Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 Frédéric Klumpp

Articles avec #enseignements tag

La prospérité selon Dieu

7 Septembre 2017 , Rédigé par Frédéric Klumpp. Publié dans #Enseignements

Bienheureux est l'homme qui ne vit point selon le conseil des méchants, et qui ne s'arrête point dans la voie des pécheurs, et qui ne s'assied point au banc des moqueurs ; Mais qui prend plaisir en la Loi de l'Éternel, et qui médite jour et nuit en sa Loi.
Car il sera comme un arbre planté près des ruisseaux d'eaux, qui rend son fruit en sa saison, et duquel le feuillage ne se flétrit point ; et [ainsi] tout ce qu'il fera prospérera.

Dans son premier chapitre des Psaumes, David nous donne une description très intéressante concernant l'homme qui voudrait vivre avec Dieu
Prenons le temps de comprendre d'un peu plus près ce texte.

Ce texte commence avec une affirmation "bienheureux", le mot bienheureux signifie que l'homme est très heureux, qu'il jouit d'un bonheur complet.
Bienheureux l'homme qui ne vit pas selon le conseil des méchants.
David établi un contraste entre deux seuls types de personnes que Dieu distingue.
Les premiers, hommes de bien, qui sont caractérisés par la droiture, l'amour, l'obéissance à la Parole de Dieu et le plus important la séparation d'avec le monde.
Et les deuxièmes, les impies, qui représentent les voies et les conseils du monde, qui ne se fondent pas sur la Parole de Dieu et qui, par conséquent ne font pas partie de l'assemblée du peuple de Dieu 

Nous avons tous des amis qui ne sont pas forcements croyants, il y a même des gens de notre propre famille qui ne le sont pas. 
Maintenant si vous prêtez l'oreille à leur discours, à leur propos, vous allez y découvrir qu'ils connaissent tout, quelques soit ton problème ils ont la solution, eux-mêmes t'explique comment tu dois faire, ils ont toujours de bons conseils. Mais, quels sont ces conseils ? Nous avons un livre qui s'appelle la Bible, en elle nous trouvons toutes les solutions car elle est la Parole de Dieu. Ces gens sont bien attentionnés, il n'y a pas de doute, mais leurs conseils vous pousseront dans le mauvais chemin, et vous ferez de mauvais choix. Généralement, ce sont des personnes très imbu de leur personne, souvent ce sont eux qui critiquent, jugent, racontent n'importe quoi, ils te conseil dans toutes choses, savent tout, et en réalité ne savent rien.

Vous savez tous que Dieu reconnaît et béni les justes, mais les pécheurs n'hériteront pas le royaume de Dieu : Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront point le Royaume de Dieu ?1Co 6/9. Ils périront tous selon le V 6 : Car l'Éternel connaît la voie des justes ; mais la voie des méchants périra. 
Cette séparation entre ses deux types de personnes se vérifie tout au long de l'histoire de la rédemption et ceci jusqu'à l'éternité.

Il faut comprendre que le premier verset des Psaumes, met l'accent sur la distinction entre les justes et les méchants.
Les vrais croyants peuvent se distinguer par ce qu'ils ne font pas, les endroits et les gens qu'ils ne fréquentent pas. 
Aucun pécheur ne peut connaître la bénédiction de Dieu sans abandonner toutes ces choses qui sont nuisibles ou destructrices. 

A tous ceux que Dieu bénit, non seulement abandonne le mal, mais édifient leur vie sur la Paroles de Dieu. Ils s'efforcent d'obéir à la volonté de Dieu avec un cœur sincère et qui trouve leur plaisir dans les voies et les commandements de Dieu où les méchants périssent parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité : Et en toute séduction d'iniquité, dans ceux qui périssent ; parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité, pour être sauvés. 2Th 2/10.
En outre pour les croyants, leurs actions sont motivées par un esprit et des émotions marqués par la rédemption. Ils sont saisis par la vérité de Dieu telle qu'on la découvre dans sa Parole.

Le verset deux nous dit ceci : Mais qui prend plaisir en la Loi de l'Éternel, et qui médite jour et nuit en sa Loi.

Les croyants qui s'efforcent de vivre sous la bénédiction de Dieu, méditent sa Parole et ce afin qu'elle façonne leur pensée, leurs attitudes et leurs actions.
En lisant les paroles des Écritures, ils réfléchissent et les comparent avec d'autres passages des Écritures. 
Cette méditation de la Parole de Dieu permet de se positionner par des questions telle que : L'Esprit de Dieu est il en train d'appliquer ce verset à ma vie ? A ma situation actuelle ? Y a-t-il ici une promesse que je peux revendiquer ? Ce passage me révèle t-il un péché particulier que je dois m'efforcer d'éviter ? Dieu me donne t-il un ordre auquel je dois obéir ? Mon esprit est il en harmonie avec ce que dit le St Esprit ? Le passage présente t-il des vérités concernant Dieu, le salut, le péché, le monde ou mon obéissance personnelle sur lesquelles j'ai besoin d'être éclairé par le St Esprit.

Car il sera comme un arbre planté près des ruisseaux d'eaux, qui rend son fruit en sa saison, et duquel le feuillage ne se flétrit point ; et [ainsi] tout ce qu'il fera prospérera. Voici ce que déclare le V3, en fait, il faut comprendre que celui qui recherche fidèlement Dieu et sa Parole jouira d'une vie dans l'Esprit. 
Le courant d'eau représente souvent l'Esprit de Dieu, d'après ce que nous dit l'Évangile de Jean ch 7/38.39 : Celui qui croit en moi, selon ce que dit l'Écriture, des fleuves d'eau vive découleront de son ventre. (Or il disait cela de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croyaient en lui ; car le Saint-Esprit n'était pas encore [donné], parce que Jésus n'était pas encore glorifié.)
En fait, ceux que Dieu instruit et qui demeurent dans sa Parole, auront accès par l'Esprit à une source de vie intarissable. 

Nous devons comprendre que la phrase "tout ce qu'il fera prospérera" ne signifie pas que le juste ne connaîtra aucune difficulté et ne subira aucun échec, mais tout simplement que le croyant fidèle est à même de connaître la volonté et la bénédiction de Dieu.
Mais allons encore plus loin, pour cette prospérité, je ne parlerai pas de celle que l'on nous annonce dans les courants évangéliques, je ne vais pas m'engager dans cette direction, mais nous allons nous dirigés dans la direction du 3 livre de Jean ch 1/2 : Bien-aimé, je souhaite que tu prospères en toutes choses, et que tu sois en santé, comme ton âme est en prospérité. Je sais par avance que beaucoup vont grincer des dents, mais la Bible est la Bible.
Il faut savoir que Dieu désire que les croyants soient en bonne santé et que nos vies soient accompagnées de ses bénédictions. Il veut que nous prospérions en toutes choses. Mais qu'est ce que cela veut dire au juste ? Tout simplement, il veut que notre travail, nos plans, nos projets, notre ministère et la disposition de cœur de nos familles soient conformes à sa volonté et à sa direction.

Ainsi, les bénédictions de Dieu au moyen de la rédemption de Christ ont pour but de répondre aux besoins physiques et spirituels de l'homme.
En ce qui concerne la prospérité physique et spirituelle, voici ce que déclare les Saintes Écritures.

Le mot traduit par prospère en grec "euodoo" signifie littéralement faire bon voyage, être guidé sur un chemin sans encombre, et selon cette signification, la prière  principal de Jean est que le croyant suivent la voie du salut, qu'ils persévèrent selon la volonté de Dieu et selon sa vérité, et jouissent de ses bénédictions.
  
Mais qui doit prospérer ? Il y a un homme de Dieu que j'apprécie particulièrement, Paul Washer qui a dit : Si dans une église seul le pasteur prospère, c'est qu'il y a un problème. Évidement, aujourd'hui beaucoup de prédicateurs sortent des textes des Écritures pour bafouer l'Évangile, et en même temps dépouilles les enfants de Dieu. Beaucoup en abuse d'une manière exagérée.
Je vais vous dire une chose importante, Dieu désire que tous ses enfants gagne suffisamment d'argent afin de pourvoir à nos besoins alimentaires et vestimentaires, ainsi qu'à ceux de notre famille, et d'être en mesure de leur offrir un toit. Dieu désire également que nous ayons suffisamment d'argent pour aider les autres et de subvenir à la cause de Christ : Vous savez aussi, vous Philippiens, qu'au commencement [de la prédication] de l'Évangile, quand je partis de Macédoine, aucune Église ne me communiqua rien en matière de donner et de recevoir, excepté vous seuls. Et même lorsque j'étais à Thessalonique, vous m'avez envoyé une fois, et même deux fois, ce dont j'avais besoin. Ce n'est pas que je recherche des présents, mais je cherche le fruit qui abonde pour votre compte.
J'ai tout reçu, et je suis dans l'abondance, et j'ai été comblé de biens en recevant d'Epaphrodite ce qui m'a été envoyé de votre part, [comme] un parfum de bonne odeur, [comme] un sacrifice que Dieu accepte, et qui lui est agréable. Aussi mon Dieu suppléera selon ses richesses à tout ce dont vous aurez besoin, et [vous donnera sa] gloire en Jésus-Christ. Ph 4/15.19.

Nous savons que Dieu est capable de nous donner de quoi satisfaire à nos besoin : Et Dieu est puissant pour faire abonder toute grâce en vous, afin qu'ayant toujours tout ce qui suffit en toute chose, vous soyez abondants en toute bonne oeuvre : Selon ce qui est écrit : il a répandu, il a donné aux pauvres ; sa justice demeure éternellement.
Or celui qui fournit de la semence au semeur, veuille aussi vous donner du pain à manger, et multiplier votre semence, et augmenter les revenus de votre justice. Étant pleinement enrichis pour [exercer] une parfaite libéralité, laquelle fait que nous en rendons grâces à Dieu. Car l'administration de cette oblation n'est pas seulement suffisante pour subvenir aux nécessités des Saints, mais elle abonde aussi de telle sorte, que plusieurs ont de quoi en rendre grâces à Dieu. 2Co 9/8.12.
Et qu'il promet de nous soutenir selon sa richesse, avec gloire en Jésus Christ.

Quoique nous puissions prier pour que Dieu pourvoie à tous nos besoins matériels, il nous faut aussi reconnaître et selon l'enseignement biblique, que Dieu permet parfois que ses enfants passent par des moments difficiles.
Peut être Dieu permettra t-il que nous soyons réduits à la misère et que nous soyons dans le besoin afin de nous encourager à nous confier d'avantage en Lui et de développer notre foi, notre endurance spirituelle et notre ministère.

Ainsi qu'il est écrit : nous sommes livrés à la mort pour l'amour de toi tous les jours, et nous sommes estimés comme des brebis de la boucherie. Au contraire, en toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés.
Car je suis assuré que ni la mort, ni la vie, ni les Anges, ni les Principautés, ni les Puissances, ni les choses présentes, ni les choses à venir, Ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature, ne nous pourra séparer de l'amour de Dieu, qu'il nous a [montré] en Jésus-Christ notre Seigneur. Rm 8/35.39

Mais nous avons ce trésor dans des vaisseaux de terre, afin que l'excellence de cette force soit de Dieu, et non pas de nous. Étant affligés à tous égards, mais non pas réduits entièrement à l'étroit ; étant en perplexité, mais non pas sans secours.
Étant persécutés, mais non pas abandonnés ; étant abattus, mais non pas perdus.
Portant toujours partout en notre corps, la mort du Seigneur Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée en notre corps.
Car nous qui vivons, nous sommes toujours livrés à la mort pour l'amour de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée en notre chair mortelle.
De sorte que la mort se déploie en nous, mais la vie en vous. 2Co 4/7.12

Mais nous rendant recommandables, en toutes choses, comme ministres de Dieu, en grande patience, en afflictions, en nécessités, en angoisses, En blessures, en prisons, en troubles, en travaux, En veilles, en jeûnes, en pureté ; par la connaissance, par un esprit patient, par la douceur, par le Saint-Esprit, par une charité sincère,
Par la parole de la vérité, par la puissance de Dieu, par les armes de justice que l'on porte à la main droite et à la main gauche. Parmi l'honneur et l'ignominie, parmi la calomnie et la bonne réputation. Comme séducteurs, et toutefois étant véritables ; comme inconnus, et toutefois étant reconnus ; comme mourants, et voici nous vivons ; comme châtiés, et toutefois non mis à mort ; Comme attristés, et toutefois toujours joyeux ; comme pauvres, et toutefois enrichissant plusieurs ; comme n'ayant rien, et toutefois possédant toutes choses. 2Co 6/4.10.

Mais de peur que je ne m'élevasse à cause de l'excellence des révélations, il m'a été mis une écharde en la chair, un ange de satan pour me souffleter, [ça été, dis-je], afin que je ne m'élevasse point. C'est pourquoi j'ai prié trois fois le Seigneur, de faire que [cet ange de satan] se retirât de moi. Mais [le Seigneur] m'a dit : ma grâce te suffit : car ma vertu manifeste sa force dans l'infirmité. Je me glorifierai donc très volontiers plutôt dans mes infirmités ; afin que la vertu de Christ habite en moi. Et à cause de cela je prends plaisir dans les infirmités, dans les injures, dans les nécessités, dans les persécutions, et dans les angoisses pour Christ : car quand je suis faible, c'est alors que je suis fort.2Co 12/7.10.

En quoi vous vous réjouissez, quoique vous soyez maintenant affligés pour un peu de temps par diverses tentations, vu que cela est convenable ; Afin que l'épreuve de votre foi, beaucoup plus précieuse que l'or, qui périt, et qui toutefois est éprouvé par le feu, vous tourne à louange, à honneur, et à gloire, quand Jésus-Christ sera révélé 1Pi 1/6.7.
 
Où bien, peut être éprouverons nous un sentiment d'abandon et de solitude lorsque notre témoignage et notre service pour Christ susciterons la persécution et l'oppression du monde : Alors tournant les yeux vers ses Disciples, il leur disait : vous êtes bienheureux, vous pauvres ; car le Royaume de Dieu vous appartient.
Vous êtes bienheureux, vous qui maintenant avez faim ; car vous serez rassasiés. Vous êtes bienheureux, vous qui pleurez maintenant ; car vous serez dans la joie. Vous serez bienheureux quand les hommes vous haïront, et vous retrancheront [de leur société], et vous diront des outrages, et rejetteront votre nom comme mauvais, à cause du Fils de l'homme.
Réjouissez-vous en ce jour-là, et tressaillez de joie ; car voici, votre récompense est grande au ciel ; et leurs pères en faisaient de même aux Prophètes. Lc 6/20.23.

Or rappelez dans votre mémoire les jours précédents, durant lesquels après avoir été illuminés, vous avez soutenu un grand combat de souffrances ; Ayant été d'une part exposés à la vue de tout le monde par des opprobres et des afflictions ; et de l'autre, ayant participé [aux maux] de ceux qui ont souffert de semblables indignités. Car vous avez aussi été participants de l'affliction de mes liens, et vous avez reçu avec joie l'enlèvement de vos biens ; sachant en vous-mêmes que vous avez dans les Cieux des biens meilleurs et permanents. Hb 10/32.34.

Car c'est une chose agréable à Dieu si quelqu'un à cause de la conscience qu'il a envers Dieu, endure des afflictions, souffrant injustement.
Autrement, quel honneur en aurez-vous, si recevant des soufflets pour avoir mal fait, vous le souffrez patiemment ? Mais si en faisant bien vous êtes pourtant affligés, et que vous le souffriez patiemment, voilà où Dieu prend plaisir.
Car aussi vous êtes appelés à cela ; vu même que Christ a souffert pour nous, nous laissant un modèle, afin que vous suiviez ses traces 1Pi 2/19.21.

Je connais tes œuvres, ton affliction et ta pauvreté (mais tu es riche), et le blasphème de ceux qui se disent être Juifs, et qui ne le sont point, mais [qui sont] la Synagogue de satan.
Ne crains rien des choses que tu as à souffrir. Voici, il arrivera que le Démon mettra quelques-uns de vous en prison, afin que vous soyez éprouvés ; et vous aurez une affliction de dix jours. Sois fidèle jusques à la mort, et je te donnerai la couronne de vie. Ap 2/9.10.

Il se peut aussi que nous vivions dans la pauvreté suite à certaines situations, des circonstances nationales, ou bien naturelles, comme la guerre, la famine, la sécheresse ou bien des conditions économiques ou sociales défavorables : Et l'un d'eux, nommé Agabus, se leva, et déclara par l'Esprit, qu'une grande famine devait arriver dans tout le monde ; et, en effet, elle arriva sous Claude César. Et les disciples, chacun selon son pouvoir, déterminèrent d'envoyer [quelque chose] pour subvenir aux frères qui demeuraient en Judée. Ce qu'ils firent aussi, l'envoyant aux Anciens par les mains de Barnabas et de Saul. Ac 11/28.30.

C'est qu'au milieu de leur grande épreuve d'affliction, leur joie a été augmentée, et que leur profonde pauvreté s'est répandu en richesses par leur prompte libéralité. 2Co 8/2.
 

Car si la promptitude de la volonté précède, on est agréable selon ce qu'on a, et non point selon ce qu'on n'a pas. Or ce n'est pas afin que les autres soient soulagés, et que vous soyez foulés ; mais afin que ce soit par égalité. Que votre abondance donc supplée maintenant à leur indigence, afin que leur abondance serve aussi à votre indigence, et qu'ainsi il y ait de l'égalité. 2Co 8/12.14.

Il faut savoir que la présence, l'aide et la bénédiction de Dieu dans notre vie physique, sont liés à la prospérité de note vie spirituelle. C'est-à-dire que nous ne devons jamais oublier que la première chose à faire est de rechercher la volonté de Dieu : Mais cherchez premièrement le Royaume de Dieu, et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Mt 6/33.

Ton Règne vienne. Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Mt 6/10.

Alors j'ai dit : me voici, je viens, il est écrit de moi au commencement du Livre : que je fasse, ô Dieu ta volonté. Ayant dit auparavant : tu n'as point voulu de sacrifice, ni d'offrande, ni d'holocaustes, ni d'oblation pour le péché, et tu n'y as point pris plaisir, lesquelles choses sont [pourtant] offertes selon la Loi, alors il a dit : me voici, je viens afin de faire, ô Dieu ! Ta volonté Hb 10/7.9.

Il nous faut aussi de vivre en obéissant au St Esprit : Or tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu, sont enfants de Dieu. Rm 8/14.

Nous devons nous mettre à part du monde : Je vous exhorte donc, mes frères, par les compassions de Dieu, que vous offriez vos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui est votre raisonnable service. Et ne vous conformez point à ce présent siècle, mais soyez transformés par le renouvellement de votre entendement, afin que vous éprouviez quelle est la volonté de Dieu, bonne, agréable, et parfaite. Rm 12/1.2.

Et quelle convenance y a-t-il du Temple de Dieu avec les idoles ? Car vous êtes le Temple du Dieu vivant, selon ce que Dieu a dit : j'habiterai au milieu d'eux, et j'y marcherai ; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. C'est pourquoi sortez du milieu d'eux, et vous en séparez, dit le Seigneur ; et ne touchez à aucune chose souillée et je vous recevrai ; Et je vous serai pour père, et vous me serez pour fils et pour filles, dit le Seigneur Tout-puissant. 2Co 6/16.18.

Il nous faut aimer la Parole de Dieu : C'est pourquoi rejetant toute souillure, et toute superfluité de malice, recevez avec douceur la parole plantée en vous, laquelle peut sauver vos âmes ; Et mettez en exécution la parole, et ne l'écoutez pas seulement, en vous décevant vous-mêmes par de vains discours. Jq 1/21.

Désirez ardemment, comme des enfants nouvellement nés, [de vous nourrir] du lait spirituel et pur afin que vous croissiez par lui. 1Pi 2/2.

Nous avons besoin de rechercher son aide dans la prière : Vous donc priez ainsi : notre Père qui es aux cieux, ton Nom soit sanctifié. Ton Règne vienne. Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien. Et nous quitte nos dettes, comme nous quittons aussi [les dettes] à nos débiteurs.
Et ne nous induis point en tentation ; mais délivre-nous du mal. Car à toi est le règne, et la puissance, et la gloire à jamais. Amen. Mt 6/9.13.

Allons donc avec assurance au trône de la Grâce ; afin que nous obtenions miséricorde, et que nous trouvions grâce, pour être aidés dans le besoin. Hb 4/16.

Nous vous recommandons aussi, mes frères, au Nom de notre Seigneur Jésus-Christ, de vous retirer de tout frère qui se conduit d'une manière irrégulière, et non pas selon l'enseignement qu'il a reçu de nous. Car vous savez vous-mêmes comment il faut que vous nous imitiez ; vu qu'il n'y a eu rien d'irrégulier dans la manière dont nous nous sommes conduits parmi vous ; Et que nous n'avons mangé gratuitement le pain de personne, mais dans le travail et dans la peine, travaillant nuit et jour, afin de ne charger aucun de vous. Non que nous n'en ayons bien le pouvoir, mais afin de nous donner nous-mêmes à vous pour modèle, afin que vous nous imitiez.
Car aussi quand nous étions avec vous, nous vous dénoncions ceci : que si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange point aussi.
Car nous apprenons qu'il y en a quelques-uns parmi vous qui se conduisent d'une manière déréglée, ne faisant rien, mais vivant dans la curiosité.
Nous dénonçons donc à ceux qui sont tels, et nous les exhortons par notre Seigneur Jésus-Christ, qu'en travaillant ils mangent leur pain paisiblement. 2Th 3/6.12.

