demandé. Il se peut que vous pensiez que ce que j'ai fait était absurde, mais je me suis étendu sur le lit et l'en ai retirée. Je l'ai portée à travers la chambre, l’ai mise debout contre le mur en la tenant, alors qu’elle était absolument morte. J'ai examiné son visage et j’ai dit: ' Au nom de Jésus je chasse cette mort. ' Du haut de sa tête jusqu’à ses pieds, son corps tout entier a commencé à trembler. ' Au nom de Jésus, je commande que vous marchiez, ' ai-je dit. J’ai répété: ' Au nom de Jésus, au nom de Jésus, marchez! ' Et elle a marché." (Page 59). Non seulement cette femme a t-elle été ressuscitée des morts, mais elle a été immédiatement guérie d'une maladie épouvantable aussi. Elle a commencé à témoigner aux gens de son expérience de mort et de sa restauration. Il a été enregistré que Smith Wigglesworth a ressuscité des morts 23 personnes en tout, au cours des années de son ministère.

 

Une fois, alors que Smith attendait à un arrêt d'autobus, une femme avait des difficultés à obtenir de son petit chien, qui la suivait, qu’il aille à la maison. D'abord elle essaya de le flagorner et de lui demander gentiment de rentrer à la maison. Mais après avoir essayé cela en vain, la femme tapa soudainement des pieds et dit sévèrement : Rentre à la maison immédiatement! ' Le chien partit immédiatement à la maison, en prenant les jambes à son cou. 'C'est ainsi que vous devez traiter le diable ', dit Wigglesworth, assez fort pour que tous ceux qui attendaient à l'arrêt d'autobus pussent entendre. Et c'était son attitude envers le diable, à chaque moment de chaque jour nouveau. Il voyagea littéralement à travers le monde entier dans les années 1920 et 1930 et des milliers furent sauvés et guéris partout où il allait. Souvent il arrivait dans un endroit presqu’inconnu sans s’être annoncé, mais en quelques jours il y avait des milliers qui se pressaient pour l’entendre, la puissance de Dieu qui se manifestait à ses réunions était si forte. Dieu était vraiment glorifié partout il allait.

 

C’était un homme qui marcha et vécut dans la présence même de Dieu. Et pourtant, par beaucoup d’aspects, c’était un homme très naturel, terre-à-terre. Et il n'avait pas peur non plus de déclarer des réprimandes sévères et imponctues. Son but était d'être dans une communion constante et intacte avec le Père. Il avait passé des heures et des jours à chercher ardemment Dieu dans ses premières années, mais plus tard, "Bien que sa vie ait été une combinaison de prière incessante et de louange, et chacun de ses mots et son œuvre, un acte d'adoration, il ne lui fut pas donné d’être dans des périodes prolongées de jeûne et prière." (Page 122). Au lieu de cela, il avait appris le secret d'être dans la communion continue et intime avec Dieu (parfois en se réfugiant calmement en lui-même à cette fin), même quand il se trouvait noyé parmi une foule de gens. Il marchait par la foi et était "dans l'Esprit" à tout moment. Ce fut le secret essentiel de son succès. Il dit : "Il y a deux aspects à ce Baptême : le premier est que vous possédez l'Esprit; le deuxième est que l'Esprit vous possède." (Voir 'The Life of Smith Wigglesworth' (la Vie de Smith Wigglesworth) par Jack Hywel-Davies). Il avait évalué le coût et tout était à Dieu. C’était un homme qui comprit vraiment l'AUTORITÉ DANS LA PIETE et Y MARCHA par la foi. Il dit : " 'Être rempli de l'Esprit,' c'est-à-dire, être FOURRÉ de l'Esprit, si rempli qu'il ne restera aucune place pour autre chose." Ce fut de cette façon qu'il vécut. Plein d'audace, plein de hardiesse, "rempli de foi et du Saint-Esprit."

 

A une occasion, il se rappela : "Je voyageais à Cardiff au Sud du Pays de galles. J'avais passé beaucoup de temps dans la prière durant le voyage. Le compartiment était rempli de gens que je savais non sauvés, mais comme il y avait tant de discussions et de plaisanteries, je ne pus pas placer un seul mot pour mon Maître. Comme le train s'approchait de la station, je pensai que je me laverais les mains ... et comme je retournais dans le compartiment, un homme bondit et dit : 'Monsieur, vous me convainquez de péché' et il se jeta à genoux séance tenante. Bientôt dans le compartiment entier, les gens s'écrièrent de la même façon. Ils dirent :'Qui êtes-vous ? Qu'est-ce que vous êtes? Vous nous convainquez tous de péché '..." (Stanley Frodsham, 'Smith Wigglesworth - Apôtre de la Foi ', page 80). Cet épisode me rappelle beaucoup un autre évangéliste plein d’audace, direct et oint - Charles G. Finney, qui s’était trouvé dans une occasion où, après un puissant Baptême du Saint-Esprit quelques années plus tôt, même des commentaires qu'il fit au passage, percèrent les gens au cœur de la conviction de péché. Il allait devenir un des plus grands Revivalistes de tous les temps (il mourut en 1875).

 

Smith Wigglesworth insistait grandement sur la pureté et la sainteté, comme tous les vrais Revivalistes. Il disait : "Vous devez chaque jour élever le niveau. Vous devez renoncer à vous-mêmes pour faire des progrès avec Dieu. Vous devez refuser toute chose qui n'est pas pure et sainte. Dieu vous veut purs de cœur. Il veut que vous ayez un désir intense de sainteté... Deux choses vous feront sauter dans les promesses de Dieu aujourd'hui. L’une est la pureté et l'autre est la FOI, qui est embrasée de plus en plus PAR LA PURETÉ." (Page 125). Cette déclaration contient ce qui est probablement la clé du succès remarquable de Smith Wigglesworth en Dieu. Et c'est évidemment une clé dont il vaut bien la peine de se souvenir pour nous-mêmes aussi. Un autre point à se rappeler consiste en ce que Smith était très conscient des dangers de l'argent et se gardait soigneusement de la possibilité de l'avidité qui pouvait pénétrer dans son cœur. Il fut vraiment au-dessus de tout reproche dans ce domaine également.