De faire pleinement confiance en Dieu afin qu'il réponde à nos besoins : C'est pourquoi je vous dis : ne soyez point en souci pour votre vie, de ce que vous mangerez, et de ce que vous boirez ; ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus ; la vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ?
Considérez les oiseaux du ciel ; car ils ne sèment, ni ne moissonnent, ni n'assemblent dans des greniers, et cependant votre Père céleste les nourrit ; n'êtes-vous pas beaucoup plus excellents qu'eux ? Et qui est celui d'entre vous qui puisse par son souci ajouter une coudée à sa taille ?
Et pourquoi êtes-vous en souci du vêtement ? Apprenez comment croissent les lis des champs ; ils ne travaillent, ni ne filent ; Cependant je vous dis que Salomon même dans toute sa gloire n'a pas été vêtu comme l'un d'eux.
Si donc Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui est aujourd'hui [sur pied], et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas beaucoup plutôt, ô gens de petite foi ?
Ne soyez donc point en souci, disant : que mangerons nous ? Où que boirons-nous ? Ou de quoi serons-nous vêtus ? Vu que les Païens recherchent toutes ces choses ; car votre Père céleste connaît que vous avez besoin de toutes ces choses.
Mais cherchez premièrement le Royaume de Dieu, et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus.
Ne soyez donc point en souci pour le lendemain ; car le lendemain prendra soin de ce qui le regarde ; à chaque jour suffit sa peine. Mt 6/25.34.

Pour bien comprendre, il nous faut vivre selon le principe qu'il nous enseigne et selon lequel nous devons chercher le royaume de Dieu et sa justice.

Pour terminer, nous devons accepter que même si nos âmes prospèrent cela ne veuille pas dire que les problèmes seront systématiquement épargnés dans d'autres domaines de notre vie. L'adversité, l'affliction et les besoins doivent êtres affrontés dans la prière et la confiance en Dieu.

FK
 

Voir les commentaires

Appel aux inconvertis, tu ne crois pas en Dieu ? ( 3eme Partie et fin )

14 Avril 2017 , Rédigé par Frédéric Klumpp. Publié dans #Enseignements

Chapitre 3

Mais, Dieu soit béni, nous avons maintenant une tâche plus douce à remplir. Nous venons, au nom de notre Maître, ANNONCER LA DÉLIVRANCE à tout pécheur qui se repent.


"Prédicateur de l'Évangile, tu nous as tous condamnés ", me dites-vous. Cela est vrai, mes chers auditeurs; toutefois, ce n'est point moi, c'est Dieu qui condamne. Je puis le dire à la face du ciel : je vous aime tous, individuellement, comme un frère aime ses frères. Si je vous parle avec sévérité, c'est uniquement pour votre bien. Mon cœur, mon âme tout entière sont émus de compassion envers vous, et dans mes paroles les plus dures en apparence, il y a en réalité plus d'amour que dans les discours mielleux et agréables de ceux qui vous disent : Paix, paix quand il n'y a point de paix. Oh ne croyez pas que je prenne plaisir à prêcher comme je l'ai fait aujourd'hui. Non, Dieu m'en est témoin je préfère mille fois vous entretenir de Jésus, de sa douce et glorieuse personne, de sa grâce et de sa justice parfaite; aussi, ai-je à coeur, avant de terminer, de vous faire entendre des paroles de paix. - Approche donc, mon frère; donne-moi ta main et écoute le message de grâce que je t'apporte. Te sens-tu coupable, condamné, maudit ? Dis-tu en cet instant même : "0 Dieu ! je reconnais que tu serais juste, si tu faisais tomber sur moi tout le poids de ta malédiction ? " Comprends-tu que, bien loin de pouvoir jamais être sauvé à cause de tes bonnes oeuvres, tu es entièrement perdu à cause de tes péchés ? Et as-tu une haine profonde pour le mal ? Te repens-tu sincèrement ? S'il en est ainsi, chère âme, laisse-moi te dire où tu trouveras la délivrance.

Hommes frères ! Sachez tous ceci : Jésus-Christ, de la postérité de David, a été crucifié, il est mort et a été enseveli. Maintenant, il est ressuscité, il s'est assis à la droite de Dieu, et il intercède même pour nous. Il est venu dans le monde pour sauver les pécheurs par sa mort.

Voyant que les pauvres enfants d'Adam étaient assujettis à la malédiction, il s'est chargé lui-même de cette malédiction, et les en a ainsi délivrés. Si donc Dieu a maudit Christ à la place de tel ou tel homme, il est impossible qu'il maudisse cet homme de nouveau. - "Mais Christ a-t-il été maudit pour moi? " me demande quelqu'un. A cela je réponds : Dieu le Saint-Esprit t'a-t-il fait voir ton péché ? T'en a-t-il fait sentir toute l'amertume ? T'a-t-il appris à pousser ce cri d'humiliation : O Dieu, sois apaisé envers moi qui suis pécheur? Si, en sincérité de cœur, tu peux répondre affirmativement à ces questions, aie bon courage, mon bien-aimé; Christ a été maudit à ta place; et, si Christ a été maudit à ta place, tu n'es plus sujet à la malédiction. - "Mais je voudrais en être certain, insistes-tu peut-être; je voudrais ne pas pouvoir douter que Jésus a réellement été fait malédiction pour moi. " Et pourquoi en douterais-tu, mon frère ? Ne vois-tu pas Jésus expirant sur la croix ? Ne vois-tu pas ses mains et ses pieds ensanglantés? Regarde à lui, pauvre pécheur. Ne regarde plus à toi-même, ni à tes iniquités; regarde à lui, et sois sauvé. Tout ce qu'il demande de toi, c'est que tu regardes à lui, et pour cela même il te prêtera son secours. Viens à lui, confie-toi en lui, crois en lui. Oh! je t'en supplie, accepte avec simplicité et avec foi cette déclaration de l'Écriture : C'est une chose certaine et digne d'être reçue avec une entière confiance, que Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs.

"Quoi, objecte encore quelqu'un, dois-je donc croire que Jésus est mort pour moi, simplement parce que je me sens pécheur? " - Justement, mon frère. - "Mais pourtant, il me semble que, si je possédais quelques justices, si je pouvais faire de belles prières ou accomplir de bonnes oeuvres, je serais plus en droit de conclure que Christ est mort pour moi. " Tu t'abuses, mon frère, tu t'abuses; la foi que tu aurais alors ne serait plus de la foi; ce serait de la justice propre, et rien de plus. Une âme croit en Jésus, lorsque, le péché lui apparaissant dans toute sa noirceur, elle se jette simplement dans ses bras, et s'en remet à lui pour la purifier de toutes ses souillures. Va donc, pauvre pécheur, tel que tu es, avec ton indignité et ta misère; prends en main les promesses de Dieu, et, en rentrant chez toi, cherche la solitude de ta chambre. Là, agenouillé près de ton lit, répands ton âme devant Dieu. Dis-lui, à ce Dieu qui est riche en compassion et abondant en miséricorde : "O Seigneur ! je le sens, tout ce que je viens d'entendre est vrai. Oui, je suis maudit, et maudit justement ! Je suis un pécheur qui ne mérite que la condamnation éternelle. Et tu le sais, ô Seigneur, ces aveux ont maintenant dans ma bouche un tout autre sens qu'autrefois. En reconnaissant que je suis pécheur, je veux dire que je suis un véritable pécheur.

Je veux dire que, si tu me condamnais, j'aurais la bouche fermée; que, si tu me chassais pour toujours de ta présence, je n'aurais que ce qui m'est dû. O mon Dieu ton support à mon égard m'étonne et me confond. Comment as-tu pu souffrir qu'un être aussi vil que moi souillât si longtemps la terre ? Seigneur, j'ai méconnu ta grâce, et dédaigné ton Évangile. J'ai méprisé les instructions de ma mère, et mis en oubli les prières de mon père. Seigneur, j'ai vécu loin de toi, j'ai violé tes sabbats, j'ai profané ton saint nom. J'ai fait tout ce qui est mal, tout ce qui est désagréable à tes yeux; et, si tu me précipitais en enfer, je serais réduit au silence. Oui, mon Dieu, je suis un pécheur, un pécheur perdu sans ressource, à moins que tu ne me sauves, un pécheur sans aucun espoir de salut, à moins que tu ne me délivres ! Mais, grâces t'en soient rendues, ô Seigneur, tu sais que je suis aussi un pécheur repentant, troublé dans sa conscience, affligé à cause de ses transgressions. Et voici, je viens te rappeler ce soir que tu as dit dans ta Parole : Je ne mettrai point dehors celui qui viendra à moi; et ailleurs : C'est une chose a certaine et digne d'être reçue avec une entière confiance, que Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs. Seigneur, je viens à toi ! Seigneur, je suis un pécheur ! Jésus est donc venu pour me sauver; Seigneur, je crois, je me confie en mon Sauveur, à la vie et à la mort, je n'ai d'espérance qu'en lui, et je hais jusqu'à la pensée que j'ai pu chercher le salut ailleurs que dans sa grâce.

Sauve-moi donc, Seigneur; et, quoique je sache bien que par ma conduite future je ne saurais jamais parvenir à effacer un seul de mes péchés passés, je veux néanmoins te supplier, ô mon Dieu, de me donner un coeur nouveau et un esprit droit, afin que désormais, et à toujours, je puisse courir dans la voie de tes commandements; car je n'ai point de plus grand désir que d'être saint comme tu es saint, et de marcher devant toi comme ton enfant. Tu le sais, ô Seigneur, pour être aimé de toi, je renoncerais volontiers à tout ce que je possède, et j'ose espérer que tu m'aimes, car mon coeur commence à sentir les étreintes de ton amour. Je suis coupable, mais jamais je n'aurais connu ma culpabilité, si tu ne m'avais toi-même appris à la connaître. Je suis vil, mais jamais je n'aurais su que j'étais vil, si tu ne me l'avais révélé. Oh sûrement, mon Dieu, tu ne me détruiras point, après avoir ainsi commencé en moi ta bonne oeuvre.

Devant toi, je rougis et demeure confus !

Mais, Seigneur, ta bonté relève ma misère;

N'as-tu pas mis, entre elle et ta colère L'amour, la croix et le sang de Jésus ?

Oui, prie ainsi, mon bien-aimé; ou, si tu ne peux pas prier aussi longuement, dis ces simples mots du fond du coeur : "Seigneur Jésus, je ne suis rien ! Sois toi-même mon tout ! "

Oh ! Dieu veuille que ton âme, en cet instant même, fasse monter ce cri vers son trône ! Et, s'il en est ainsi, tressaillez d'allégresse, ô cieux chantez, ô séraphins ! Réjouissez-vous, ô rachetés car c'est ici l'oeuvre de l'Éternel; que toute gloire soit rendue à son nom !


Charles Spurgeon

Voir les commentaires

Appel aux inconvertis, tu ne crois pas en Dieu ? (2eme Partie)

14 Avril 2017 , Rédigé par Frédéric Klumpp. Publié dans #Enseignements

Chapitre 2

L'accusé est donc jugé et reconnu coupable. Maintenant SA SENTENCE DOIT ÊTRE PRONONCÉ.

En général, les ministres de Dieu aiment peu cette tâche. Pour ma part, je l'avoue, je préférerais prêcher vingt sermons sur l'amour de Christ qu'un seul comme celui-ci. Au reste, il est rare que je choisisse des sujets de ce genre, vu qu'il ne me paraît pas nécessaire de les traiter souvent; néanmoins, si je ne les traitais jamais, si je laissais toujours les menaces divines reléguées à l'arrière-plan, je sens que mon Maître ne pourrait bénir la prédication de son Évangile; car il veut que la loi et la grâce soient annoncées tour à tour dans une certaine mesure, et que chacune conserve la place qui lui est propre.

Écoutez-moi donc, mes frères, tandis que, la douleur dans l'âme, je prononcerai la sentence portée contre tous ceux d'entre vous qui n'appartiennent pas à Christ. - Pécheur inconverti ! Tu es maudit maudit en cet instant même ! Tu es maudit - non par quelque soi-disant magicien, dont le prétendu sortilège ne peut effrayer que les ignorants - non par quelque monarque terrestre, qui pourrait tout au plus faire périr ton corps et ravager tes biens - mais maudit par ton Créateur ! Maudit par le Monarque des cieux! MAUDIT !...

Oh! Quel mot que celui-là! Quelle chose affreuse qu'une malédiction, de quelque part qu'elle vienne ! Et la malédiction d'un père, qu'elle doit être affreuse entre toutes ! On a vu des parents qui, réduits au désespoir par la conduite d'un fils rebelle et dénaturé, ont levé leurs mains vers le ciel, en prononçant sur ce fils la plus terrible, la plus accablante des malédictions. A Dieu ne plaise que j'approuve cet acte ! je reconnais, au contraire, qu'il est aussi téméraire qu'insensé; mais, quelque blâme qu'on puisse infliger à l'acte en lui-même, il n'en reste pas moins vrai que la malédiction d'un père imprime sur celui qui l'a méritée une honteuse, une ineffaçable flétrissure. Oh ! J'ai peine à me représenter ce que mon âme éprouverait, si j'avais été maudit par celui qui m'engendra ! Sûrement, mon ciel serait voilé de ténèbres; le soleil ne brillerait plus sur ma vie. Mais être maudit de Dieu !... Oh ! Pécheurs, les paroles me manquent pour vous dire ce qu'est cette malédiction !...

Mais je vous entends me répondre : "S'il est vrai que nous ayons encouru la malédiction divine, du moins nous n'en sentirons pas les effets pendant notre vie; c'est une affaire qui regarde un avenir encore bien éloigné; aussi ne nous inquiète-t-elle que peu.

" Tu te trompes, ô âme, tu te trompes ! Dès à présent la colère de Dieu demeure sur toi. Tu ne connais pas encore, il est vrai, la plénitude de la malédiction, mais tu n'en es pas moins maudite à cette heure même. Tu n'es pas encore en enfer, le Seigneur ne t'a pas définitivement fermé les entrailles de ses compassions et rejetée pour toujours, mais tu n'en es pas moins sous le coup de la loi. Ouvre le livre du Deutéronome; lis les menaces adressées au pécheur, et vois si la malédiction de Dieu n'est pas représentée comme une chose immédiate, actuelle, présente:
 

Deutéronome 28 : 15-16

15 Mais si tu n'obéis point à la voix de l'Éternel, ton Dieu, si tu n'observes pas et ne mets pas en pratique tous ses commandements et toutes ses lois que je te prescris aujourd'hui, voici toutes les malédictions qui viendront sur toi et qui seront ton partage : 16 Tu seras maudit dans la ville, et tu seras maudit dans les champs.

Tu seras maudit dans la ville, est-il écrit - c'est-à-dire dans le lieu de ton habitation, de ton travail, de tes affaires; tu seras maudit dans les champs - c'est-à-dire dans ces lieux mêmes où tu vas chercher le délassement, le repos et le plaisir; ta corbeille sera maudite et ta maie; le fruit de ton corps sera maudit et le fruit de ta terre; la portée de tes vaches et les brebis de ton troupeau; maudit seras-tu à ton entrée et maudit à ta sortie ! Il est des hommes, sur lesquels la malédiction divine semble s'appesantir d'une manière visible.

Tout ce qu'ils font est maudit. S'ils acquièrent des richesses, la malédiction s'attache à ces richesses; s'ils bâtissent des maisons, la malédiction s'attache à ces maisons. Voyez l'avare : il est maudit dans ses trésors; car son âme est tellement rongée par la cupidité et la convoitise qu'il ne peut jouir de ses trésors mêmes. Voyez l'intempérant : sa corbeille et sa maie sont maudites à la lettre, puisque son palais, blasé par les boissons enivrantes, ne peut plus jouir d'aucun aliment.

Il est aussi maudit à son entrée et à sa sortie, car, dès qu'il passe le seuil de sa propre maison, ses enfants courent se cacher, tellement est grande la frayeur qu'il leur inspire. Et il sera maudit un jour dans le fruit de son corps, car, lorsque ses fils avanceront en âge, ils suivront vraisemblablement l'exemple de leur père; ils se livreront aux mêmes excès que lui; ils jureront comme il jure; ils s'aviliront comme il s'est avili.

Aujourd'hui, le malheureux cherche peut-être à se persuader qu'il peut, sans grand inconvénient, s'enivrer et blasphémer tant que bon lui semble; mais quelle douleur aiguë traversera sa conscience (si toutefois il lui reste encore une conscience...) lorsqu'il verra ses fils marcher sur ses honteuses traces !

- Oui, je le répète, la malédiction divine accompagne d'une manière visible certains vices; mais, quoiqu'elle ne soit pas toujours également apparente, elle n'en pèse pas moins en réalité sur toute transgression de la loi. Toi donc, pécheur, qui vis sans Dieu, sans Christ, étranger à la grâce de Jésus, tu es maudit, sache-le - maudit quand tu t'assieds, maudit quand tu te lèves ! Maudit est le lit où tu couches; maudit le pain que tu manges ; maudit l'air que tu respires ! Tout est maudit pour toi. Quoi que tu fasses et où que tu ailles, tu es un être maudit !..... O effrayante pensée ! En ce moment même, je n'en puis douter, j'ai devant moi un grand nombre de créatures immortelles qui sont maudites de Dieu ! Hélas pourquoi faut-il qu'un homme parle ainsi à ses frères ? Mais, quelque pénible que soit ce devoir, comme ministre de Christ, je suis tenu de le remplir, sans quoi je serais infidèle envers vos âmes qui périssent. Ah ! Plaise à Dieu qu'il y ait dans cette assemblée quelque pauvre âme qui, saisie d'effroi, s'écrie : "Il est donc vrai ? je suis maudite ! Maudite de Dieu et de ses saints anges; maudite sur la terre et dans le ciel; maudite ! Maudite ! Toujours maudite ! " Oh je suis convaincu que si nous voulions prendre au sérieux ce seul mot : MAUDIT, il n'en faudrait pas davantage pour donner le coup de mort à notre indifférence et à notre torpeur spirituelles !

Mais j'ai plus que cela à te dire, mon cher auditeur. Si tu es impénitent et incrédule, je dois t'avertir que la malédiction qui t'enveloppe actuellement n'est rien comparée à celle qui fondra sur toi ci-après. Tu le sais, dans quelques courtes années, il nous faudra mourir. Oui, jeune homme, bientôt toi et moi nous vieillirons; ou peut-être, bien avant d'avoir atteint la vieillesse, nous étendrons-nous sur notre couche pour ne plus nous relever. Nous nous réveillerons de notre dernier assoupissement, et nous entendrons murmurer autour de nous que notre dernière heure va sonner. L'homme de l'art consultera une dernière fois notre pouls, puis il dira à notre famille éplorée qu'il n'y a plus d'espoir ! Et nous serons là couchés, immobiles et sans force. Et rien ne viendra rompre le lugubre silence de la chambre mortuaire, si ce n'est le bruit monotone de la pendule ou les sanglots de notre femme et de nos enfants. Et il nous faudra mourir !... Oh qu'elle sera solennelle cette heure où nous serons aux prises avec le grand ennemi du genre humain : la mort ! Déjà le râle déchire notre poitrine; c'est à peine si nous pouvons articuler une parole; nos yeux se vitrent; la mort a posé son doigt glacé sur ces flambeaux de notre corps, et les a éteints pour jamais; nos mains refusent de se soulever; nous sommes au bord du sépulcre ! Moment décisif, moment solennel entre tous les moments de la vie, que celui où l'âme entrevoit sa destinée, où, comme à travers les fentes de sa prison d'argile, elle découvre le monde à venir ! Oh ! quelle langue humaine pourrait exprimer ce qui se passera dans le coeur de l'inconverti, lorsqu'il se verra en face du tribunal de Dieu, qu'il entendra les foudres de la colère éternelle gronder à ses oreilles, et qu'il sentira qu'entre l'enfer et lui il n'y a plus que l'intervalle d'un moment ! Qui pourrait décrire la terreur inexprimable dont seront saisis les pécheurs, lorsqu'ils se trouveront en présence de réalités à l'existence desquelles ils n'avaient point voulu croire ?... Ah moqueurs qui m'écoutez, vous pouvez rire tout à votre aise aujourd'hui des choses de Dieu. Vous pouvez, en sortant de cette enceinte, plaisanter sur ce que vous venez d'entendre, tourner en ridicule le prédicateur, et vous égayer à ses dépens. Mais attendez que vous soyez couchés sur votre lit de mort, et vous ne rirez plus, je vous le garantis !

Maintenant que le rideau est baissé, que l'avenir est caché à vos regards, il vous est facile de vous moquer de cet avenir; mais, lorsque le Seigneur lèvera le rideau, et que les horizons éternels se dérouleront devant vos yeux, vous n'aurez plus le courage de rire. Le roi Achab, assis sur son trône, entouré de courtisans, rit du prophète Michée; mais je ne sache pas qu'Achab rit encore de Michée, quand une flèche ennemie, pénétrant par une jointure de sa cuirasse, l'eut blessé mortellement (1Ro 22). Les contemporains de Noé riaient, eux aussi, du vénérable vieillard qui leur annonçait que l'Éternel allait détruire le monde par un déluge. Ils l'appelaient, sans nul doute, un rêveur, un visionnaire, un insensé. Mais que devinrent vos dédains et vos sarcasmes, ô sceptiques, lorsque Dieu fit descendre du ciel de formidables cataractes, que les fontaines du grand abîme furent ouvertes, et que l'univers fut entièrement submergé ? Alors vous avez reconnu, mais trop tard, que Noé avait dit vrai.

Et vous de même, pécheurs qui vous trouvez dans cet auditoire, lorsque vous serez sur le point d'être lancés dans l'éternité, je ne pense pas que vous riiez encore de moi et de la parole que je vous annonce. Vous direz bien plutôt en vous-mêmes : "Je me souviens qu'à telle époque, j'entrai un jour par curiosité dans tel lieu de culte; j'y entendis un homme qui parlait d'une manière fort solennelle; sur le moment je ne le goûtai guère; toutefois, je ne pouvais me défendre de la pensée qu'il disait vrai, et qu'il me voulait du bien. Oh que n'ai-je écouté ses appels, que n'ai-je profité de ses avis, que ne donnerais-je pas pour l'entendre de nouveau ! Il y a peu de temps qu'un cas tout semblable est parvenu à ma connaissance. Un homme, qui maintes fois m'avait couvert de railleries et d'injures, étant allé un dimanche en partie de plaisir, ne revint chez lui que pour mourir. Le lundi matin, sentant sa fin approcher, que pensez-vous qu'il fit ? Il envoya quérir en toute hâte le serviteur de Dieu qui vous parle en ce moment, celui-là même qu'il avait tant de fois insulté ! Il voulait qu'il lui indiquât le chemin du ciel, qu'il vînt lui parler du Sauveur. Je m'y rendis avec empressement et avec joie; mais hélas qu'elle est triste la tâche de parler à un profanateur du sabbat, à un contempteur de l'Évangile, à un homme qui a passé sa vie au service de Satan, et qui touche à son heure dernière ! Et en effet, le malheureux mourut bientôt. Il mourut sans Bible dans sa maison, sans prière pour recommander son âme à Dieu, si ce n'est celle que je prononçai au chevet de son lit... Oh mes chers amis, croyez-le : c'est une chose terrible que de mourir sans Sauveur ! Souvent, après avoir assisté aux derniers moments de quelque pauvre pécheur, touchant le salu duquel je n'avais que peu d'espoir, je suis revenu chez moi l'âme brisée, le coeur navré, pensant en moi-même : "Mon Dieu ! que ne puis-je prêcher les insondables richesses de Christ, à chaque heure, à chaque instant du jour, afin que les âmes puissent regarder à lui avant qu'il ne soit trop tard ! " Puis, j'ai pensé au peu de zèle, au peu d'amour, au peu de ferveur avec lequel j'ai tant de fois annoncé les compassions de mon Maître, et j'ai pleuré - oui, j'ai pleuré amèrement, en sentant que je ne presse pas les âmes comme je devrais le faire, c'est-à-dire avec instances et avec larmes, de fuir la colère à venir ?

LA COLÈRE A VENIR ! LA COLÈRE A VENIR ! Oh mes chers auditeurs, mettez-vous bien dans l'esprit, je vous en conjure, que ce n'est point là un vain mot. Les choses dont je vous parle ne sont ni des rêves, ni des mensonges, ni des chimères, ni des fables semblables à celles des vieilles. Ce sont des vérités, et vous les connaîtrez bientôt, chacun pour son propre compte. Oui, pécheur, toi qui n'as point persévéré dans toutes les choses qui sont écrites dans le livre de la loi, et qui n'as point cherché un refuge auprès de Christ, le jour approche où les choses invisibles deviendront pour toi de redoutables, de vivantes réalités. Et alors oh alors, que feras-tu ? Après la mort suit le jugement.

Un jour, Jésus, du trône de sa gloire, viendra juger les vivants et les morts.

Essaie de te représenter ce grand et illustre jour du Seigneur. L'horloge du temps a sonné sa dernière heure. Les âmes des réprouvés vont entendre leur arrêt définitif. Ton corps, ô pécheur, s'élance hors du sépulcre; tu ouvres ton linceul, et tu regardes..... Mais quel est ce bruit terrible, ce bruit formidable qui ébranle les colonnes de la terre et qui fait chanceler le ciel même ? C'est la trompette de l'archange, la trompette de l'archange qui retentit jusqu'aux extrémités du globe, appelant tous les hommes en jugement ! Tu écoutes, et tu frémis. Soudain, une voix se fait entendre, voix qui est saluée par les uns avec des cris de désespoir, par les autres avec des chants d'allégresse. "Voici, il vient, il vient, il vient et tout oeil le verra ! Et le trône, blanc comme l'albâtre, apparaît sur une nuée du ciel; et sur ce trône est assis quelqu'un environné de majesté. C'est lui ! C'est l'Homme qui mourut au Calvaire ! Je vois ses mains percées, mais quel changement dans son apparence ! Plus de couronne d'épines, plus de sceptre dérisoire. Autrefois, il comparut à la barre de Pilate; maintenant, le monde entier comparaît à la sienne. Mais écoutons ! la trompette retentit de nouveau; le Juge ouvre le livre; tout est silence dans le ciel, tout est silence sur la terre. "Rassemblez mes élus des quatre vents, mes rachetés des extrémités du monde. " Aussitôt, les anges obéissent. Comme un éclair, leurs ailes fendent la foule. Ici, sont les justes, réunis à droite de leur Maître; et toi, pécheur, tu es laissé à la gauche, tu es laissé pour soutenir les ardeurs dévorantes de la colère éternel. Les harpes célestes font entendre de douces mélodies, mais elles ne sont point douces pour toi. Les anges répètent en choeur : "Venez, vous, bénis du Père; possédez en héritage le royaume qui vous a été préparé dès la création du monde ", mais cette ineffable salutation ne te concerne point. Et maintenant, sur la face du Seigneur, s'amassent des nuages de courroux; la foudre est sur son front; des éclairs jaillissent de ses yeux. Il te regarde, toi qui l'as méprisé; toi qui t'es joué de sa grâce, qui t'es ri de sa miséricorde, qui as profané le jour de son repos, qui t'es moqué de sa croix, qui n'as pas voulu qu'il régnât sur ton âme ! Il te regarde, et, d'une voix plus éclatante que dix mille tonnerres, il s'écrie : "Retirez-vous de moi, maudits ! " Et puis..... Mais non !..... Je ne veux pas te suivre plus loin ! Je ne veux parler ni du ver qui ne meurt point, ni du feu qui ne s'éteint point; je ne veux décrire ni les souffrances du corps, ni les tortures de l'âme. Qu'il me suffise de vous dire, pécheurs inconvertis, que l'enfer est terrible, que le sort des réprouvés est effroyable..... Oh ! fuyez donc, fuyez la colère à venir ! Et fuyez-la sans délai; fuyez-la dès aujourd'hui, de peur qu'étant surpris par la mort, vous ne vous trouviez transportés tout d'un coup au milieu des horreurs indicibles de la perdition éternelle ! Maudit est quiconque ne persévère pas dans toutes les choses qui sont écrites dans le livre de la loi pour les faire.

 

Voir les commentaires

Appel aux inconvertis, tu ne crois pas en Dieu ? (1er partie)

14 Avril 2017 , Rédigé par Frédéric Klumpp. Publié dans #Enseignements

Mon cher auditeur, es-tu converti ou ne l'es-tu pas ? De ta réponse à cette question dépend la manière dont je m'adresserai à toi en ce jour. Essaie de te figurer que tu es assis dans ta maison, dans ton cabinet, et que je suis debout à ton côté, ta main dans ma main, m'entretenant seul à seul avec toi; - car c'est ainsi que je désire parler en ce moment à chacun de ceux qui m'écoutent. Je te réitère donc, mon cher auditeur, la question souverainement importante et solennelle que je t'ai déjà posée, et je te conjure d'y répondre comme en présence de Dieu.

Es-tu en Christ ou hors de Christ ? As-tu cherché un refuge auprès de Celui qui est l'unique espoir des pécheurs ? Ou bien es-tu encore étranger et éloigné de Dieu, et en dehors des promesses de son saint Évangile ?

Voyons, mon frère, pas d'hésitations, pas de faux fuyants; sois de bonne foi, et que ta conscience réponde OUI ou NON à ma demande. Car, de deux choses l'une : ou tu es sous le poids de la colère de Dieu, ou tu es délivré de cette colère. Il n'y a point d'autre alternative. Oui, tu es dans cet instant même héritier de la malédiction divine, ou héritier du royaume de la grâce : lequel de ces deux états est le tien ? C'est à toi à te prononcer. Et qu'il n'y ait point de "si " et de "peut-être " dans ta réponse, mais qu'elle soit nette, loyale, catégorique. Que si tu étais encore dans le vague à cet égard, je t'en supplie, ne donne point de repos à ton âme jusqu'à ce que ce vague soit dissipé. Surtout, ne te hâte pas d'interpréter le doute à ton profit; considère-le bien plutôt comme une forte présomption contre toi. Il est plus probable, crois-le, que la vérité se trouve du mauvais côté que du bon. Maintenant donc, ô mon frère, place ton âme dans la balance; et, si un plateau ne pèse pas évidemment plus que l'autre, mais que tous deux se maintiennent à peu près en équilibre, de telle sorte que tu sois obligé de dire : "Je ne sais lequel l'emporte... " Souviens-toi que mieux vaut résoudre de suite la question en mal (quelque terrible que soit cette extrémité), que de la résoudre en bien, au risque de te séduire toi-même et de continuer à vivre dans une présomptueuse sécurité, jusqu'à ce que tu reconnaisses enfin ta fatale illusion dans l'abîme de l'enfer. Peux-tu donc, une main posée sur la Parole de Dieu et l'autre sur ton propre coeur, lever en cet instant ton regard vers le ciel et dire dans une humble assurance : "Je sais une chose, c'est que j'étais aveugle, et que maintenant je vois; je sais que je suis passé de la mort à la vie; je suis le premier des pécheurs, mais Jésus est mort pour moi; et, à moins que je ne m'abuse de la manière la plus terrible, je suis dès à présent un racheté de Christ, un monument de la grâce de Dieu ? " Peux-tu, te dis-je, en toute bonne conscience, me faire cette réponse ? S'il en est ainsi, ô mon frère, paix te soit donnée en notre Seigneur ! Que la bénédiction du Très-Haut repose sur ton âme ! Ne crains point; les paroles que nous allons méditer n'ont plus de foudres pour toi. Lis plutôt le verset 13 du chapitre auquel j'ai emprunté mon texte, et tu y trouveras la confirmation glorieuse de tes espérances : Christ a été fait malédiction pour nous, car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois. Si donc il est vrai que tu sois un enfant de Dieu, converti et régénéré, je le répète, tu n'as rien à craindre, car Christ a été maudit à ta place.

Mais j'ai la solennelle conviction que la grande majorité de cette assemblée ne pourrait me faire une semblable réponse; et toi en particulier, mon cher auditeur - (car je veux continuer à m'adresser personnellement à toi) - tu n'oserais, n'est-il pas vrai ? Tenir ce langage, car tu es étranger à l'alliance de grâce. Tu n'oserais mentir à Dieu et à ta conscience; c'est pourquoi tu dis avec une franchise qui t'honore : "Je sais que je n'ai jamais été régénéré; je suis aujourd'hui ce que j'ai été de tout temps. " C'est donc avec toi que j'ai affaire, ô homme et je t'adjure, par Celui qui doit juger les vivants et les morts, par Celui devant lequel toi et moi devrons bientôt comparaître, je t'adjure d'écouter avec attention ce que j'ai à te dire de la part du Seigneur, te souvenant que cet appel est peut-être le dernier qu'il te sera donné d'entendre ! Et je t'adjure aussi, ô mon âme, de parler avec fidélité à ces hommes mortels qui t'entourent, de peur qu'au dernier jour le sang de leurs âmes ne soit trouvé dans les pans de ta robe, et que toi-même tu ne sois réprouvée !... O Seigneur, rends-nous tous sérieux et recueillis, et veuille nous donner, en ce moment, des oreilles qui entendent, une mémoire qui retienne, et une conscience qui soit touchée par ton Esprit, pour l'amour de Jésus

Nous diviserons ce discours en trois parties. En premier lieu, NOUS JUGERONS L'ACCUSÉ; en deuxième lieu, NOUS PRONONCERONS SA SENTENCE; et enfin, s'il se reconnaît coupable et qu'il se repente (mais seulement à ces conditions), Nous LUI ANNONCERONS LA DÉLIVRANCE.

Chapitre 1

D'abord, procédons AU JUGEMENT DE L'ACCUSÉ.


Mon texte est ainsi conçu : Maudit est quiconque ne persévère pas dans toutes les choses, qui sont écrites dans le livre de la loi, pour les faire. Homme inconverti, je te le demande, es-tu coupable ou non coupable ? As-tu persévéré dans toutes les choses qui sont écrites dans le livre de la loi ? En vérité, il me semble presque impossible que tu oses soutenir ton innocence; mais je veux supposer pour un moment que tu aies le triste courage de le faire; je veux supposer que tu dises hardiment : "Oui, j'ai persévéré dans tous les commandements de la loi. " - C'est ce que nous allons examiner, mon cher auditeur; et avant tout, permets-moi de te demander si tu connais cette loi que tu prétends avoir accomplie ? Je vais t'en donner un simple aperçu, un aperçu que j'appellerai extérieur, mais souviens-toi qu'elle possède un sens intérieur et spirituel infiniment plus étendu que son sens littéral. Écoute donc le premier commandement de la loi :

TU N'AURAS POINT D'AUTRE DIEU DEVANT MA FACE.

Quoi ! N'as-tu jamais rien aimé plus que ton Créateur ? Lui as-tu toujours donné la première place dans tes affections ? Ne t'es-tu pas fait un Dieu, ou de ton ventre, ou de ton commerce, ou de ta famille, ou de ta propre personne ? Oh sûrement tu n'oserais nier que ce premier commandement ne te condamne !

Et le second, l'as-tu mieux observé ?

TU NE TE FERAS POINT D'IMAGE TAILLÉE, NI AUCUNE RESSEMBLANCE DES CHOSES QUI SONT LA-HAUT DANS LES CIEUX, OU ICI-BAS SUR LA TERRE, NI DANS LES EAUX PLUS BASSES QUE LA TERRE.


Quoi, n'as-tu jamais courbé le front devant la créature ? N'as-tu jamais élevé quelque objet terrestre à la place de Dieu ? Pour ma part, je le reconnais à ma honte, j'ai eu bien des idoles dans ma vie; et, si ta conscience parle avec sincérité, je suis assuré qu'elle te dira, à toi aussi : "Oh homme tu as, été un adorateur de Mammon, un adorateur de tes sens; tu t'es prosterné devant ton argent et ton or; tu t'es incliné devant les honneurs et les dignités; tu t'es fait un Dieu de ton intempérance, un Dieu de tes convoitises, un Dieu de ton impureté, un Dieu de tes plaisirs. 

Et le troisième commandement:

TU NE PRENDRAS POINT LE NOM DE L'ÉTERNEL TON DIEU EN VAIN


Oserais-tu soutenir que tu ne l'as point violé ? Si tu n'as jamais proféré de jurements grossiers, de paroles blasphématoires, n'as-tu pas du moins employé irrévérencieusement le nom de Dieu dans tes conversations ordinaires ? Dis : as-tu toujours sanctifié ce nom, trois fois saint ? Ne l'as-tu jamais prononcé sans nécessité ? N'as-tu jamais lu le Livre de Dieu avec distraction et légèreté ? N'as-tu jamais écouté la prédication de l'Évangile sans recueillement et sans respect ? Oh sûrement, ici encore, tu ne peux que t'avouer coupable.

Quant au quatrième commandement qui se rapporte à l'observation du sabbat:

SOUVIENS-TOI DU JOUR DU REPOS POUR LE SANCTIFIER


Est-il personne d'assez effronté pour dire qu'il ne l'a pas transgressé? O homme, mets donc ta main sur ta bouche, et reconnais que ces quatre commandements suffiraient à eux seuls pour te convaincre de péché, et pour attirer sur toi la juste colère de Dieu !

Mais continuons notre examen.

HONORE TON PÈRE ET TA MÈRE.


Quoi, prétends-tu ne pas être coupable sur ce point ? N'as-tu jamais désobéi dans ta jeunesse ? N'as-tu jamais regimbé contre l'amour de ta mère, ni méprisé l'autorité de ton père ? Feuillette les pages de ton passé : vois si dans ton enfance, ou même dans ton âge mûr, tu as toujours parlé à tes parents comme tu aurais dû le faire; vois si tu les as toujours traités avec l'honneur auquel ils ont droit, et que Dieu t'a commandé de leur rendre.

TU NE TUERAS POINT.

Il est possible, mon cher auditeur, que tu n'aies point violé la lettre de ce commandement; il est possible que tu n'aies point ôté la vie à un de tes semblables, mais ne t'es-tu jamais laissé dominer par la colère ? Or, la Parole de Dieu déclare expressément que celui qui se met en colère contre son frère est un meurtrier:

 

1 Jean 3 : 15

15 Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu'aucun meurtrier n'a la vie éternelle demeurant en lui.

Juge, après cela, si tu es coupable, oui ou non.

TU NE COMMETTRAS POINT ADULTÈRE.

Peut-être as-tu commis des choses abominables, et t'es-tu plongé, aujourd'hui même, dans les plus honteuses voluptés; mais, en admettant que tu aies toujours vécu dans une chasteté parfaite, peux-tu dire, ô mon frère, que tu n'aies rien à te reprocher par rapport à ce commandement, lorsque tu te places en présence de ces solennelles paroles du Maître : Quiconque regarde une femme pour la convoiter, il a déjà commis adultère avec elle dans son coeur?
Matthieu 5 : 28

28 Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son coeur. Aucun désir impur n'a-t-il souillé ton imagination ?... Oh sûrement, sûrement, si ton front n'est pas d'airain, si ta conscience n'est pas entièrement cautérisée, ta réponse à ces questions ne saurait être douteuse!

TU NE DÉROBERAS POINT.

N'as-tu jamais dérobé ? Peut-être, ce matin même, as-tu commis un vol, et te trouves-tu ici, au milieu de la foule, chargé encore du produit de ton larcin; mais, quand même tu serais d'une probité exemplaire, cependant, n'y a-t-il pas eu certains moments dans ta vie, où tu as éprouvé un secret désir de faire tort à ton prochain ? Je vais plus loin : n'as-tu jamais commis dans l'ombre et le silence quelques-unes de ces fraudes qui, pour ne pas tomber sous le coup de la loi de ton pays, n'en sont pas moins autant d'infractions manifestes à la sainte loi de Dieu ?

Et qui de nous aurait l'audace d'affirmer qu'il a parfaitement obéi au neuvième commandement ?

TU NE DIRAS POINT DE FAUX TÉMOIGNAGE CONTRE TON PROCHAIN


Ne nous sommes-nous jamais fait l'écho de la calomnie ? N'avons-nous pas souvent dénaturé les intentions de nos semblables, ou mal interprété leurs desseins ?

Et le dernier commandement:

TU NE CONVOITERAS POINT


Où est-il l'homme qui ne l'ait foulé aux pieds ? Combien de fois n'avons-nous pas souhaité plus que Dieu ne nous avait donné? Combien de fois nos coeurs charnels n'ont-ils pas soupiré après des biens que le Seigneur dans sa sagesse avait jugé bon de nous refuser ? Ah mes amis, soutenir notre innocence en face de la loi de Dieu, ne serait-ce pas, je vous le demande, faire acte de véritable folie ? Ne semble-t-il pas que la simple lecture de ce loi sainte devrait suffire (moyennant la bénédiction de l'Esprit) pour nous arracher ce cri d'humiliation et de pénitence : "Nous sommes coupables, Seigneur, nous sommes coupables en tous points ? "

Mais j'entends quelqu'un me dire. : "Non, je ne veux pas me reconnaître coupable. Assurément, je ne prétends pas avoir persévéré dans toutes les choses qui sont écrites dans le livre de la loi, mais du moins j'ai fait ce que j'ai pu." C'est faux, ô homme ! Ou tu te fais illusion, tu mens à la face de Dieu ! Non, tu n'as pas fait tout ton possible pour persévérer dans le bien. Dans mille circonstances de ta vie, tu aurais pu agir mieux que tu n'as agi. Quoi ! ce jeune homme oserait-il affirmer qu'il fait son possible pour plaire à Dieu, quand je le vois s'asseoir sur le banc des moqueurs, et insulter son Créateur jusque dans son sanctuaire ? Quoi tous, tant que nous sommes ici, n'aurions-nous pu, si nous l'avions voulu, résister à telle tentation, éviter telle chute dont le souvenir nous condamne ? Si nous n'étions pas libres d'échapper au mal, sans doute nous serions excusables de tomber; mais lequel de nous n'est pas forcé de reconnaître qu'il y a eu, dans sa vie, des moments solennels, où, appelé à choisir entre le bien et le mal, il a résolument choisi le mal et tourné le dos au bien, marchant ainsi - le sachant et le voulant - dans le chemin qui conduit à l'enfer ?

"Ah ! s'écrie une autre personne, il est vrai que j'ai enfreint la loi de Dieu; mais, en définitive, je vaux bien ceux qui m'entourent; je ne suis pas plus mauvais que bien d'autres. " - Pauvre argument que celui-là, mon cher auditeur, ou plutôt argument qui, par le fait, n'en est pas un. Tu n'es pas, je veux le croire, plus mauvais que le reste des hommes; mais, je te prie, en quoi cela t'avance-t-il ? Sera-ce une chose moins terrible d'être damné en compagnie que d'être damné seul ? Lorsque, au dernier jour, Dieu dira aux méchants : Allez, vous, maudits, au feu éternel ! Crois-tu que cette effroyable sentence te semble plus douce, parce qu'elle s'adressera à des milliers de créatures aussi bien qu'à toi ? Si le Seigneur précipitait une nation entière en enfer, chaque individu sentirait aussi vivement le poids de ce châtiment que s'il était seul à le porter. Dieu n'est pas comme les juges de la terre : si les tribunaux étaient encombrés d'accusés, peut-être seraient-ils tentés de passer légèrement sur plus d'une procédure; mais le Très-Haut n'agira point ainsi. Infini dans toutes ses facultés, le grand nombre de criminels ne sera point un obstacle pour lui. Il se montrera aussi juste, aussi inflexible à ton égard que s'il n'existait d'autre pécheur que toi. D'ailleurs, qu'as-tu à faire, je te prie, avec les péchés d'autrui ? Tu n'en es pas responsable, car chacun portera son propre fardeau. Dieu te jugera selon tes oeuvres, non selon celles des autres. Les manquements de la femme de mauvaise vie peuvent être plus grossiers que les tiens, mais il ne te sera pas demandé compte de ses iniquités. Le crime du meurtrier peut l'emporter de beaucoup à mes yeux sur tes propres transgressions, mais tu ne seras pas condamné pour le meurtrier. Mets-toi bien dans l'esprit, ô homme que la religion est une affaire tout entière entre Dieu et toi ; c'est pourquoi, je t'en conjure, regarde à ton propre coeur, et non à celui de ton prochain.