 

 

 

C'est ma conviction que Smith Wigglesworth a été une sorte "de signe avant-coureur" direct du genre de ministères qui sont sur le point de surgir à notre époque. Je crois que les ministères apostoliques à venir, qui seront les porteurs du vrai réveil des derniers temps, combineront la foi audacieuse, accompliront les miracles de Smith Wigglesworth avec la prédication de Charles Finney produisant de profondes convictions de péché. Et ils agiront sous une puissante onction qui combinera le meilleur de ces deux types de ministères. Combien glorieux ces jours seront! Smith Wigglesworth lui-même mourut en 1946 à l'âge très avancé de 87 ans, restant une flamme de Dieu jusqu’à la fin. Qu’il soit un exemple pour nous tous.

 

Lecture recommandée: Biographie de Smith Wigglesworth par Denis Ganin

Voir les commentaires

Gloire à Dieu

19 Juillet 2011 , Rédigé par sentinelle80 Publié dans #Histoires

Gloire à Dieu
Imagine que ça t'arrive...
Un dimanche matin pendant le culte, une assemblée de 2000 membres était très étonnée de voir deux hommes vêtus de noir de la tête aux pieds entrer dans l'église avec des armes automatiques.

L'un des hommes dit à haute voix
"Que celui qui est prêt à se prendre une balle pour Christ reste à sa place."
Immédiatement, la chorale a pris la fuite...
Les diacres ont pris la fuite...
Et une majorité de l'assemblée a pris la fuite...
L'assemblée finalement,...il n'en reste plus qu'une vingtaine.
L'homme qui avait parlé retira sa capuche...
Puis il regarda le prédicateur et dit :
"Ok pasteur, je me suis débarrassé de tous les hypocrites.
Maintenant tu peux commencer ton culte. Passe une bonne journée !"
Et les deux hommes se retournèrent et sortirent.
Cette histoire contient quelque chose de trop profond pour ne pas le faire passer à d'autres.
C'est drôle comment c'est facile pour les gens de repousser Dieu,
et ensuite se demander pourquoi le monde en est à son état actuel
C'est drôle comme on croit tout ce que les journaux nous disent, mais qu'on questionne ou ne croit pas ce que la BIBLE dit !
C'est drôle comme tout le monde veut aller au paradis à condition qu'ils n'aient pas à croire, penser ou dire ce que la Bible dit. Où est-ce que c'est effrayant?
C'est drôle comme quelqu'un peut dire "je crois en Dieu"... Mais quand même suivre Satan (qui, dit en passant "croit aussi en Dieu".)
C'est drôle comment on peut envoyer un millier de blagues par e-mail, qui se propageront plus rapidement qu'un feu de forêt.
Mais dès qu'on commence à envoyer des messages qui parlent du Seigneur, on réfléchit deux foix avant de les partager.
C'est drôle comment tout ce qui est obscène, vulgaire, brut et choquant se trouve partout sur internet.
Mais la discussion publique de Jésus a été supprimée à l'école et au Bureau.
C'est drôle, n'est-ce pas comment une personne peu avoir le feu pour Le Dimanche.
Mais être un chrétien invisible le reste de la semaine
Est-ce que tu rigoles ?, dès que tu devras envoyer ce message à d'autres.
Tu ne l'enverras pas à beaucoup de ton carnet d'adresse parce que tu n'es pas sûr de ce qu'ils croient...ou de ce qu'ils penseront de toi si tu le leur envoies.

C'est drôle comment je peux me soucier plus de ce que les autres pensent de moi...que ce que Dieu pense de moi.

Est-ce que tu réfléchis ?
Vas-tu partager cette histoire avec les gens qui sont importants pour toi ? Ou non ?

Que sa grâce se déverse sur vous
Qu'il vous donne sa paix et son Amour.
Que chacun de vous apprenne à parler de Dieu sans honte.

QUE DIEU VOUS BÉNISSE ET VOUS GARDE

Voir les commentaires

J'ai failli vendre ton fils pour une pièce d'argent !

19 Juillet 2011 , Rédigé par sentinelle80 Publié dans #Histoires

L'histoire se déroule il y a quelques années. Un pasteur vient d'accepter la responsabilité d'une église d'une grande ville. Il a l'occasion de prendre le bus. Après avoir payé sa place, il constate que le chauffeur lui a rendu trop d'argent.

Il y réfléchit, et des pensées contradictoires s'affrontent en lui. Tantôt "tu dois rendre l'argent, il serait mal de le garder"; tantôt "non, la somme est si minime, ne te casse pas la tête, la compagnie fait d'ailleurs toujours trop payer. De toute façon, elle ne saura jamais que cette somme manque. Accepte-la comme un cadeau de Dieu et ne dis rien."

Avant de descendre, il hésite une seconde, puis rend le trop-perçu au chauffeur en lui expliquant l'erreur. Le chauffeur sourit et lui demande: "N'êtes-vous pas le nouveau pasteur? Depuis peu, je me demandais où je pourrais adorer Dieu. Je vous testais pour voir ce que vous feriez du surplus d'argent. Je vais donc venir à votre église ce dimanche!"

A sa descente du bus, le pasteur s'appuie fermement sur un lampadaire et confesse: "Ô Dieu, j'ai failli vendre ton fils pour une pièce d'argent!"

Voir les commentaires