Mais j'entends un autre de mes auditeurs s'exprimer ainsi : "Quant à moi, je me suis souvent efforcé de garder les commandements Dieu, et, à certaines époques de ma vie, je crois y être parvenu : cela ne suffit-il point pour me mettre à l'abri de la malédiction ? " Pour répondre, mon frère, permets-moi de te relire la sentence contenue dans mon texte : "Maudit est quiconque ne persévère pas dans toutes les choses qui sont écrites dans le livre de la loi pour les faire. " Ah ! ne te persuade point que le Seigneur confonde jamais les couleurs fiévreuses d'une irrésolution maladive avec la santé de l'obéissance. Ce n'est point une observation passagère et intermittente de ses commandements qu'il acceptera au jour du jugement; non, il faut persévérer à faire sa volonté. Si donc, dès ma plus tendre enfance, jusqu'à l'heure où mes cheveux blancs descendent au sépulcre, ma vie n'est point un accomplissement incessant de la loi de Dieu, je serai condamné ! Si, dès l'instant où, mon intelligence m'éclairant de ses premiers rayons, je deviens un être responsable, jusqu'au jour où, comme un épi mûr, je suis recueilli dans les greniers éternels, je n'observe point dans leur entier toutes les ordonnances de mon Maître, le salut par les oeuvres est impossible pour moi, et, sur ce terrain, je serai infailliblement perdu ! N'espère donc pas, ô homme qu'une obéissance vacillante et sans suite sauvera ton Âme. Tu n'as point persévéré dans toutes les choses qui sont écrites dans le livre de la loi : par conséquent tu es condamné.

"Mais, objecte un autre, s'il y a plusieurs points de la loi que j'ai transgressés, je n'en suis pas moins très vertueux. " Je te l'accorde, mon frère. Je veux supposer qu'en effet tu as été, à bien des égards, un modèle de vertu; je veux supposer que tu es pur de bien des vices. Mais relis mon texte (et souviens-toi que ce n'est pas ma parole, mais celle de Dieu, que tu vas lire) : "Maudit est quiconque ne persévère pas dans toutes les choses qui sont écrites dans le livre de la loi. " Il n'est pas dit, remarque-le, dans certaines choses, mais dans toutes les choses.

Or, je te le demande, as-tu pratiqué toutes les vertus ? As-tu évité tous les vices ? Tu dis peut-être pour ta défense : "Je ne suis point un intempérant. " Soit, mais tu n'en seras pas moins damné si tu as été un fornicateur. - "Je n'ai jamais commis d'impureté ", t'écries-tu. Soit encore : mais, si tu as profané le sabbat, tu as encouru la malédiction. - Me réponds-tu qu'à cet égard tu es également sans reproche ? Je réplique que, si tu as pris le nom de Dieu en vain, cette seule transgression suffit pour te condamner. Sur un point ou sur un autre, la loi de Dieu t'atteindra indubitablement. Mais il y a plus : non seulement j'affirme (et ta conscience l'affirme aussi, j'en suis certain) que tu n'as point persévéré dans toutes tes choses qui sont écrites dans le livre de la loi, mais encore je soutiens que tu n'as pas persévéré à garder dans son entier un seul des commandements de Dieu. Le commandement est d'une grande étendue, a dit le Psalmiste, et pas un homme sur la terre n'est parvenu à en sonder les profondeurs.

Ce n'est point seulement l'acte extérieur qui nous rend passibles des peines éternelles, la conception du péché suffit pour perdre l'âme. - Et souvenez-vous, mes chers amis, que cette doctrine, qui peut, j'en conviens, vous sembler dure, n'est pas de moi : elle est de Dieu. N'eussiez-vous jamais transgressé de fait la loi divine, cependant, si votre coeur a conçu de mauvaises pensées ou nourri de mauvais désirs, vous avez mérité l'enfer. Eussiez-vous vécu depuis votre naissance jusqu'à cette heure dans une cellule inaccessible, loin de tout être humain, et que par conséquent il vous eût été physiquement impossible de commettre, soit un acte impur, soit un meurtre, soit une injustice, les imaginations de votre coeur dépravé suffiraient à elles seules pour vous bannir à tout jamais de la présence de Dieu. Non ! il n'est pas une âme dans cette grande assemblée qui puisse espérer échapper à la condamnation de la loi ! Tous, depuis le premier jusqu'au dernier, nous devons courber notre front devant Dieu, en nous écriant d'une même voix : "Nous sommes coupables, Seigneur, nous sommes coupables !... " Lorsque je te contemple, ô loi ! ma chair frémit, mon esprit est éperdu ! Lorsque j'entends gronder ton tonnerre, mon coeur se fond comme de la cire au dedans de moi ! Comment pourrais-je soutenir ta présence ? Comment pourrais-je désarmer ta justice ? Sûrement, si, au dernier jour, je dois comparaître à ta barre, je ne saurais me soustraire à la condamnation, car ma conscience elle-même sera mon accusateur !

Mais je crois superflu d'insister davantage sur ce point. 0h toi qui es hors de Christ et sans Dieu dans le monde, n'es-tu pas convaincu que tu es sous le coup de la colère divine ? Arrière de nous, folles illusions, tombez, masques menteurs ! Jetons au vent nos vaines excuses, et reconnaissons qu'à moins que nous ne soyons couverts du sang et de la justice de Christ, la malédiction contenue dans mon texte ferme à chacun de nous individuellement la porte des cieux, et ne nous laisse rien à attendre que les flammes de la perdition.

 

Voir les commentaires

Le combat spirituel 3

5 Avril 2016 , Rédigé par Revivaliste Frédéric Klumpp. Publié dans #Enseignements

Le combat spirituel

--------------------------

Nous poursuivrons cette nouvelle étude du combat spirituel, et nous allons voir certaines choses très importantes.

Tout abord, nous devons comprendre et accepter que le combat spirituel, doit impérativement commencer par cette grande réalité biblique fondamentale qui est la défaite de satan.

Si nous prenons lecture dans Col 2/15 nous y lisons ceci : Ayant dépouillé les principautés et les puissances, qu'il a produites en public triomphant d'elles en la croix.

Satan sait qu'il est vaincu, mais il fait en sorte de garder les croyants dans cette ignorance ce sa défaite. Voyez vous, si vous ne tenez pas compte de cette réalité et que vous n'agissez pas en conséquence, alors, c'est toujours en vain que vous chercherez de nouvelles pratiques et méthodes pour le vaincre, et pourtant, il est déjà vaincu.

Vous devez savoir que la parole de Dieu, nous demande de rendre grâces à Dieu,  il faut savoir que le sacrifice de Jésus à la croix, nous a libérés du pouvoir de satan : Rendant grâces au Père, qui nous a rendus capables de participer à l'héritage des Saints dans la lumière ; Qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres, et nous a transportés au Royaume de son Fils bien-aimé Col 1/12.13.

La vérité, est, que notre délivrance a déjà eu lieu, et non pas à venir. Voyez vous, Dieu nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, ici le mot transporter en grec (methistémi), est d'une importance capitale pour la compréhension de notre délivrance totale. Voyez vous, ce mot était employé lorsque un empire remportait une victoire sur un autre empire. Vous savez, lorsque un empire était vaincu, le vainqueur prenait toute la population du pays vaincu et tout ce qu'il possède, et l'emmène dans son pays.

Voyez vous, tout comme le vainqueur, emmène les gens du pays vaincu dans son territoire, c'est ainsi, que Dieu, au travers de l'amour de son Fils, nous à transportés du royaume de satan dans son royaume, c'est-à-dire que Dieu nous a transportés des ténèbres à la lumière, de l'esclavage à la liberté, de la condamnation au pardon, de la puissance de satan à la puissance de Dieu. Et, pour nous, c'est une glorieuse réalité. Avez-vous rendu grâces pour un tel transport aussi extraordinaire? Ou bien cherchez vous encore à être délivrés ?

Je vais aller plus loin encore dans mon résonnement, afin que vous puissiez prendre conscience d'une chose importante, nous avons vu que Dieu nous a transportés d'un royaume à un autre, mais c'est bien plus que cela, parce que nous avons reçu la rédemption, la rémission des péchés : En qui nous avons la rédemption par son sang, [savoir], la rémission des péchés Col 1/14.

Avant de poursuivre, j'aimerai éclaircir un point particulier, qui me semble vraiment important, la question que je vous pose est de savoir si vous avez compris ce que signifie rédemption ? Par là, j'attire votre attention, pour que vous puissiez comprendre la profondeur de ce mot, beaucoup de croyants ont compris le sens, mais les autres et particulièrement les aficionados de la délivrance ont ils compris le sens profond de cette rédemption ? Apparemment, je ne pense pas, ils n'ont pas compris le sens du mot rédemption, à vrai dire, ils n'ont jamais été enseignés dans ce sens, bien malheureusement, ce qui a provoqué une hérésie. Je vais vous donner une brève explication du mot rédemption.

Le mot rédemption, dans la plus simple des explication, veut dire : Libérer un prisonnier par le paiement d'une rançon. C'est un rachat, le fait de le racheter.

Il faut comprendre là, que je ne suggère pas du tout que Jésus a dû payer une rançon à satan, pour nous délivrer, et croyez moi beaucoup enseigne cette hérésie.

Mais, par sa mort et sa résurrection, Jésus a parfaitement accompli les saintes exigences de la loi divine. Satan veut chaque jours, nous emprisonner par ses accusation, chaque jours il nous rappel que nous sommes coupables et pécheurs, mais voilà, il oubli un détail, la rançon a été payée à la croix, et cette rançon payée nous donne par la foi en Jésus Christ que nous avons été entièrement et définitivement libérés de satan et de son pouvoir.

Le problème qui s'impose ici, est que dans la  plupart des églises, les enseignants nous font croire qu'il n'en est pas réellement ainsi. Voyez vous, ils nous disent que le sang de Jésus nous sauve et nous délivre, mais en pratique nous ne sommes pas complètement délivrés du pouvoir de satan. Alors, ceux qui enseignent cette doctrine font en sorte de faire subir aux croyants des délivrances à n'en plus finir, de soi disant liens démoniaques, et cela durant toute leur vie ; ils lient continuellement satan et ses démons dans la prière, dans les réunions d'églises ; à être délivrés de la malédiction des ancêtres ou de combattre les esprits territoriaux, etc.

Évidement, cette hérésie n'est qu'une nouvelle forme de légalisme dans l'Église.

En fait, selon ces gens, ceux qui nous enseignent cette hérésie, d'après leurs dires, ils veulent nous faire comprendre ce que Jésus a accompli à la croix n'est pas suffisant, puisque maintenant il faut ajouter certaines pratiques, et tout cela pour nous faire croire en une libération supplémentaire du pouvoir de satan.

Je vais vous dire une chose, et je sais que je vais encore m'attirer des ennuis, mais de tels propos venant de ces aficionados, réduit et détruit la puissance même de la croix, eux même renier l'œuvre parfaite de Jésus. Donc, cette hérésie doit être catégoriquement rejetée sans autre forme de procès.

Je suis dans une telle tristesse de voir combien de serviteurs de Dieu exhortent les croyants à être libérés d'une prétendue présence démoniaque ou d'une quelconque démonisation, alors, qu'ils sont déjà libres.

Je suis si triste de voir ces serviteurs de Dieu qui sont sincères dans leur désir de vaincre l'œuvre du diable dans leur vie et celle des autres ; ce qui m'attriste est que leur zèle est admirable, mais combien sans intelligence : Car je leur rends témoignage qu'ils ont du zèle pour Dieu, mais sans connaissance Rm 10/2.      

Et plus encore, c'est que dans tout leur discours, il n'y a aucun fondement scripturaire. Et là, je vais me répéter une fois de plus, sans le vouloir, ils glorifient le diable en lui accordant un pouvoir qu'il ne possède pas.

Nous savons tous que le combat spirituel est réel, mais il ne faut pas non plus oublier que le combat définitif contre le diable a été déjà remporté à la croix par jésus Christ.

Vous devez savoir que ce Jésus Christ, vit en nous ! C'est pourquoi Jean déclare : Mes petits-enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus ; parce que celui qui est en vous, est plus grand que celui qui est au monde 1Jn 4/4.

Si donc celui qui vit en moi est plus grand que celui qui est du monde, cela veut dire que la victoire a déjà été acquise ! C'est ainsi, que notre délivrance du pouvoir de satan, est une parfaite réalité ! 

Mais nous n'expérimenterons jamais une vie de victoire, tant que nous resterons ignorants de ce fait accompli, satan est vaincu, il est vaincu même le jour de notre conversion, c'est ainsi que nous avons été délivrés de lui et de ses démons.

La question qui se pose maintenant est de savoir pourquoi Jésus est mort sur une croix ? Que représente la mort de Jésus ?

Laisser moi vous faire découvrir une chose importante, Jésus est mort pour anéantir la puissance de satan. Je dis bien Jésus est mort pour anéantir la puissance de satan.

Puis donc que les enfants participent à la chair et au sang, lui aussi de même a participé aux mêmes choses, afin que par la mort il détruisît celui qui avait l'empire de la mort, c'est à savoir le Diable ; Et qu'il en délivrât tous ceux qui pour la crainte de la mort étaient assujettis toute leur vie à la servitude Hé 2/14.15.

Jésus est venu anéantir, détruire les œuvres de satan, le mot ici anéantir en grec katargese veut dire : rendre impuissant, paralyser, rendre inactif, réduire à néant.

Attention, il faut comprendre ici que ce sont ses œuvres qui ont été anéanti, mais cela ne veut pas dire que satan n'existe plus. Car il est évident qu'il est toujours vivant et très actif.

Mais nous devons retenir, que par la mort de Jésus à la croix, celui-ci a paralysé la puissance de satan. Vous devez comprendre, que Jésus a anéanti tout pouvoir et autorité de satan, qui pouvais contrôler, manipuler, lier le croyant, et cela a été anéanti à tout jamais. Donc, étant délivrés, nous n'avons plus rien à craindre de l'emprise de satan car celle-ci fut anéantie à la croix. Amen ! Ça c'est la bonne nouvelle, gloire à Dieu !

Souvenons nous ce que Jésus déclare à ses disciples après sa résurrection : Et Jésus s'approchant leur parla, en disant : toute puissance m'est donnée dans le ciel et sur la terre Mt 28/18. 

Le mot pouvoir en grec (exousia) signifie droit, autorité suprême pour régner et dominer.

Voici un autre exemple biblique et indéniable, ce que l'on doit comprendre et accepter est le fait que si Jésus à tout pouvoir et autorité, cela veut dire que le diable n'en a plus du tout ?

Mais si ce dernier exerce encore un quelconque pouvoir, c'est qu'il use de ruse et de supercherie avec les croyants qui connaissent mal sa défaite à la croix et de leur propre délivrance.

C'est ainsi, que l'apôtre Paul nous enseigne à ne pas ignorer les desseins du diable : Afin que Satan n'ait pas le dessus sur nous : car nous n'ignorons pas ses machinations 2Co 2/11.

Comprenez bien, à la croix Jésus n'a pas seulement pris nos péchés, nos maladies, nos infirmités etc.

Bien plus, il a réglé aussi le pouvoir de satan, lorsqu'il nous parle de sa crucifixion, Jésus déclare : Maintenant est venu le jugement de ce monde ; maintenant le Prince de ce monde sera jeté dehors Jn 12/31.

Satan a cru qu'il avait gagné lorsque Jésus fut mort, ça semblait pour lui être une grande victoire, mais elle est vite devenue l'instrument de sa plus importante défaite, une défaite dont il ne se remettra jamais.

Quand à l'apôtre Paul dans son épître aux Colossiens ch 2/15, celui-ci nous dépeint le grand triomphe de la croix sur toute la puissance des ténèbres.

Prenons le temps mes amis, de relire ce passage puissant, et si vous êtes attentifs, vous découvrirez que Jésus a remporté trois grandes victoires sur cette croix.

La première victoire se trouve dans le mot "dépouiller". Jésus a dépouillé les dominations et les autorités, le mot dépouiller en grec (apekdusamenos) signifie : ôter les vêtements jusqu'à une nudité complète.

En fait, le terme ici, nous fait comprendre que Jésus a complètement désarmé satan et ses démons. Cela veut dire que Jésus, a dépouillé de toutes leurs armes dont ils disposaient pour exercer leur pouvoir sur nous.

C'est ainsi qu'ils sont vaincus pour toujours, Jésus a brisé leur pouvoir une fois pour toute sur nos vie, donc, nous n'avons pas a essayer de les vaincre, de toutes manières nous n'y arriverons pas, Jésus les a déjà vaincu à la croix. 

Si vous êtes en Christ, vous n'avez plus rien à craindre, parce que Jésus a dépouillé désarmé pour toujours les puissances des ténèbres. Dès à présent, vous devez comprendre, que leur domination sur votre vie est brisée, annulée. Soyez sans crainte, le diable n'a vraiment plus aucun pouvoir sur vous.

La deuxième victoire se trouve dans un autre mot, "livrer". Jésus les a livrées publiquement en spectacle. Le mot livrer du grec (deigmatidzo) signifie : exposer, exhiber, déployer, étaler, montrer. Il faut savoir que dans le grec classique, ce mot était utilisé pour exposer, étaler, exhiber les captifs avec leurs armes et leur butin pris dans une guerre sur un sol étranger.

C'est ainsi que l'apôtre Paul nous enseigne que la défaite de satan a été étalé, exhiber, montrer, exécutée publiquement, afin que le monde sache.

Il faut comprendre que la croix est le lieu de sa défaite totale et éternelle. Vous comprenez donc pourquoi il déteste le message de la croix. La prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent : Car la parole de la croix est une folie à ceux qui périssent ; mais à nous qui obtenons le salut, elle est la vertu de Dieu 1Co 1/18.  

Quelle tristesse de voir encore des croyants ignorants de ce que Jésus a fait pour les libérer du pouvoir de satan.

Souvenons nous ceci : Si donc quelqu'un est en Christ, [il est] une nouvelle créature ; les choses vieilles sont passées ; voici, toutes choses sont faites nouvelles 2Co 5/17.

La troisième victoire de Jésus se trouve dans le mot "triomphant", en fait le mot triomphant du grec (triambeuo) était utilisé pour décrire un roi qui envoya le meilleur de ses généraux dans une guerre, et que celui-ci après avoir remporté la victoire et gagné des nouveaux territoires pour son roi, revient et avait droit à une parade triomphale, et exposant les armes, le butin, les ennemis capturés au vu de tout le peuple, on réservait au général vainqueur des célébrations extraordinaires, alors que pour l'ennemi attendais une expérience humiliante.

De même, Jésus quitta son royaume, pour venir sur un territoire étranger, pour vaincre l'ennemi, il est venu chercher et sauver ceux qui était perdu : Car le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu Lc 19/10.

Il est venu racheter les captifs que nous sommes, âmes perdues esclaves du péché et de satan.

L'apôtre Paul nous fait part de ce triomphe de Jésus et qui est aussi notre triomphe : Or grâces [soient rendues] à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ, et qui manifeste par nous l'odeur de sa connaissance en tous lieux  2Co 2/14.

Il faut désormais que vous compreniez et accepter une chose, chaque croyant est maintenant un participant à cette victoire sur satan, parce que Jésus nous identifie avec lui dans sa mort et sa résurrection.

Lors, dis-je, que nous étions morts en [nos] fautes, il nous a vivifiés ensemble avec Christ, par la grâce [duquel] vous êtes sauvés. Et il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les [lieux] célestes en Jésus-Christ Ep 2/5.6.

Nous sommes donc ensevelis avec lui en sa mort par le Baptême ; afin que comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous marchions aussi en nouveauté de vie. Car si nous avons été faits une même plante avec lui par la conformité de sa mort, nous le serons aussi [par la conformité] de sa résurrection.

Sachant ceci, que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit détruit ; afin que nous ne servions plus le péché. Car celui qui est mort, est quitte du péché. Or si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui Rm 6/4.8.

Je suis crucifié avec Christ, et je vis, non pas maintenant moi, mais Christ vit en moi ; et ce que je vis maintenant en la chair, je le vis en la foi du Fils de Dieu, qui m'a aimé, et qui s'est donné lui-même pour moi Ga 2/20.

Vous comprenez bien que maintenant, nous n'avons rien à craindre de satan, ni ses esprits. Toutes ses armées ont été défaites et vaincues. C'est ainsi que la victoire de Jésus sur l'ennemi est complète. En fait, Jésus ne nous a jamais demandé de le combattre à sa place !

Je vais vous dire une chose, la responsabilité que nous avons est envers Dieu, et non pas envers le diable.

Ne cherchez plus à détruire le royaume de satan, car il est déjà anéanti, proclamons simplement le glorieux Évangile, la Bonne Nouvelle qui nous libère, le glorieux Évangile de notre Seigneur Jésus Christ.

Alors, mes amis, devant cette œuvre libératrice, grandiose, cette libération qui a été accompli à la croix, nous ne pouvons que de nous prosterner devant l'Agneau de Dieu et l'adorer : Et de la part de Jésus-Christ, qui est le témoin fidèle, le premier-né d'entre les morts, et le Prince des Rois de la terre. A lui [dis-je], qui nous a aimés, et qui nous a lavés de nos péchés dans son sang, et nous a faits Rois et Sacrificateurs à Dieu son Père, à lui [soit] la gloire et la force aux siècles des siècles, Amen ! Ap 1/5.6.

Quelle merveilleuse délivrance n'est ce pas ? Alors transformons nos doutes en louanges et nos craintes en actions de grâces et restons fermes dans cette position de foi et de victoire.

Voir les commentaires

Le combat spirituel 2

21 Mars 2016 , Rédigé par Revivaliste Frédéric Klumpp. Publié dans #Enseignements

La Bible nous révèle, sans aucun doute, l'existence d'un combat spirituel. Mais le problème que l'on rencontre, est que celui-ci ne correspond pas du tout à celui qui est enseigné et pratiqué, il est erronée, et il est dans beaucoup d'églises d'aujourd'hui.

Je vais vous dire une chose, vous devez savoir que la guerre spirituelle a commencé lorsque Lucifer s'est rebellé contre Dieu, alors qu'il était un ange, un chérubin protecteur et d'une grande beauté, il avait été revêtu d'une autorité et d'une gloire extraordinaire. Mais, par orgueil, il a voulu se faire l'égale de Dieu et a même souhaité le supplanter, ce qui a généré sa chute : Comment es-tu tombée des cieux, Étoile du matin, fille de l'aube du jour ? Toi qui foulais les nations, tu es abattue jusques en terre. Tu disais en ton coeur ; Je monterai aux cieux, je placerai mon trône au-dessus des étoiles du [Dieu] Fort ; je serai assis en la montagne d'assignation, aux côtés d'Aquilon ; Je monterai au-dessus des hauts lieux des nuées ; je serai semblable au Souverain. Et cependant on t'a fait descendre au sépulcre, au fond de la fosse Es 14/12.15.

Fils d'homme, prononce à haute voix une complainte sur le Roi de Tyr, et lui dis : ainsi a dit le Seigneur l'Éternel : toi à qui rien ne manque, plein de sagesse, et parfait en beauté ; Tu as été en Héden le jardin de Dieu ; ta couverture était de pierres précieuses de toutes sortes, de Sardoine, de Topaze, de Jaspe, de Chrysolithe, d'Onyx, de Béryl, de Saphir, d'Escarboucle, d'Émeraude, et d'or ; ce que savaient faire tes tambours et tes flûtes [a été] chez toi ; ils ont été tous prêts au jour que tu fus créé. Tu [as été] un Chérubin, oint pour servir de protection ; je t'avais établi, [et] tu as été dans la sainte montagne de Dieu ; tu as marché entre les pierres éclatantes. Tu as été parfait en tes voies dès le jour que tu fus créé, jusqu'à ce que la perversité a été trouvée en toi. Selon la grandeur de ton trafic on a rempli le milieu de toi de violence, et tu as péché ; c'est pourquoi je te jetterai comme une chose souillée hors de la montagne de Dieu, et je te détruirai d'entre les pierres éclatantes, ô Chérubin ! Qui sers de protection. Ton coeur s'est élevé à cause de ta beauté, tu as perdu ta sagesse à cause de ton éclat ; je t'ai jeté par terre, je t'ai mis en spectacle aux Rois, afin qu'ils te regardent. Tu as profané tes Sanctuaires par la multitude de tes iniquités, en usant mal de ton trafic ; et j'ai fait sortir du milieu de toi un feu qui t'a consumé, et je t'ai réduit en cendre sur la terre, en la présence de tous ceux qui te voient. Tous ceux qui te connaissent entre les peuples ont été désolés à cause de toi ; tu es cause qu'on est tout étonné de ce que tu ne seras plus à jamais Ez 28/12.19.

Voyez vous, ces textes bibliques nous fait découvrir sa personnalité, ses desseins machiavéliques et destructeur, ses stratégies dans le combat spirituel, ses moyens de séductions et finalement comment il réussi à tromper et à aveuglé toute la race humaine pour la tenir sous son joug et en faire une partisane de son royaume.

Mais, nous y découvrons aussi le plan de Dieu pour libérer l'homme de cet esclavage et de cette domination, en prophétisant des années avant, la venue de Jésus Christ, le Messie, le Rédempteur, le Sauveur du monde.

Allons ensemble relire cette prophétie bien connue : Et je mettrai inimitié entre toi et la femme, et entre ta semence et la semence de la femme ; cette [semence] te brisera la tête, et tu lui briseras le talon Ge 3/15.

Voyez vous, nous y lisons une chose importante, le verset nous dit que la semence du serpent s'opposera à la semence de la femme. Et le résultat est certain puisqu'il est écris celle-ci t'écrasera la tête. Mais il faut comprendre ici une autre chose importante, il y a un prix à payer, tu (le serpent) lui brisera le talon. Il est évident que nous avons tous compris cette parole, nous savons tous que cette parole c'est accomplie sur la croix ; c'est là que la semence de la femme qui représente la naissance de Jésus, a écrasé la tête du serpent (le diable). Cette victoire, nous la devons aux meurtrissures et aux souffrances de notre Seigneur Jésus qui en a payé le prix.

Voyez vous, le problème qui est là, beaucoup de gens ignore que satan n'est pas comme Dieu, il n'est pas omniprésent, il n'est pas omniscient. A entendre certains prédicateurs et autres croyants aujourd'hui, on l'a impression qu'il est vraiment.

La bonne nouvelle est qu'il ne l'est pas, non, il est soumis à Dieu et je peux affirmer que sa puissance est belle et bien limitée. Vous devez savoir que si il a une certaine liberté, c'est que Dieu lui permet je dirai que c'est comme une liberté surveillée en quelque sorte. Dieu seul est Tout Puissant !

Prenons lecture dans le livre de Daniel : Et au prix duquel tous les habitants de la terre ne sont rien estimés ; il fait ce qui lui plaît tant dans l'armée des cieux, que parmi les habitants de la terre ; et il n'y a personne qui empêche sa main, et qui lui dise : Qu'as-tu fait ? Da 4/35.

Je vais vous dire ceci, satan n'est qu'une créature comme une autre et, à ce titre, sa vie et sa puissance dépendent intégralement de Dieu. Il ne peut pas agir sans autorisation divine. Dieu opère toutes choses d'après le conseil de sa volonté : En qui aussi nous sommes faits son héritage, ayant été prédestinés, suivant la résolution de celui qui accomplit avec efficace toutes choses, selon le conseil de sa volonté Ep 1/11.

Mais allons plus loin, selon le livre de Job, nous voyons que satan exerce un certain pouvoir sur les éléments et les hommes, mais, parallèlement, la Bible nous montre aussi qu'il ne peu rien faire sans la permission de Dieu ! Dans le cas de Job, Dieu avait fixé des limites bien précises à satan.

Je vais vous dire une chose importante, en tant que créature, satan possède sa propre sphère limitée d'influence. Il ne peut pas nous déchiqueter à sa guise. D'ailleurs s'il le pouvais, ne pensez vous pas que nous serions déjà tous morts ?

En aucun cas Dieu lui a donné  cette puissance, la réalité, est que satan, les démons, les anges, les croyants, les pécheurs sont tous des créatures et ne peuvent opérer que dans les limites fixées par Dieu.

Voyez vous, la réalité est que satan cherche qu'une chose, séduire l'homme et le pousser à aller au-delà des limites que Dieu lui a imposées.

Le péché du diable, n'a-t-il pas précisément été celui de transgresser les limites que Dieu lui avait données selon Es 14/12.15 ?

Les anges de Dieu ne transgressent jamais les limites qui leur sont imposées, même pas dans leur confrontation avec le diable. Leur réplique était toujours : Que le Seigneur te réprime satan. Ils savent que leur force réside exclusivement dans la puissance de Dieu.

Lorsque nous parcourons les Saintes Écritures, celle-ci nous dit que les gouvernements de cette terre sont sous l'autorité de satan, bien que ce soit pas lui qui dirige l'univers. Ses forces démoniaques à l'œuvre sont décrites dans les Écritures comme les princes de ce monde de ténèbres. Satan a séduit l'homme dans le jardin d'Eden et exerce, depuis, cette autorité pernicieuse ici bas. Dieu tolère cet usurpateur pendant un laps de temps bien précis.

Voyez vous, son jugement approche chaque jour un peu plus. Il sera bientôt enchaîné et jeté pendant mille ans dans l'abîme. Et, à la fin des mille ans du règne de Jésus Christ sur la terre, il sera libéré pour un peu de temps, puis jeté définitivement dans l'étang de feu et souffre selon Ap20/10.

Il faut savoir que le combat spirituel pour les croyants, continuera jusqu'au jour de l'enlèvement de l'Église.

Satan, est l'ennemi de Dieu, et il cherche toujours à susciter la rébellion contre le Créateur et son peuple.

Il est appelé le tentateur : Et le Tentateur s'approchant, lui dit : Si tu es le Fils de Dieu, dis que ces pierres deviennent des pains Mt 4/3.

Il est le meurtrier et le menteur : Le père dont vous êtes issus c'est le démon, et vous voulez faire les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il n'a point persévéré dans la vérité, car la vérité n'est point en lui. Toutes les fois qu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur, et le père du mensonge Jn 8/44.

Il est aussi comparé à un lion : Soyez sobres, [et] veillez : car le diable, votre adversaire, tourne autour de vous comme un lion rugissant, cherchant qui il pourra dévorer 1Pi 5/8.

Il est aussi appelé le serpent : Or le serpent était le plus fin de tous les animaux des champs que l’Éternel Dieu avait faits ; et il dit à la femme : Quoi ! Dieu a dit, vous ne mangerez point de tout arbre du jardin ? Ge 3/1.  

Il est aussi comparé à un ange de lumière : Car tels faux Apôtres sont des ouvriers trompeurs, qui se déguisent en Apôtres de Christ. Et cela n'est pas étonnant : car satan lui-même se déguise en Ange de lumière. Ce n'est donc pas un grand sujet d'étonnement si ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice ; [mais] leur fin sera conforme à leurs œuvres 2Co 11/13.15.   

Il est le dieu de ce siècle : Mais nous avons entièrement rejeté les choses honteuses que l'on cache, ne marchant point avec ruse, et ne falsifiant point la parole de Dieu, mais nous rendant approuvés à toute conscience des hommes devant Dieu, par la manifestation de la vérité. Que si notre Évangile est encore voilé, il ne l'est que pour ceux qui périssent. Desquels le dieu de ce siècle a aveuglé les entendements, [c'est-à-dire], des incrédules, afin que la lumière de l'Évangile de la gloire de Christ, lequel est l'image de Dieu, ne leur resplendît point 2Co 4/2.4.   

Nous allons voir ensemble si vous le désirez, quelque combat spirituel dans l'histoire de l'humanité.

Revoyons Abel et Caïn, l'un adorant par la foi dans l'offrande d'un sacrifice sanglant, et l'autre selon la religion des bonnes œuvres. Voyez vous le premier meurtre fut une avant première du combat spirituel qui a perduré au travers des ages jusqu'à aujourd'hui.

Nous pouvons voir aussi le combat spirituel dans le choix d'Abraham et l'établissement d'Israël. C'était sans doute satan qui agissait au travers de pharaon durant les années de captivité d'Israël.

Ce fut aussi un combat spirituel lorsque Moïse s'est opposé à pharaon pour l'exode d'Israël et l'institution de la pâque. Si vous remarquez bien, c'est ni les réprimandes de Moïse, ni l'unité du peuple de Dieu qui a accordé la victoire à Israël, en fait c'est la Parole de Dieu et le sang de l'agneau qui a vaincu satan. Et ensuite, après avoir été délivrés, Israël ne s'est pas dépêchés de prendre possession de l'Égypte, mais ils se sont dirigés vers un meilleur pays que le Seigneur leur avait promis.

Un autre combat spirituel commence avec Josué pour la terre promise, puis si nous continuons dans les Saintes Écritures, nous allons y trouver au travers du livre des Juges, pendant la période des Rois et même durant tout le temps de la captivité d'Israël.

En fait, quelques unes de ses plus grandes victoires ont eu lieu pendant ce temps là et ont révélé, d'une manière évidente, que Dieu mène sa guerre avec ou sans notre coopération selon Da 4/34.35.

Voyez vous au travers de ces récits, nous devons mettre en évidence cette vérité très importante dans le combat spirituel : DIEU EST SOUVERAIN !

Il nous faut comprendre une chose, c'est sa guerre et il combat lui-même. Il peut nous utiliser dans ce combat, mais il n'a pas besoin de nous. Ses plans subsisteront et sa volonté s'accomplira : Souvenez-vous des premières choses [qui ont été] autrefois : car c'est moi qui suis le [Dieu Fort], et il n'y a point d'autre Dieu, et il n'y a rien qui soit semblable à moi. Qui déclare dès le commencement la fin, et longtemps auparavant les choses qui n'ont point encore été faites ; qui dis ; Mon conseil tiendra, et je mettrai en exécution tout mon bon plaisir Es 46/9.10.  

Je vais vous dire une chose, Dieu peu faire en cinq minutes plus qu'un homme peu le faire durant des millions d'années. Dieu règne sur toutes les nations, et il a besoin de personne, mais nous, nous dépendons désespérément de Lui et cela que nous le reconnaissions ou pas. Voilà ce que tout croyants d'aujourd'hui doivent redécouvrir dans le véritable combat spirituel ; une foi en un Dieu souverain et indépendant dont les plans ne peuvent être contrecarrés et qui a son trône dans les cieux.

Si nous voulons aller plus loin dans la réflexion, souvenons nous de ce qui est écris dans Ac 4, quand le diable a essayé d'intimider l'Église, les apôtres ont réagi en engageant un combat spirituel, mais pas comme certains le font aujourd'hui, à tort en attaquant les esprits religieux, les esprits de domination, les esprits de Jézabel, non, ils ont prié Dieu d'un commun accord et ont dit : Ce qu'ayant entendu, ils élevèrent tous ensemble la voix à Dieu, et dirent : Seigneur ! Tu es le Dieu qui as fait le ciel et la terre, la mer, et toutes les choses qui y sont Ac 4/24.   

La question qui se pose est de savoir pourquoi ont-ils appelé Dieu de cette façon, en ce temps de crise ? La réponse en est simple, parce qu'ils se sont adressés a lui comme le Créateur, mais aussi comme le Seigneur ! En fait, le mot grec pour Seigneur est "Despota" qui signifie Souverain, Maître absolu.

Nous devons nous rappeler, que Dieu contrôle et domine sur toutes choses, y compris sur les principautés et les dominations sataniques ! Et c'est en cela que nous ne devons en aucune manière perdre de vue dans le combat spirituel.

Alors, la question n'est plus de savoir qui sommes nous ou qui est le diable, mais de savoir qui est Dieu !

La première Église s'est souvenu du Dieu qu'elle servait lorsqu'elle déclare : Seigneur ! Tu es le Dieu qui as fait le ciel et la terre, la mer, et toutes les choses qui y sont Ac 4/24.  

Voyez vous les premiers croyants n'ont jamais reconnu la souveraineté de l'homme, mais uniquement celle de Dieu qui a établi son propre Roi, Jésus Christ, qui règne de Sion, sa montagne sainte.

Tous les plans des princes de la terre en matière de rébellion sont voués à l'échec. C'est Dieu qui élève et c'est lui qui abaisse. Mais nous devons bien réaliser que Dieu utilise parfois satan. Si satan n'était pas utile, croyez vous qu'il serait encore là ? Nous devons accepter que, pour le moment, Dieu ne met pas de côté satan et ses armées parce qu'il s'en sert encore pour son plan divin.

Je vais vous dire une chose et là je sais que ma liste de ceux qui m'aime pas pour ce que je dis va s'agrandir un peu plus, mais ceux qui enseignent ce nouveau combat spirituel contre les esprits territoriaux et autres esprits, ne sont ils pas, inconsciemment en train de se rebeller contre le plan de Dieu ?

C'est ainsi que subtilement, le diable amène de nombreuses églises à se confronter directement a lui dans la prière et les trompe en les poussant à chercher à identifier un soi disant homme fort etc. Il fait tout pour épuiser le peuple de Dieu. Le prophète Daniel a prédit que dans les derniers jours, satan opprimerait, fatiguerait, épuiserait les saints du Très Haut : Il proférera des paroles contre le Souverain, et détruira les Saints du Souverain, et pensera de pouvoir changer les temps et la Loi ; et [les Saints] seront livrés en sa main jusqu'à un temps, et des temps, et une moitié de temps Da 7/25. Nous pouvons comprendre quel est la ruse du malin, et quel solennel avertissement pour nous !    

Mais nous pouvons continuer encore plus loin, un autre exemple de la souveraineté divine, comment Dieu a-t-il utilisé l'empire Médo Perse ? Souvenez vous c'était Cyrus, un roi païen qui devait accomplir ses Plans : Ainsi a dit l'Éternel ton Rédempteur, et celui gui t'a formé dès le ventre ; je suis l'Éternel qui ai fait toutes choses, qui [seul] ai étendu les cieux, et qui ai par moi-même aplani la terre ; Qui dissipe les signes des menteurs, qui rends insensés les devins ; qui renverse l'esprit des sages, et qui fais que leur science devient une folie Es 44/24.25. 

Afin qu'on connaisse depuis le soleil levant, et depuis le soleil couchant, qu'il n'y a point d'autre [Dieu] que moi. Je suis l'Éternel, et il n'y en a point d'autre : Qui forme la lumière, et qui crée les ténèbres ; qui fais la paix, et qui crée l'adversité ; c'est moi l'Éternel qui fais toutes ces choses Es 45/6.7.

Qu'a fait Cyrus ? Il a donné l'ordre au peuple captif d'Israël de retourner dans son pays. Il a financé la reconstruction du temple et des murailles de Jérusalem. Cet homme ne connaissait même pas Dieu et pourtant il a été un instrument utile entre les mains de Dieu.

Dieu c'est servi aussi des grecs, Alexandre le Grand, en peu d'années, a conquis le monde de cette époque parce que c'était le plan de Dieu. Cet homme connaissait il Dieu ? Non ! On pourrait le comparer à un antichrist. Il ne faut pas oublier, qu'il a essayé de former un gouvernement mondial, il a opéré un brassage de populations et soumis le monde entier à une seule culture. Vous allez me dire comment Dieu l'a-t-il utilisé ? Et bien en imposant la langue grecque dans tout son royaume. Comment cela a-t-il fait avancer les plans de Dieu ? Et bien lorsque Jésus Christ est venu dans le monde, la propagation de l'Évangile s'est faite très rapidement, parce qu'il n'y avait pratiquement plus de barrières linguistiques. Voyez vous, notre Dieu n'est il pas merveilleux, omniscient et omnipotent !

Alors pourquoi est il important de mettre l'accent sur la souveraineté de Dieu ? Parce que cela va dépendre toute votre conception du combat spirituel. Votre vision sera centrée soit sur Dieu, soit sur l'homme. Jésus a dit : Ce n'est pas vous qui m'avez élu, mais c'est moi qui vous ai élus, et qui vous ai établis, afin que vous alliez [partout] et que vous produisiez du fruit, et que votre fruit soit permanent ; afin que tout ce que vous demanderez au Père en mon Nom, il vous le donne Jn 15/16.

Je voudrais revenir sur un sujet que j'ai parlé précédemment, revenons à la prière des premiers disciples dans Ac 4, pour que vous pouviez y découvrir comment ils priaient et quelle était la vraie nature de leur combat spirituel. Leur prière était exclusivement centrée sur Dieu, sur sa Parole et sur Jésus Christ. Leurs regards étaient sur le Seigneur et sa Toute Puissance. Dans leur prière, ils ne faisaient nullement allusion au fait de réprimer ou de lier satan. En réalité ce sont les hommes qu'ils considéraient comme responsables de leurs problèmes. Ils croyaient fermement que tout ce qui leur arrivait était la volonté de Dieu. La persécution ou les tribulations ne leur semblaient pas inhabituelle ou provenir d'emblée du diable. Au contraire, ils y voyaient même la main de Dieu : Pour faire toutes les choses que ta main et ton conseil avaient auparavant déterminé qui seraient faites Ac 4/28.

Voici brièvement les principales caractéristiques de leur prière d'intercession.

Ils étaient unis : Ce qu'ayant entendu, ils élevèrent tous ensemble la voix à Dieu V 24

Ils reconnaissaient la souveraineté de Dieu : et dirent : Seigneur ! V 24

Ils reconnaissaient sa puissance créative : tu es le Dieu qui as fait le ciel et la terre, la mer, et toutes les choses qui y sont V 24

Leur prière était basée sur la Parole de Dieu : Et qui as dit par la bouche de David ton serviteur V 25

Ils savaient que ce qui leur arrivait était un accomplissement des Écritures : pourquoi se sont émues les Nations, et les peuples ont-ils projeté des choses vaines ? V 25 et non quelque chose d'inhabituel.

Ils estimaient que tout ce qu'ils vivaient était l'accomplissement des plans de Dieu : Pour faire toutes les choses que ta main et ton conseil avaient auparavant déterminé qui seraient faites. V 28

Ils priaient pour avoir de l'assurance dans la prédication de la Parole de Dieu : Maintenant donc, Seigneur, fais attention à leurs menaces, et donne à tes serviteurs d'annoncer ta parole avec toute hardiesse V 29

Ils priaient pour que le Seigneur confirme Sa Parole par des guérisons, des miracles et des prodiges : En étendant ta main afin qu'il se fasse des guérisons, et des prodiges, et des merveilles V 30

Ils priaient au nom de Jésus : par le Nom de ton saint Fils Jésus. V 30

Voyez vous pour les apôtres de Jésus, le vrai combat spirituel s'est toujours opéré par le biais de la proclamation de l'Évangile. Ils ont ainsi confirmé la seule méthode divine prévue à cet effet. C'est la Parole de Dieu qui change la vie des hommes. Jésus dans ses dernières exhortations à l'intention de ses disciples, a toujours mis en avant la prédication de la Bonne Nouvelle : Et Jésus s'approchant leur parla, en disant : toute puissance m'est donnée dans le ciel et sur la terre. Allez donc, et enseignez toutes les nations, les baptisant au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ; [Et] les enseignant de garder tout ce que je vous ai commandé. Et voici, je suis toujours avec vous jusques à la fin du monde. Amen Mt 28/18.20.

Et il leur dit : allez par tout le monde, et prêchez l'Évangile à toute créature Mc 16/15.

Alors il leur ouvrit l'esprit pour entendre les Écritures Lc 24/45.

Il est significatif de relever que Jésus a demandé à ses disciples de chasser les démons, mais en aucun cas de combattre des esprits de quelques sortes. C'est là une importante distinction à faire tout au long de notre vie dans le combat spirituel, le réel danger est qu'en nous écartant du modèle biblique, nous nous éloignons en réalité de Christ et du véritable combat spirituel, tel qu'il nous l'a enseigné.

 

Veillons, veillons pour ne pas tomber dans les pièges de l'ennemi.

 

Revivaliste Frédéric Klumpp.

Voir les commentaires

Le combat spirituel. 1

21 Mars 2016 , Rédigé par Revivaliste Frédéric Klumpp. Publié dans #Enseignements

Voici quelques années déjà que je me suis penché sur ce sujet très important évoqué dans les Saintes Écritures qui fait malheureusement l'objet de pratiques et de rites sans fondement biblique, ce qui à coup sûr, égare bien des croyants.

Le combat spirituel est une réalité biblique ; cependant beaucoup d'églises, quoique soucieuses de voir la puissance de Dieu en action, ne s'en sont guère tenues aux Saintes Écritures et ont prêté foi à des enseignements tout à fait anti scripturaires. De ce fait, une grande confusion s'est installée dans l'esprit de nombreux croyants.

Les doctrines les plus étranges sont en vogue, notamment le ministère de délivrance c'est-à-dire le fait de chasser des démons appliqué aux croyants nés de nouveau ; les malédiction des parents attribuées à leurs enfants jusqu'à la 3e et 4e génération ; lier ou délier les esprits ; combattre satan et les esprits territoriaux qui tiendraient captifs des régions, des villes, des pays ; détruire les forteresses spirituelles dans les lieux célestes avant de pouvoir évangéliser efficacement, etc….

Il ne fait aucun doute que, de nos jours, l'activité des démons s'intensifie. Ne voyons nous pas là un signe évident de la fin des temps ? Or l'Esprit dit expressément qu'aux derniers temps quelques-uns se révolteront de la foi, s'adonnant aux esprits séducteurs, et aux doctrines des Démons. 1Tm 4/1.

Le succès de l'occultisme dans le monde moderne représente un sérieux défi pour l'Église du Seigneur et, à ce niveau, il est capital que celle-ci soit de plus en plus armée et qu'elle ait du discernement spirituel.

Mais attention !!!! Si des serviteurs de Dieu ou des croyants se laissent trop fasciner par tout ce qui est démoniaque, les conséquences peuvent être dramatiques. En accusant des croyants nés de nouveau d'avoir des démons, on soulève des questions d'ordre théologique et pastoral que nous ne pouvons nous permettre d'esquiver. Certains d'entre eux, sincères dans leur foi, ont terriblement souffert de la culpabilité, de dépression, voire même de désespoir, parce qu'on leur a dit qu'ils avaient en eux un démon.

Ce discours retient mon attention car, en attribuant à la plupart de nos problèmes une origine démoniaque, ne s'agit il pas d'une solution de facilité et ne fuyons nous pas nos propres responsabilités en les transférant sur le diable ?

La vérité ? La Bible évoque bien l'existence de démons pouvant parfois habiter et contrôler des incroyants, mais pas des croyantss nés de nouveau. Ces derniers peuvent succomber aux mauvaises suggestions du diable : Mais je crains, que comme le serpent séduisit Eve par sa ruse, vos pensées aussi ne se corrompent, [en se détournant] de la simplicité qui est en Christ. 2Co 11/3, mais ils ne sont pas pour autant habités par des démons, ni liés ou manipulés, ni sous leur domination. Cette nouvelle doctrine confond l'influence extérieure des démons (tentations, attaques, fausses doctrines) et leur habitation dans une personne.

Jésus lui-même fut tenté par satan, le prince des démons, mais il n'était certainement pas lié, manipulé ou habité par eux. Il a déclaré : Je ne parlerai plus guère avec vous ; car le Prince de ce monde vient ; mais il n'a aucun empire sur moi Jn 14/30. Les Écritures nous demandent de résister au diable : Soumettez-vous donc à Dieu. Résistez au Démon, et il s'enfuira de vous Jq 4/7, et non d'expulser des démons de notre vie.

Il arrive que des croyants délivrés de certains problèmes, croient à tort avoir été libérés de liens démoniaques. Mais il est important de vérifier si la Parole de Dieu confirme leur interprétation. On peut en effet, par ignorance, tirer de fausses conclusions d'une expérience authentique. Certains pasteur fascinés par le sujet de la démonologie et du combat spirituel, si en vogue à l'heure actuelle, se font piéger. Ils consacrent alors la majeure partie de leur temps à ce nouveau ministère qu'ils se sont fabriqués. L'ironie de cette pratique non biblique est la suivante : plus ils chassent des démons chez des croyants, plus il semble qu'il faille en chasser encore d'autres et le reste de leur ministère est pratiquement ignoré.

Les enseignements d'un pasteur, ou des les expériences personnelles que nous avons pu faire dans ce domaine, ne doivent jamais contredire le message biblique. Dans le NT, les apôtres n'ont aucunement enseigné la démonisation  du croyant ou pratiqué son exorcisme.

L'enseignement des apôtres de notre Seigneur Jésus Christ n'est il pas le seul modèle à suivre en matière de foi et de pratiques ? Soyez tous ensemble mes imitateurs, mes frères, et considérez ceux qui marchent comme vous nous avez pour modèle Ph 3/17.

L'apôtre Paul atteste que : Mais quand nous-mêmes [vous évangéliserions], ou quand un Ange du Ciel vous évangéliserait outre ce que nous vous avons évangélisé, qu'il soit anathème Ga 1/8.

Nos expériences ne doivent jamais être le fondement de notre doctrine.

A partir du moment où nous commençons à apporter un enseignement basé exclusivement sur l'expérience, nous perdons toute autorité spirituelle et nous ouvrons alors la porte à l'erreur, à la confusion et à l'hérésie.

Il arrive aux croyants de faire des expériences de toutes sortes, mais s'ils en acceptent une seule non biblique comme étant la vérité, ils seront alors obligés d'admettre toutes les autres. Sachez mes amis, c'est la Parole de Dieu et non l'expérience qui doit être le fondement de notre foi.

Il est donc impératif que le croyant des dernier temps juge, au regard de la Bible, tout ce qu'il entend, lit ou voit, s'il veut en mesure de séparer la fiction de la réalité, et cela tout spécialement dans le domaine du combat spirituel. Peu importe si ces enseignements ou expériences proviennent de plusieurs ministères mondialement connus.

Dans ces temps de la fin, nous observons un peu partout deux phénomènes significatifs : les vents de fausses doctrines et les ruses du diable qui se propagent à une vitesse alarmante dans un bon nombre d'églises.

Le problème qui s'impose ici, est que, bien des croyants ne ressemblent plus aux nobles Béréens, approuvés par le St Esprit, qui, examinaient chaque jour les Écritures : Or ceux-ci furent plus généreux que les Juifs de Thessalonique, car ils reçurent la parole avec toute promptitude, conférant tous les jours les Écritures, [pour savoir] si les choses étaient telles qu'on leur disait Ac 17/11.

C'est hélas le contraire que se passe. Ils sont à la recherche de textes bibliques, mais uniquement pour confirmer leurs doctrines ou leurs expériences favorites et, pour ce faire, ils n'hésitent pas au besoin à en tordre le sens.

Plus que jamais, seuls les croyants enracinés dans la Parole de Dieu ne seront plus flottants et emportés à tout vent de doctrines selon Ep 4/14 parce qu'ils croiront en l'autorité divine, finale et unique des Écritures.

Il faut savoir, que de nos jours, tout ce qui est relatif aux démons semble électriser une réunion d'église ou un groupe d'étude biblique. En tombant dans les excès, on tombe également dans toutes sortes de pièges et on devient la proie du diable. S'il ne peut pas nous appâter avec le péché, il essayera de nous entraîner sur le terrain glissant des spéculations les plus invraisemblables.

Les démons ne méritent certes pas toute l'attention qu'on leur apporte. Des croyants sincères, exposés à toutes sortes d'enseignements aveuglés sur les démons et le combat spirituel, ont été complètement aveuglés dans leur vie spirituelle car, sans s'en rendre compte, ils glorifient le diable en lui attribuant une puissance qu'il ne possède pas.

N'oublions pas que le but suprême de satan est de vouloir détruire la fidélité et la puissance de Dieu aux yeux des croyants, tout en maximalisant sa supposée grandeur dans leurs esprits. En d'autres termes, satan veut nous faire croire qu'il est plus grand que Dieu.

Dans notre approche du monde spirituel, il nous faut être prudent. Quand nous lisons ou entendons parler de quelque chose à ce sujet, même extraordinaire, nous devrions immédiatement vérifier son origine et sa véracité biblique.

L'apôtre Paul mettait en garde les croyants de Colosse et il leur recommandait de ne pas suivre n'importe quel enseignant qui s'abandonne à ses visions. Une telle personne disait Paul, est enflée d'orgueil par ses pensées charnelles selon Col 2/18.

Lorsqu'un serviteur de Dieu se considère lui-même être une autorité dans le monde des esprits, entraînera à sa suite beaucoup de croyants instables et avides de nouveautés. En définitive, tout croyants en quête exclusivement du mystérieux, de l'extraordinaire ou du spectaculaire sera tôt ou tard dans la confusion et connaîtra même un désastre spirituel certain.

Nous devons donc absolument demeurer fidèles aux enseignements et aux pratiques des Saintes Écritures, nous en tenant textuellement à ce qui est écrit, en respectant les silences, les non dits et en rejetant toute spéculation hasardeuse et dangereuse. C'est à ce prix là que dans notre combat spirituel, nous serons à même de séparer la fiction de la réalité, afin de ne pas courir à l'aventure ou frapper comme battant l'air mais de combattre victorieusement le vrai combat de la foi amen et amen.

 

Revivaliste Frédéric Klumpp.

Voir les commentaires

La grande tribulation ! (Fin)

3 Novembre 2015 , Rédigé par Revivaliste Frédéric Klumpp. Publié dans #Enseignements

Détruire l'antéchrist et inaugurer son règne millénaire : Voici, les jours viennent, dit l'Éternel, que je ferai lever à David un Germe juste, qui régnera [comme] Roi ; il prospérera, et exercera le jugement et la justice sur la terre. En ses jours Juda sera sauvé, et Israël habitera en assurance ; et c'est ici le nom, duquel on l'appellera : l'Éternel notre justice Jé 23/5.6.

Mais comme l'éclair sort de l'Orient, et se fait voir jusqu'à l'Occident, il en sera de même de l'avènement du Fils de l'homme. Car où sera le corps mort, là s'assembleront les aigles. Or, aussitôt après l'affliction de ces jours-là, le soleil deviendra obscur, et la lune ne donnera point sa lumière, et les étoiles tomberont du ciel, et les vertus des cieux seront ébranlées. Et alors le signe du Fils de l'homme paraîtra dans le ciel. Alors aussi toutes les Tribus de la terre se lamenteront en se frappant la poitrine, et verront le Fils de l'homme venant dans les nuées du ciel, avec [une grande] puissance, et une grande gloire Mt 24/27.30.

 Il nous faut comprendre que l'antéchrist ou l'homme d'iniquité, érigera une image de lui-même dans le temple, se déclarant lui-même Dieu : Que personne [donc] ne vous séduise en quelque manière que ce soit ; car [ce jour-là ne viendra point] que la révolte ne soit arrivée auparavant, et que l'homme de péché, le fils de perdition, ne soit révélé ; Lequel s'oppose et s'élève contre tout ce qui est nommé Dieu, ou qu'on adore, jusqu'à être assis comme Dieu au Temple de Dieu voulant se faire passer pour un Dieu 2Th 2/3.4.

Et elle séduisait les habitants de la terre, à cause des prodiges qu'il lui était donné de faire devant la bête, commandant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait reçu le coup [mortel] de l'épée, et qui néanmoins était vivante. Et il lui fut permis de donner une âme à l'image de la bête, afin que même l'image de la bête parlât, et qu'elle fît que tous ceux qui n'auraient point adoré l'image de la bête, fussent mis à mort Ap 13/14.15.

Les faits qui vont suivrent, sont d'une importance capitale concernant cet événement critique.

A L'abomination de la désolation marquera le début de la phase finale de la tribulation  dont les points culminants seront le retour de Christ sur terre ainsi que le jugement des impies à Harmaguédon : Car alors il y aura une grande affliction, telle qu'il n'y en a point eu de semblable depuis le commencement du monde jusques à maintenant, ni il n'y en aura plus de telle Mt 24/21.  

Or, aussitôt après l'affliction de ces jours-là, le soleil deviendra obscur, et la lune ne donnera point sa lumière, et les étoiles tomberont du ciel, et les vertus des cieux seront ébranlées. Et alors le signe du Fils de l'homme paraîtra dans le ciel.

Alors aussi toutes les Tribus de la terre se lamenteront en se frappant la poitrine, et verront le Fils de l'homme venant dans les nuées du ciel, avec [une grande] puissance, et une grande gloire Mt 24/29.30.

Ici, il nous faut comprendre ceci, aussitôt après la tribulation, des signes spectaculaires apparaîtront dans le ciel ; ceux-ci précéderont l'apparition de Christ et annonceront clairement son retour. Christ reviendra sur terre en puissance et en gloire, et cela surprendra aucun croyant qui sera passé par la tribulation, qui aura prêté attention à la Parole de Dieu et qui aura observé les signes du ciel en rapport avec le soleil, la lune, les étoiles et l'ébranlement des puissances des cieux. Hurlez ; car la journée de l'Éternel est proche, elle viendra comme un dégât [fait] par le Tout-Puissant. C'est pourquoi toutes les mains deviendront lâches, et tout coeur d'homme se fondra. Ils seront épouvantés, les détresses et les douleurs les saisiront, ils seront en travail comme celle qui enfante, chacun s'étonnera [regardant] vers son prochain, leurs visages seront comme des visages enflammés. Voici, la journée de l'Éternel vient, elle est cruelle, elle n'est que fureur et ardeur de colère, pour réduire le pays en désolation, et il en exterminera les pécheurs. Même les étoiles des cieux et leurs astres ne feront point luire leur clarté ; le Soleil s'obscurcira quand il se lèvera, et la Lune ne fera point resplendir sa lueur. Je punirai le monde habitable à cause de sa malice, et les méchants à cause de leur iniquité ; je ferai cesser l'arrogance de ceux qui se portent fièrement, et j'abaisserai la hauteur de ceux qui se font redouter. Je ferai qu'un homme sera plus précieux que le fin or ; et une personne, plus que l'or d'Ophir. C'est pourquoi je ferai crouler les cieux, et la terre sera ébranlée de sa place, à cause de la fureur de l'Éternel des armées, et à cause du jour de l'ardeur de sa colère Es 13/6.13.

Le V 30 décrit le Christ apparaissant dans le ciel après la grande tribulation et les signes cosmiques. Il viendra pour juger les méchants et pour délivrer son peuple fidèle et établir la justice sur la terre. Tous les chrétiens, les vivants comme les morts qui auront été enlevés de la terre au moment de l'enlèvement reviendront avec Christ lors de son retour avec puissance et une grande gloire. Le signe auquel il est fait allusion ici est probablement Christ en personne venant sur les nuées du ciel, entouré d'une lumière brillante.

B En prenant note de l'époque à laquelle cet événement aura lieu c'est-à-dire

"Quand vous verrez" selon Mt 24/15, les saints qui vivront à l'époque de la tribulation pourront savoir avec certitude à quel moment se terminera la tribulation et à quel moment Christ viendra régner sur terre : De même quand vous verrez toutes ces choses, sachez que [le Fils de l'homme] est proche, et qu'il est à la porte Mt 24/33.

L'intervalle de temps entre cet événement et la fin des temps est mentionné à quatre reprises dans les Saintes Écritures ; il sera de trois et demi, ou 1260 jours.

Tu sauras donc, et tu entendras, que depuis la sortie de la parole [portant] qu'on [s'en] retourne, et qu'on rebâtisse Jérusalem, jusqu'au CHRIST le Conducteur, il y a sept semaines et soixante-deux semaines ; et les places et la brèche seront rebâties, et cela en un temps d'angoisse. Et après ces soixante-deux semaines, le CHRIST sera retranché, mais non pas pour soi ; puis le peuple du Conducteur, qui viendra, détruira la ville et le Sanctuaire, et la fin en sera avec débordement, et les désolations sont déterminées jusqu'à la fin de la guerre. Et il confirmera l'alliance à plusieurs dans une semaine, et à la moitié de cette semaine il fera cesser le sacrifice, et l'oblation ; puis par le moyen des ailes abominables, qui causeront la désolation, même jusqu'à une consomption déterminée, [la désolation] fondra sur le désolé Da 9/25.27.

C Parce que la venue de Christ est tant attendu, les fidèles doivent prendre garde à toute déclaration attestant que Christ est déjà revenu ;  cela est faux : Alors si quelqu'un vous dit : Voici, le Christ est ici ; ou, il est là ; ne le croyez point. Car il s'élèvera de faux christs et de faux prophètes, qui feront de grands prodiges et des miracles, pour séduire même les élus, s'il était possible. Voici, je vous l'ai prédit. Si on vous dit : voici, il est au désert, ne sortez point ; voici, il est dans le lieu le plus retiré de la maison, ne le croyez point. Mais comme l'éclair sort de l'Orient, et se fait voir jusqu'à l'Occident, il en sera de même de l'avènement du Fils de l'homme Mt 24/23.27.

Nous allons ouvrir une nouvelle parenthèse, tout aussi importante, sur l'apparition de faux prophètes qui, comme ministres de satan, feront de grands prodiges et des miracles, et cela constitue un autre signe de la fin des temps.

1 Jésus met particulièrement en garde tous les croyants contre ces prophètes, ces docteurs et ces prédicateurs qui se prétendent chrétiens et qui, en réalité ne le sont pas. Cependant, ils accomplissent des miracles, des guérisons, des signes et des prodiges, et semblent avoir un ministère efficace. En même temps, ces faux prophètes déforment et rejettent la vérité de la Parole de Dieu : Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur ! Seigneur ! N’avons-nous pas prophétisé en ton Nom ? Et n'avons-nous pas chassé les démons en ton Nom ? Et n'avons-nous pas fait plusieurs miracles en ton Nom ? Mt 7/22.

Dans ce verset, Jésus déclare clairement que plusieurs personnes au sein de l'Église, exerceront un ministère en son nom et s'imagineront être ses serviteurs, alors qu'en réalité, il ne les aura jamais connues selon le V 23.

C'est ainsi, que pour échapper à la tromperie des derniers jours, les dirigeants et les disciples doivent se consacrer entièrement à la vérité et à la justice qui sont révélées dans la Parole de Dieu : Et si quelqu'un retranche quelque chose des paroles du Livre de cette prophétie, Dieu lui enlèvera la part qu'il a dans le Livre de vie, dans la sainte Cité, et dans les choses qui sont écrites dans ce Livre Ap 22/19.

Je vous mets en garde en ce qui concerne cette parole, ici, Jean termine cette révélation de Jésus Christ en mettant en garde contre la terrible possibilité de perdre sa part de l'arbre de la vie et de la ville sainte. Gardons nous de prendre à la légère ce livre ou n'importe quelle partie des Saintes Écritures de Dieu. Nous manifestons cette attitude si nous choisissons de ne croire qu'à certaines parties de la révélation de Dieu au détriment d'autres qui nous déplaisent, ou si nous enseignons nos idées personnelles comme si elles faisaient partie intégrante de la Parole de Dieu. Comme au début de l'espèce humaine sur cette terre, ne pas prendre au sérieux totalement la Parole de Dieu est une question de vie ou de mort et ceci je vous le dis en référence à Ge 3/3.4 : Mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez point, et vous ne le toucherez point, de peur que vous ne mouriez. Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez nullement Ge 3/3.4.

Donc, sachez mes amis, il ne faut en aucun cas considérer les succès liés au ministère, comme la base sur laquelle nous devons évaluer leur relation avec Christ.

 2 Ailleurs, les Saintes Écritures encourage les croyants à toujours éprouver l'esprit qui anime tous les enseignants, les dirigeant et les prédicateurs : Mes bien-aimés, ne croyez point à tout esprit ; mais éprouvez les esprits, [pour savoir] s'ils sont de Dieu ; car plusieurs faux prophètes sont venus au monde 1Jn 4/1.

Par ce verset, il faut comprendre une chose, "tout esprit" veut dire une personne animée ou inspirée par un esprit, doit être éprouvé car plusieurs faux prophètes entreront dans l'Église.

Et ce fait se fera plus particulièrement, lorsque la tolérance à l'égard des doctrines bibliques se fera de plus en plus présente durant les temps de la fin.

C'est ainsi que les Saintes Écritures, enseignent aux croyants d'éprouver tout enseignant, auteur, prédicateur, prophète ou autre surnom qu'il se donne, en fait toute personne qui prétend que son travail ou son message vient du St Esprit.

En aucun cas les croyants ne doivent jamais affirmer qu'un ministère ou une expérience spirituelle vient de Dieu simplement parce telle ou telle personne le dit.

Et en même temps, aucun enseignement ou doctrine ne doit être accepté comme étant authentiques sur la seule base du succès, des miracles ou d'une apparente onction.

Mais se ne s'arrête pas là, car la vie des enseignants doit être éprouvée, par rapport à leur relation avec le monde impie, avec les frères et soeurs,  leurs comportements, la manières dont ils parlent etc.

Dieu permet la tromperie ainsi que la réalisation des miracles qui l'accompagnent de manière à éprouver les croyants dans leur amour pour lui et dans leur loyauté envers la vérité de la parole : Tu n'écouteras point les paroles de ce prophète, ni de ce songeur de songes, car l'Éternel votre Dieu vous éprouve, pour savoir si vous aimez l'Éternel votre Dieu de tout votre coeur et de toute votre âme De 13/3.

J'aimerai apporter une explication concernant cette parole, voyez vous le fondement de notre relation avec Dieu, c'est d'être fidèle envers lui et sa parole révélée, si nous prenons l'exemple que nous trouverons dans De 8/3 rappelez vous : Il t'a donc humilié, et t'a fait avoir faim, mais il t'a repu de Manne, laquelle tu n'avais point connue, ni tes pères aussi ; afin de te faire connaître que l'homme ne vivra pas de pain seulement, mais que l'homme vivra de tout ce qui sort de la bouche de Dieu.

Voyez vous, le Seigneur a permis que son peuple, quand il était dans le désert, connaissent des problèmes et des difficultés, afin de lui apprendre que la vie ne se déduisait pas aux besoins physiques, mais que son bien être (tant physique que spirituel) dépendait de sa relation avec Dieu et de son obéissance à sa parole.

Jésus, a cité ce passage à l'heure de la tentation.

C'est ainsi, que le Seigneur permet parfois que nous traversions des épreuves ; c'est une forme de discipline paternelle destinée à nous apprendre à dépendre plus étroitement de lui et à être mieux disposés à recevoir ses paroles.

Revenons au ch 13, voyez vous, les V 1.5, nous apprennent que, parfois, le tentation de nous écarter de notre devoir envers Dieu viendra de ceux qui ont une apparence de spiritualité.

Nous pouvons en tirer plusieurs choses pour notre vie.

A Le Seigneur met parfois à l'épreuve la sincérité de notre amour et de notre engagement envers lui et sa parole.

B Dieu nous met quelques fois à l'épreuve en permettant que s'élèvent au milieu de son peuple, des gens qui affirment parler de sa part et accomplissent un signe ou un prodige. Ils peuvent parler avec puissance, prophétiser l'avenir correctement et accomplir des signes, des prodiges et des miracles. Mais en même temps, ils prêcheront un message contraire à la révélation biblique, rajoutant ou retranchant quelque chose à la Parole de Dieu. Et forcement, en suivant ces faux docteurs, nous nous écartons de la loyauté absolue envers l'Éternel et sa parole inspirée.

C Tenons nous le pour dire lorsque le NT nous avertit que dans les derniers jours, se lèvera des faux prophètes, des faux docteurs qui altéreront gravement l'Évangile de Christ.

Les croyants doivent s'engager à demeurer fidèles à la révélation écrite de Dieu telle que nous la trouvons dans les Saintes Écritures.

La valeur d'un ministère et d'un enseignement individuels ne doit  pas être fondée uniquement sur les dons oratoire, la puissances prophétique, les miracles accomplis où le nombre de conversion obtenues ; plus la fin des temps approchera, moins ces critères seront fiables. Le fondement de la vérité doit toujours être la Parole infaillible de Dieu.

3 Ceux qui, parmi le peuple de Dieu n'aiment pas la vérité seront séduits. Il ne leur sera donné aucune autre occasion de croire à la vérité de l'Évangile après la venue de l'antéchrist : C'est pourquoi Dieu leur enverra une erreur efficace, de sorte qu'ils croiront au mensonge 2Th 2/11.

Enfin, la grande tribulation sera une période spécifique de souffrances terribles et de détresse pour tous les peuples du monde.

Prenez note de ceci :

1 Elle touchera le monde entier : Parce que tu as gardé la parole de ma patience, je te garderai aussi de l'heure de la tentation qui doit arriver dans tout le monde, pour éprouver ceux qui habitent sur la terre Ap 3/10.

2 Ce sera la pire période d'affliction et de détresse jamais survenue dans l'histoire de l'humanité : Or, en ce temps-là Michaël, ce grand Chef qui tient ferme pour les enfants de ton peuple, tiendra ferme ; et ce sera un temps de détresse, tel qu'il n'y en a point eu depuis qu'il y a eu des nations, jusqu'à ce temps-là ; et en ce temps-là ton peuple, [c'est à savoir], quiconque sera trouvé écrit dans le Livre, échappera Da 12/1.

Car alors il y aura une grande affliction, telle qu'il n'y en a point eu de semblable depuis le commencement du monde jusques à maintenant, ni il n'y en aura plus de telle Mt 24/21.

3 Ce sera une époque terrible de souffrance pour les juifs : Ainsi a donc dit l'Éternel : nous avons ouï un bruit d'épouvantement et de frayeur, et il n'y a point de paix. Informez-vous, je vous prie, et considérez si un mâle enfante ; pourquoi donc ai-je vu tout homme tenant ses mains sur ses reins comme une femme qui enfante ? Et [pourquoi] tous les visages sont-ils jaunes ? Hélas ! Que cette journée-là est grande, il n'y en a point eu de semblable, et elle sera un temps de détresse à Jacob ; [mais] il en sera pourtant délivré Jé 30/5.7.

4 Cette période sera dominée par l'homme d'iniquité c'est-à-dire l'antéchrist : Et il confirmera l'alliance à plusieurs dans une semaine, et à la moitié de cette semaine il fera cesser le sacrifice, et l'oblation ; puis par le moyen des ailes abominables, qui causeront la désolation, même jusqu'à une consomption déterminée, [la désolation] fondra sur le désolé Da 9/27.

Et elle exerçait toute la puissance de la première bête, en sa présence, et faisait que la terre et ses habitants adorassent la première bête, dont la plaie mortelle avait été guérie Ap 13/12.

5 Selon la promesse qui leur a été faite, les fidèles des églises de Christ échapperont à la tribulation : Veillez donc, priant en tout temps, afin que vous soyez faits dignes d'éviter toutes ces choses qui doivent arriver ; et afin que vous puissiez subsister devant le Fils de l'homme Lc 21/36.

Il faut bien comprendre, que les croyants doivent prendre garde à résister au péché et prier que leur amour pour Christ ne diminue pas, afin de recevoir la force nécessaire pour persévérer dans la foi et la justice en Jésus Christ. Ce n'est qu'en persévérant de la sorte qu'ils seront capables d'échapper aux choses terribles qui arriveront sur terre pendant les derniers jours.

D'après le NT, celui qui se convertit véritablement à Christ, doit se détourner du péché, et se tourner vers Dieu pour attendre le retour de son Fils. Attendre Christ signifie que nous sommes dans l'expectative de son retour et que nous sommes prêts à l'accueillir.

Nous devons également comprendre ceci, la colère à venir se réfère au jugement à venir qui aura lieu durant la période de la grande tribulation. Cependant, les croyants n'ont rien à craindre, car Dieu enverra Jésus pour nous délivrer de ce temps de colère. En réalité, le retour de Christ pour ses fidèles précède cette colère à venir.

Mais nous qui sommes [enfants] du jour, soyons sobres, étant revêtus de la cuirasse de la foi et de la charité, et ayant pour casque l'espérance du salut. Car Dieu ne nous a point destinés à la colère, mais à l'acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ. Qui est mort pour nous, afin que soit que nous veillons, soit que nous dormions, nous vivions avec lui 1 Th 5/8.10.

6 Pendant cette période, des juifs et des gentils, qui auront cru en Jésus Christ, seront sauvés : Quand tu seras dans l'angoisse, et que toutes ces choses te seront arrivées, alors, au dernier temps, tu retourneras à l'Éternel ton Dieu, et tu obéiras à sa voix. Parce que l'Éternel ton Dieu est le [Dieu] Fort, [et] miséricordieux, il ne t'abandonnera point, il ne te détruira point, et il n'oubliera point l'alliance de tes pères qu'il leur a jurée De 4/30.31.

Je m'en irai, et retournerai en mon lieu, jusqu'à ce qu'ils se reconnaissent coupables, et qu'ils cherchent ma face ; ils me chercheront de grand matin dans leur angoisse Os 5/15.

Après cela, je regardai, et voici une grande multitude [de gens], que personne ne pouvait compter, de toutes nations, Tribus, peuples et Langues, lesquels se tenaient devant le trône, et en la présence de l'agneau, vêtus de longues robes blanches, et ayant des palmes en leurs mains ; Et ils criaient à haute voix, en disant : Le salut est de notre Dieu, qui est assis sur le trône, et de l'agneau. Et tous les Anges se tenaient autour du trône, et des Anciens, et des quatre animaux, et ils se prosternèrent devant le trône sur leurs faces, et adorèrent Dieu, En disant : Amen ! Louange, gloire, sagesse, actions de grâces, honneur, puissance et force soient à notre Dieu, aux siècles des siècles, Amen !

Alors un des Anciens prit la parole, et me dit : ceux-ci, qui sont vêtus de longues robes blanches, qui sont-ils, et d'où sont-ils venus ? Et je lui dis : Seigneur, tu le sais. Et il me dit : Ce sont ceux qui sont venus de la grande tribulation, et qui ont lavé et blanchi leurs longues robes dans le sang de l'agneau. C'est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu, et ils le servent jour et nuit dans son Temple ; et celui qui est assis sur le trône habitera avec eux.  Ils n'auront plus de faim, ni de soif, et le soleil ne frappera plus sur eux, ni aucune chaleur. Car l'agneau qui est au milieu du trône les paîtra, et les conduira aux vives fontaines des eaux ; et Dieu essuiera toutes les larmes de leurs yeux Ap 7/9.17.

Puis je vis un autre Ange qui volait par le milieu du ciel, ayant l'Évangile éternel, afin d'évangéliser à ceux qui habitent sur la terre, et à toute nation, Tribu, Langue et peuple ; Disant à haute voix : Craignez Dieu, et lui donnez gloire ; car l'heure de son jugement est venue ; et adorez celui qui a fait le ciel et la terre, la mer et les fontaines des eaux Ap 14/6.7.

 

Pour conclure cette étude, nous devons comprendre ceci, tous ceux qui seront restés passeront par des moments de grande souffrance et subiront une persécution terrible. Dieu déversera sa colère et son jugement sur les impies : Or touchant le temps et le moment, mes frères, vous n'avez pas besoin qu'on vous en écrive ; Puisque vous savez vous-mêmes très bien que le jour du Seigneur viendra comme le larron en la nuit. Car quand ils diront : nous sommes en paix et en sûreté, alors il leur surviendra une subite destruction, comme le travail à celle qui est enceinte ; et ils n'échapperont point. Mais quant à vous, mes frères, vous n'êtes point dans les ténèbres de sorte que ce jour-là vous surprenne comme le larron.

Vous êtes tous des enfants de la lumière, et du jour ; nous ne sommes point de la nuit, ni des ténèbres. Ainsi donc ne dormons point comme les autres, mais veillons, et soyons sobres. Car ceux qui dorment, dorment la nuit ; et ceux qui s'enivrent, s'enivrent la nuit. Mais nous qui sommes [enfants] du jour, soyons sobres, étant revêtus de la cuirasse de la foi et de la charité, et ayant pour casque l'espérance du salut. Car Dieu ne nous a point destinés à la colère, mais à l'acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ. Qui est mort pour nous, afin que soit que nous veillons, soit que nous dormions, nous vivions avec lui. C'est pourquoi exhortez-vous l'un l'autre, et édifiez-vous tous l'un l'autre, comme aussi vous le faites 1Th 5/1.11.

Lorsque Jésus déclare dans Mt 24/22 : Et si ces jours-là n'eussent été abrégés, il n'y eût eu personne de sauvé ; mais à cause des élus, ces jours-là seront abrégés.

Cela ne veut pas dire que la période des trois ans et demi, des 1260 jours, qui a été annoncée soit écourtée.

Au contraire, Jésus semble vouloir dire que cette période est si atroce que, si elle n'était pas limitée dans le temps, alors toute la race humaine serait détruite.

La grande tribulation prendra fin avec le retour de Jésus Christ qui apparaîtra dans toute sa gloire, accompagné de son épouse. Il apportera la délivrance aux fidèles ; quant aux méchants, ils seront jugés et détruits.

Nous ne devons pas confondre ce retour qui se produira à la fin de la grande tribulation, avec celle de sa venue inattendue que Jésus signale dans Mt 24/42.44 : Veillez donc ; car vous ne savez point à quelle heure votre Seigneur doit venir. Mais sachez ceci, que si un père de famille savait à quelle veille de la nuit le larron doit venir, il veillerait, et ne laisserait point percer sa maison. C'est pourquoi, vous aussi tenez-vous prêts ; car le Fils de l'homme viendra à l'heure que vous n'y penserez point.   

 

Et cet enlèvement des croyants se produira avant le retour final de Jésus Christ à la fin de la grande tribulation.

 

Revivaliste Frédéric Klumpp. 

Voir les commentaires

La grande tribulation ! (1er Partie)

3 Novembre 2015 , Rédigé par Revivaliste Frédéric Klumpp. Publié dans #Enseignements

Car alors il y aura une grande affliction, telle qu'il n'y en a point eu de semblable depuis le commencement du monde jusques à maintenant, ni il n'y en aura plus de telle Mt 24/21.

Par cet article, j'essais de déterminer si oui ou non les croyants connaîtront la grande tribulation. Je ne veux pas entrer en guerre contre mes frères et sœurs, il y a tellement de spéculation et de contradiction, un tel fouillis qu'il m'a semblé de faire des recherches et d'essayer d'apporter pour moi-même déjà et pour vous, des explications claires et nettes. Il y a une telle confusion que moi-même je n'y comprends rien, alors j'ai pris la décision de faire mes propres recherches dans les Saintes Écritures, de ne plus me baser sur les ont dit d'Internet et de toutes les personnes, il me reste plus qu'à y trouver la réponse. Les versets qui vous seront proposés, sont tirés de la Bible Martin de 1744.

Dès Mt 24/15 Jésus parle des signes particuliers qui apparaîtront durant la grande tribulation : Or quand vous verrez l'abomination qui causera la désolation, qui a été prédite par Daniel le Prophète, être établie dans le lieu saint, (Que celui qui lit [ce Prophète] y fasse attention.

Ces signes indiqueront que la fin des temps est proche : Or quand vous verrez l'abomination qui causera la désolation, qui a été prédite par Daniel le Prophète, être établie dans le lieu saint, (Que celui qui lit [ce Prophète] y fasse attention.) Alors, que ceux qui seront en Judée, s'enfuient aux montagnes. Et que celui qui sera sur la maison, ne descende point pour emporter quoi que ce soit de sa maison. Et que celui qui est aux champs, ne retourne point en arrière pour emporter ses habits. Mais malheur aux femmes enceintes, et à celles qui allaiteront en ces jours-là Mt 24/15.19.

Ils précéderont le moment du retour de Christ sur terre, après la tribulation : Et alors le signe du Fils de l'homme paraîtra dans le ciel. Alors aussi toutes les Tribus de la terre se lamenteront en se frappant la poitrine, et verront le Fils de l'homme venant dans les nuées du ciel, avec [une grande] puissance, et une grande gloire. Et il enverra ses Anges, qui avec un grand son de trompette assembleront ses élus, des quatre vents, depuis l'un des bouts des cieux jusques à l'autre bout Mt 24/30.31.

J'aimerai que l'on s'arrête sur le V 30. Ce V décrit le Christ apparaissant dans le ciel après la grande tribulation et les signes cosmiques. Il viendra pour juger les méchants : Puis je vis le Ciel ouvert, et voici un cheval blanc ; et celui qui était monté dessus était appelé FIDÈLE et VÉRITABLE, qui juge et combat justement. Et ses yeux étaient comme une flamme de feu ; il y avait sur sa tête plusieurs diadèmes, et il portait un nom écrit que nul n'a connu, que lui seul. Il était vêtu d'une robe teinte dans le sang, et son nom s'appelle LA PAROLE DE DIEU. Et les armées qui sont au Ciel le suivaient sur des chevaux blancs, vêtus de fin lin blanc, et pur. Et il sortait de sa bouche une épée tranchante, pour en frapper les nations ; car il les gouvernera avec une verge de fer, et il foulera la cuve du vin de l'indignation et de la colère du Dieu tout-puissant. Et sur son vêtement et sur sa cuisse étaient écrits ces mots : LE ROI DES ROIS, ET LE SEIGNEUR DES SEIGNEURS. Puis je vis un Ange se tenant dans le soleil, qui cria à haute voix, et dit à tous les oiseaux qui volaient par le milieu du ciel : venez, et assemblez-vous au banquet du grand Dieu ; Afin que vous mangiez la chair des Rois, la chair des capitaines, la chair des puissants, la chair des chevaux, et de ceux qui sont montés dessus, et la chair de toute sorte de personnes libres, esclaves, petits et grands. Alors je vis la bête, et les Rois de la terre, et leurs armées assemblées pour faire la guerre contre celui qui était monté sur le cheval, et contre son armée. Mais la bête fut prise, et avec elle le faux prophète qui avait fait devant elle les prodiges par lesquels il avait séduit ceux qui avaient la marque de la bête, et qui avaient adoré son image ; et ils furent tous deux jetés tout vifs dans l'étang ardent de feu et de soufre ; Et le reste fut tué par l'épée qui sortait de la bouche de celui qui était monté sur le cheval, et tous les oiseaux furent rassasiés de leur chair. Après cela je vis descendre du Ciel un Ange, qui avait la clef de l'abîme, et une grande chaîne en sa main ; Lequel saisit le dragon, [c'est-à-dire], le serpent ancien, qui est le Diable et satan, et le lia pour mille ans ; Et il le jeta dans l'abîme, et l'enferma, et mit le sceau sur lui, afin qu'il ne séduise plus les nations, jusqu'à ce que les mille ans soient accomplis ; après quoi il faut qu'il soit délié pour un peu de temps Ap 19/11 à Ap 20/3.

Et pour délivrer son peuple fidèle et établir la justice sur la terre : Et je vis des trônes, sur lesquels [des gens] s'assirent, et [l'autorité] de juger leur fut donnée, [et je vis] les âmes de [ceux qui avaient été] décapités pour le témoignage de Jésus, et pour la Parole de Dieu, qui n'avaient point adoré la bête ni son image, et qui n'avaient point pris sa marque en leurs fronts, ou en leurs mains, lesquels devaient vivre et régner avec Christ mille ans Ap 20/4. 

Comprenez bien, tous les chrétiens, les vivants comme les morts qui auront été enlevés au moment de l'enlèvement reviendront avec Christ, lors de son retour avec puissance et une grande gloire : Et les armées qui sont au Ciel le suivaient sur des chevaux blancs, vêtues de fin lin blanc, et pur Ap 19/14.

Poursuivons au V 31, Et il enverra ses Anges, qui avec un grand son de trompette assembleront ses élus, des quatre vents, depuis l'un des bouts des cieux jusques à l'autre bout. Prenez le temps de noter, qu'il est bien dit "assembleront ses élus" ce qui veut dire que les élus sera enlevé avant la grande tribulation ?

Lorsque Jésus reviendra sur terre après la tribulation, les événements suivants auront lieu :

1 Le jugement de Dieu à l'encontre des méchants : Puis je vis le Ciel ouvert, et voici un cheval blanc ; et celui qui était monté dessus était appelé FIDÈLE et VÉRITABLE, qui juge et combat justement.

Et ses yeux étaient comme une flamme de feu ; il y avait sur sa tête plusieurs diadèmes, et il portait un nom écrit que nul n'a connu, que lui seul. Il était vêtu d'une robe teinte dans le sang, et son nom s'appelle LA PAROLE DE DIEU.

Et les armées qui sont au Ciel le suivaient sur des chevaux blancs, vêtus de fin lin blanc, et pur. Et il sortait de sa bouche une épée tranchante, pour en frapper les nations ; car il les gouvernera avec une verge de  fer, et il foulera la cuve du vin de l'indignation et de la colère du Dieu tout-puissant. Et sur son vêtement et sur sa cuisse étaient écrits ces mots : LE ROI DES ROIS, ET LE SEIGNEUR DES SEIGNEURS. Puis je vis un Ange se tenant dans le soleil, qui cria à haute voix, et dit à tous les oiseaux qui volaient par le milieu du ciel : venez, et assemblez-vous au banquet du grand Dieu ; Afin que vous mangiez la chair des Rois, la chair des capitaines, la chair des puissants, la chair des chevaux, et de ceux qui sont montés dessus, et la chair de toute sorte de personnes libres, esclaves, petits et grands. Alors je vis la bête, et les Rois de la terre, et leurs armées assemblées pour faire la guerre contre celui qui était monté sur le cheval, et contre son armée. Mais la bête fut prise, et avec elle le faux prophète qui avait fait devant elle les prodiges par lesquels il avait séduit ceux qui avaient la marque de la bête, et qui avaient adoré son image ; et ils furent tous deux jetés tout vifs dans l'étang ardent de feu et de soufre ; Et le reste fut tué par l'épée qui sortait de la bouche de celui qui était monté sur le cheval, et tous les oiseaux furent rassasiés de leur chair Ap 19/11.21.

De l'antéchrist : Mais la bête fut prise, et avec elle le faux prophète qui avait fait devant elle les prodiges par lesquels il avait séduit ceux qui avaient la marque de la bête, et qui avaient adoré son image ; et ils furent tous deux jetés tout vifs dans l'étang ardent de feu et de soufre V 20.

Et de satan : Après cela je vis descendre du Ciel un Ange, qui avait la clef de l'abîme, et une grande chaîne en sa main ; Lequel saisit le dragon, [c'est-à-dire], le serpent ancien, qui est le Diable et satan, et le lia pour mille ans ; Et il le jeta dans l'abîme, et l'enferma, et mit le sceau sur lui, afin qu'il ne séduise plus les nations, jusqu'à ce que les mille ans soient accomplis ; après quoi il faut qu'il soit délié pour un peu de temps Ap 20/1.3.  

2 Le jugement et la séparation de ceux qui vivront sur terre lors du retour de Christ : Le jugement des brebis et des boucs aura lieu après la tribulation et après le retour de Christ sur terre, mais avant le commencement de son règne terrestre : Après celle-là je regardais dans les visions de la nuit, et voici la quatrième bête, qui était épouvantable, affreuse, et très forte, elle avait de grandes dents de fer, elle mangeait, et brisait, et elle foulait à ses pieds ce qui restait, elle était différente de toutes les bêtes qui avaient été avant elle, et avait dix cornes. Je considérais ces cornes, et voici, une autre petite corne montait entre elles, et trois des premières cornes furent arrachées par elle ; et voici, il y avait en cette corne des yeux semblables aux yeux d'un homme, et une bouche qui disait de grandes choses.

Je regardais jusqu'à ce que les trônes furent roulés, et que l'Ancien des jours s'assit ; son vêtement était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête étaient comme de la laine nette ; son trône était des flammes de feu, et ses roues un feu ardent.

Un fleuve de feu sortait et se répandait de devant lui ; mille milliers le servaient, et dix mille millions assistaient devant lui ; le jugement se tint, et les livres furent ouverts.

Et je regardais à cause de la voix des grandes paroles que cette corne proférait ; je regardai donc jusqu'à ce que la bête fût tuée, et que son corps fut détruit et donné pour être brûlé au feu. La domination fut aussi ôtée aux autres bêtes, quoiqu'une longue vie leur eût été donnée jusqu'à un temps et un temps. Je regardais [encore] dans les visions de la nuit, et voici, comme le Fils de l'homme, qui venait avec les nuées des cieux, et il vint jusqu'à l'Ancien des jours, et se tint devant lui.

Et il lui donna la seigneurie, et l'honneur, et le règne ; et tous les peuples, les nations, et les Langues le serviront, sa domination [est] une domination éternelle qui ne passera point, et son règne ne sera point dissipé Da 7/9.14.

Notez que l'expression "ancien des jours" est une autre application de Dieu, l'Éternel qu'Abraham a reconnu comme étant celui qui juge toute la terre. Il est représenté en train de juger tous les peuples et tous les royaumes, à la fin des temps. La description de Dieu, dans ce verset révèle aussi sa sainteté (son vêtement était blanc comme la neige), sa majesté (les cheveux de sa tête étaient comme de la laine pure) et sa justice ardente (son trône était comme des flammes de feu).

Et tu nous as faits Rois et Sacrificateurs à notre Dieu ; et nous régnerons sur la terre Ap 5/10.

Lorsque Christ reviendra, ceux qui sont sauvés, mais aussi les perdus, qui seront sur terre et qui auront survécu à la tribulation, coexisteront. Le jugement consistera en la séparation des méchants d'avec les justes : Et toutes les nations seront assemblées devant lui ; et il séparera les uns d'avec les autres, comme le berger sépare les brebis d'avec les boucs. Et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche Mt 25/32.33.

Le jugement sera basé sur des actions inspirées par l'amour et la bienveillance envers ceux qui appartiennent à Christ et qui souffrent. L'expression de l'amour et de la compassion est considérée comme une partie intégrante de la vraie foi et du salut : Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger ; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire ; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli ; J'étais nu, et vous m'avez vêtu ; j'étais malade, et vous m'avez visité ; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi. Alors les justes lui répondront, en disant : Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu avoir faim, et que nous t'avons donné à manger ; ou avoir soif, et que nous t'avons donné à boire ?

Et quand est-ce que nous t'avons vu étranger, et que nous t'avons recueilli ; ou nu, et que nous t'avons vêtu ?

Où quand est-ce que nous t'avons vu malade, ou en prison, et que nous sommes venus vers toi ? Et le Roi répondant, leur dira : en vérité je vous dis, qu'en tant que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, vous me l'avez fait [à moi-même]. Alors il dira aussi à ceux qui seront à sa gauche : Maudits retirez-vous de moi, et [allez] au feu éternel, qui est préparé au diable et à ses anges. Car j'ai eu faim, et vous ne m'avez point donné à manger ; j'ai eu soif et vous ne m'avez point donné à boire ; J'étais étranger, et vous ne m'avez point recueilli ; j'ai été nu, et vous ne m'avez point vêtu ; j'ai été malade et en prison, et vous ne m'avez point visité. Alors ceux-là aussi lui répondront, en disant : Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu avoir faim, ou avoir soif, ou être étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et que nous ne t'avons point secouru ? Alors il leur répondra, en disant : en vérité je vous dis que parce que vous n'avez point fait ces choses à l'un de ces plus petits, vous ne me l'avez point fait aussi. Et ceux-ci s'en iront aux peines éternelles ; mais les justes iront jouir de la vie éternelle Mt 25/35.46.

Les méchants n'auront pas le droit d'entrer dans le royaume de Christ et iront vers leur châtiment éternel : Alors il dira aussi à ceux qui seront à sa gauche : Maudits retirez-vous de moi, et [allez] au feu éternel, qui est préparé au diable et à ses anges V 41.

Et ceux-ci s'en iront aux peines éternelles ; mais les justes iront jouir de la vie éternelle V 46.

Et la fumée de leur tourment montera aux siècles des siècles, et ceux-là n'auront nul repos ni jour ni nuit qui adorent la bête et son image, et quiconque prend la marque de son nom Ap 14/11.

Les justes hériteront la vie éternelle et le royaume de Dieu : Et je vis des trônes, sur lesquels [des gens] s'assirent, et [l'autorité] de juger leur fut donnée, [et je vis] les âmes de [ceux qui avaient été] décapités pour le témoignage de Jésus, et pour la Parole de Dieu, qui n'avaient point adoré la bête ni son image, et qui n'avaient point pris sa marque en leurs fronts, ou en leurs mains, lesquels devaient vivre et régner avec Christ mille ans Ap 20/4.

Poursuivons je vous prie, l'abomination de la désolation sera le signe essentiel, c'est-à-dire un événement spécifique que tout le monde pourra observer et qui informera les fidèles, vivant au moment de la tribulation que la venue du Christ sur terre, au terme de cette période, est proche : Or quand vous verrez l'abomination qui causera la désolation, qui a été prédite par Daniel le Prophète, être établie dans le lieu saint, (Que celui qui lit [ce Prophète] y fasse attention.) Mt 24/15.

Il faut savoir, que ce signe événementiel visible fait d'abord référence à la future profanation du temple juif de Jérusalem par l'antéchrist : Jeunes enfants, c'est ici le dernier temps ; et comme vous avez entendu que l'Antéchrist viendra, il y a même dès maintenant plusieurs Antéchrists ; et nous connaissons à cela que c'est le dernier temps 1Jn 2/18.

Et il confirmera l'alliance à plusieurs dans une semaine, et à la moitié de cette semaine il fera cesser le sacrifice, et l'oblation ; puis par le moyen des ailes abominables, qui causeront la désolation, même jusqu'à une consomption déterminée, [la désolation] fondra sur le désolé Da 9/27. 

Nous allons voir ce que cette prophétie de Daniel veut dire. Ici, nous devons comprendre une chose, la conclusion d'une alliance entre le chef qui viendra et Israël marquera le début de la 70ème semaine, c'est-à-dire des sept dernières années de la période actuelle. Et en ce qui concerne cet événement, la Bible nous enseigne les choses suivantes :

1 Le chef qui fera l'alliance avec Israël, c'est l'antéchrist, mais il ne sera pas encore révélé en tant que tel à ce moment là : Que personne [donc] ne vous séduise en quelque manière que ce soit ; car [ce jour-là ne viendra point] que la révolte ne soit arrivée auparavant, et que l'homme de péché, le fils de perdition, ne soit révélé ; Lequel s'oppose et s'élève contre tout ce qui est nommé Dieu, ou qu'on adore, jusqu'à être assis comme Dieu au Temple de Dieu voulant se faire passer pour un Dieu. Ne vous souvient-il pas que quand j'étais encore avec vous, je vous disais ces choses ? Mais maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu'il soit révélé en son temps. Car déjà le mystère d'iniquité se met en train, seulement celui qui obtient maintenant, [obtiendra] jusqu'à ce qu'il soit aboli. Et alors le méchant sera révélé, [mais] le Seigneur le détruira par l'Esprit de sa bouche, et l'anéantira par son illustre avènement : Et quant à l'avènement [du méchant], il est selon l'efficace de Satan, en toute puissance, en prodiges et en miracles de mensonge ; Et en toute séduction d'iniquité, dans ceux qui périssent ; parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité, pour être sauvés 2Th 2/3.10.

Il semble clair que l'antéchrist négociera un traité de paix entre Israël et ses ennemis, à propos d'un conflit territorial : Et il fera [de grands exploits] dans les forteresses les plus fortes, tenant le parti du dieu inconnu qu'il aura connu, il [leur] multipliera la gloire, et les fera dominer sur plusieurs, et leur partagera le pays à prix d'argent Da 11/39.

2 Au milieu de la période des sept années, le chef rompra son alliance avec Israël, se proclamera lui-même Dieu, s'emparera du temple de Jérusalem, interdira que l'on rende un culte au Seigneur : Lequel s'oppose et s'élève contre tout ce qui est nommé Dieu, ou qu'on adore, jusqu'à être assis comme Dieu au Temple de Dieu voulant se faire passer pour un Dieu 2Th 2/4. Et dévastera la Palestine. Il régnera pendant trois ans et demi : Alors il me fut donné un roseau semblable à une verge, et il se présenta un Ange, qui me dit : lève-toi et mesure le temple de Dieu, et l'autel, et ceux qui y adorent. Mais laisse à l'écart le parvis qui est hors du Temple, et ne le mesure point ; car il est donné aux Gentils ; et ils fouleront aux pieds la sainte Cité durant quarante-deux mois Ap 11/1.2.

Et ils adorèrent le dragon qui avait donné le pouvoir à la bête, et ils adorèrent aussi la bête, en disant : qui est semblable à la bête, et qui pourra combattre contre elle ? Et il lui fut donné une bouche qui proférait de grandes choses, et des blasphèmes ; et il lui fut aussi donné le pouvoir d'accomplir quarante-deux mois. Et elle ouvrit sa bouche en blasphèmes contre Dieu, blasphémant son Nom, et son tabernacle, et ceux qui habitent au ciel Ap 13/4.6.

3 La signification prophétique de l'expression "les choses les plus abominables" ne sera connue que par le peuple de Dieu : Il y en aura plusieurs qui seront nettoyés et blanchis, et rendus éprouvés ; mais les méchants agiront méchamment, et pas un des méchants n'aura de l'intelligence, mais les intelligents comprendront. Or depuis le temps que le sacrifice continuel aura été ôté, et qu'on aura mis l'abomination de la désolation, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix jours Da 12/10.11.  

Jésus a dit que les croyants devaient être attentifs à ce signe charnière, car il marquerait le début du compte à rebours final de trois ans et demi qui précédera son retour en gloire sur la terre selon Mt 24/15. C'est en étant attentifs, que les croyants qui vivront pendant la tribulation sauront que la venue de Christ est proche, juste à la porte : De même quand vous verrez toutes ces choses, sachez que [le Fils de l'homme] est proche, et qu'il est à la porte Mt 24/33.

La venue du Messie se produira à la fin des sept ans, c'est-à-dire à la fin de la deuxième moitié des trois ans et demi : Et alors le méchant sera révélé, [mais] le Seigneur le détruira par l'Esprit de sa bouche, et l'anéantira par son illustre avènement  2Th 2/8.

Puis je vis le Ciel ouvert, et voici un cheval blanc ; et celui qui était monté dessus était appelé FIDÈLE et VÉRITABLE, qui juge et combat justement.

Et ses yeux étaient comme une flamme de feu ; il y avait sur sa tête plusieurs diadèmes, et il portait un nom écrit que nul n'a connu, que lui seul. Il était vêtu d'une robe teinte dans le sang, et son nom s'appelle LA PAROLE DE DIEU.

Et les armées qui sont au Ciel le suivaient sur des chevaux blancs, vêtus de fin lin blanc, et pur. Et il sortait de sa bouche une épée tranchante, pour en frapper les nations ; car il les gouvernera avec une verge de  fer, et il foulera la cuve du vin de l'indignation et de la colère du Dieu tout-puissant. Et sur son vêtement et sur sa cuisse étaient écrits ces mots : LE ROI DES ROIS, ET LE SEIGNEUR DES SEIGNEURS. Puis je vis un Ange se tenant dans le soleil, qui cria à haute voix, et dit à tous les oiseaux qui volaient par le milieu du ciel : venez, et assemblez-vous au banquet du grand Dieu ; Afin que vous mangiez la chair des Rois, la chair des capitaines, la chair des puissants, la chair des chevaux, et de ceux qui sont montés dessus, et la chair de toute sorte de personnes libres, esclaves, petits et grands. Alors je vis la bête, et les Rois de la terre, et leurs armées assemblées pour faire la guerre contre celui qui était monté sur le cheval, et contre son armée. Mais la bête fut prise, et avec elle le faux prophète qui avait fait devant elle les prodiges par lesquels il avait séduit ceux qui avaient la marque de la bête, et qui avaient adoré son image ; et ils furent tous deux jetés tout vifs dans l'étang ardent de feu et de soufre ; Et le reste fut tué par l'épée qui sortait de la bouche de celui qui était monté sur le cheval, et tous les oiseaux furent rassasiés de leur chair Ap 19/11.21.

Si nous lisons bien, le livre de l'Apocalypse confirme cette précision en déclarant par deux fois que l'antéchrist (c'est-à-dire la bête) ne règnera que pendant 42 mois : Alors il me fut donné un roseau semblable à une verge, et il se présenta un Ange, qui me dit : lève-toi et mesure le temple de Dieu, et l'autel, et ceux qui y adorent. Mais laisse à l'écart le parvis qui est hors du Temple, et ne le mesure point ; car il est donné aux Gentils ; et ils fouleront aux pieds la sainte Cité durant quarante-deux mois Ap 11/1.2.

Et ils adorèrent le dragon qui avait donné le pouvoir à la bête, et ils adorèrent aussi la bête, en disant : qui est semblable à la bête, et qui pourra combattre contre elle ? Et il lui fut donné une bouche qui proférait de grandes choses, et des blasphèmes ; et il lui fut aussi donné le pouvoir d'accomplir quarante-deux mois. Et elle ouvrit sa bouche en blasphèmes contre Dieu, blasphémant son Nom, et son tabernacle, et ceux qui habitent au ciel Ap 13/4.6.

Mais, si nous poursuivons encore plus loin, dans son livre Daniel déclare lui aussi qu'il s'écoulera trois et demi " un temps, des temps et la moitié d'un temps entre le début et la fin de la grande détresse : Et j'entendis l'homme vêtu de lin, qui était au-dessus des eaux du fleuve, lequel ayant élevé sa main droite et sa main gauche vers les cieux, jura par celui qui vit éternellement, que ce sera jusqu'à un temps, à des temps, et une moitié [de temps] ; et quand il aura achevé de disperser la force du peuple saint, toutes ces choses-là seront accomplies Da 12/7.

4 Pendant les trois et demi qui seront accordés à l'antéchrist, Jérusalem continuera d'être foulée aux pieds par les gentils : Mais laisse à l'écart le parvis qui est hors du Temple, et ne le mesure point ; car il est donné aux Gentils ; et ils fouleront aux pieds la sainte Cité durant quarante-deux mois Ap 11/2.

5 Les choses les plus abominables seront le signe indubitable que la grande tribulation a commencé : Or depuis le temps que le sacrifice continuel aura été ôté, et qu'on aura mis l'abomination de la désolation, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix jours Da 12/11.

Or quand vous verrez l'abomination qui causera la désolation, qui a été prédite par Daniel le Prophète, être établie dans le lieu saint, (Que celui qui lit [ce Prophète] y fasse attention.) Alors, que ceux qui seront en Judée, s'enfuient aux montagnes. Et que celui qui sera sur la maison, ne descende point pour emporter quoi que ce soit de sa maison. Et que celui qui est aux champs, ne retourne point en arrière pour emporter ses habits. Mais malheur aux femmes enceintes, et à celles qui allaiteront en ces jours-là. Or priez que votre fuite ne soit point en hiver, ni en un jour de Sabbat. Car alors il y aura une grande affliction, telle qu'il n'y en a point eu de semblable depuis le commencement du monde jusques à maintenant, ni il n'y en aura plus de telle Mt 24/15.21.

Quand tu seras dans l'angoisse, et que toutes ces choses te seront arrivées, alors, au dernier temps, tu retourneras à l'Éternel ton Dieu, et tu obéiras à sa voix. Parce que l'Éternel ton Dieu est le [Dieu] Fort, [et] miséricordieux, il ne t'abandonnera point, il ne te détruira point, et il n'oubliera point l'alliance de tes pères qu'il leur a jurée De 4/30.31.

Ainsi a donc dit l'Éternel : nous avons ouï un bruit d'épouvantement et de frayeur, et il n'y a point de paix. Informez-vous, je vous prie, et considérez si un mâle enfante ; pourquoi donc ai-je vu tout homme tenant ses mains sur ses reins comme une femme qui enfante ? Et [pourquoi] tous les visages sont-ils jaunes ? Hélas ! Que cette journée-là est grande, il n'y en a point eu de semblable, et elle sera un temps de détresse à Jacob ; [mais] il en sera pourtant délivré Jé 30/5.7.

Et il arrivera dans toute la terre, dit l'Éternel, que deux parties seront retranchées en elle, et défaudront, mais la troisième y demeurera de reste. Et j'amènerai la troisième partie au feu, je les affinerai comme on affine l'argent, et je les éprouverai comme on éprouve l'or, chacun d'eux invoquera mon Nom, et je l'exaucerai ; je dirai : C'est [ici] mon peuple ; et il dira : L'Éternel est mon Dieu Za 13/8.9.

6 La tribulation et le règne de l'antéchrist prendront fin avec la venue en puissance de Christ pour juger les méchants : Or quand le Fils de l'homme viendra environné de sa gloire et accompagné de tous les saints Anges, alors il s'assiéra sur le trône de sa gloire. Et toutes les nations seront assemblées devant lui ; et il séparera les uns d'avec les autres, comme le berger sépare les brebis d'avec les boucs. Et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : venez les bénis de mon Père, possédez en héritage le Royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger ; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire ; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli ; J'étais nu, et vous m'avez vêtu ; j'étais malade, et vous m'avez visité ; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi. Alors les justes lui répondront, en disant : Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu avoir faim, et que nous t'avons donné à manger ; ou avoir soif, et que nous t'avons donné à boire ?

Et quand est-ce que nous t'avons vu étranger, et que nous t'avons recueilli ; ou nu, et que nous t'avons vêtu ? Où quand est-ce que nous t'avons vu malade, ou en prison, et que nous sommes venus vers toi ? Et le Roi répondant, leur dira : en vérité je vous dis, qu'en tant que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, vous me l'avez fait [à moi-même].

Alors il dira aussi à ceux qui seront à sa gauche :

Maudits retirez-vous de moi, et [allez] au feu éternel, qui est préparé au diable et à ses anges. Car j'ai eu faim, et vous ne m'avez point donné à manger ; j'ai eu soif et vous ne m'avez point donné à boire ; J'étais étranger, et vous ne m'avez point recueilli ; j'ai été nu, et vous ne m'avez point vêtu ; j'ai été malade et en prison, et vous ne m'avez point visité. Alors ceux-là aussi lui répondront, en disant : Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu avoir faim, ou avoir soif, ou être étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et que nous ne t'avons point secouru ? Alors il leur répondra, en disant : en vérité je vous dis, que parce que vous n'avez point fait ces choses à l'un de ces plus petits, vous ne me l'avez point fait aussi. Et ceux-ci s'en iront aux peines éternelles ; mais les justes iront jouir de la vie éternelle Mt 25/31.46.

Voir les commentaires

Comment Dieu est il revenu de son ardente colère !

22 Août 2015 , Rédigé par Revivaliste Frédéric Klumpp. Publié dans #Enseignements

J'aimerai partager avec vous cette méditation. J'ai été surpris par un manque de connaissance de la part de certains croyants, la Bible nous enseigne que Dieu est le même hier, aujourd'hui et pour l'éternité et qu'en lui il n'y a aucune ombre de variation.

Je tiens à vous faire remarquer que le Dieu de l'AT est le même que celui du NT.

Le Dieu de Moïse est le même au 21 siècle.

Tout abord il nous faut comprendre ce qui a pu déclencher son ardente colère. Et pour cela nous allons revoir ou pour certains découvrir certains principes fondamentaux.

Dès le début de l'histoire, la race humaine a été liée à Dieu par la foi et l'obéissance à sa parole. La vie par la foi et l'obéissance est présentée comme le principe essentiel des relations entre Adam et Dieu.

Rappelez vous, Adam avait été prévenu que s'il transgressait la volonté de Dieu en mangeant du fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, il mourait : Mais quant à l'arbre de la science du bien et du mal, tu n'en mangeras point ; car dès le jour que tu en mangeras, tu mourras de mort Ge2/17.

Il faut savoir que cette menace de mort devait être acceptée par la foi selon ce que Dieu avait dit, car Adam ne savait pas encore ce qu'était la mort.

Le commandement de Dieu a été donné à Adam comme un test.

Dieu le place dans la situation suivante, il devait à présent choisir consciemment et délibérément de croire et d'obéir ou bien de ne pas croire et de désobéir à la volonté de Dieu son Créateur.

Comprenons bien que tant qu'Adam croirait à la parole de Dieu et lui obéirait, il continuerait à jouir de la vie éternelle et de la communion bénie avec Dieu.

Mais s'il péchait en choisissant la désobéissance, il connaîtrait le désastre moral et moissonnerait la mort.

Voyez vous, dans ce triste épisode, le serpent a attaqué Dieu au travers de sa création. Il a affirmé que ce que Dieu avait dit a Adam n'était pas vrai : Or le serpent était le plus fin de tous les animaux des champs que l’Éternel Dieu avait faits ; et il dit à la femme : Quoi ! Dieu a dit, vous ne mangerez point de tout arbre du jardin ? Et la femme répondit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin ; Mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez point, et vous ne le toucherez point, de peur que vous ne mouriez. Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez nullement ; Mais Dieu sait qu'au jour que vous en mangerez, vos yeux seront ouverts, et vous serez comme des Dieux, sachant le bien et le mal Ge 3/1.5.

Alors, la conséquence fut que le diable a fini par pousser Dieu à maudire sa création, et y compris l'espèce humaine que Dieu avait fait à son image, c'est ainsi que le serpent est identifié par la suite à satan ou le diable.

Car il est évident que satan a pris le contrôle du serpent et qu'il l'a utilisé comme instrument dans son œuvre de tentation.

Il faut comprendre que la race humaine est liée à Dieu par la foi en sa parole qui est la vérité absolue.

Notez que satan le savait, et c'est pour cela qu'il a essayé de détruire la foi de la femme en ce que Dieu avait dit, en la faisant douter de cette parole.

Mes amis, et vous qui venez pour comprendre le problème de l'humanité, satan a suggéré que Dieu ne pensait pas vraiment ce qu'il disait. En d'autres termes, le premier mensonge proposé par satan était une forme d'antinomisme qui niait la sentence de mort prononcée par Dieu sur la pratique du péché et de l'apostasie. Et cette pensée est la même aujourd'hui.

 

Le plus grand problème et l'un des péchés fondamentaux de l'humanité consiste à refuser de croire la parole de Dieu. Voyez vous, cela revient à croire que d'une certaine manière, Dieu ne pense pas vraiment ce qu'il dit concernant le salut, la justice, le péché, le jugement et la mort.

Le mensonge de satan qui revient le plus souvent est le péché délibéré et la rébellion contre le Seigneur n'engendre pas forcement la séparation d'avec Dieu et la condamnation éternelle.

Sachez une chose, et cela est pour le lecteur qui aurait quelques difficultés à croire en Dieu, dès l'origine de la race humaine, satan a tenté de faire croire aux hommes qu'ils pourraient être "comme Dieu" et décider par eux même de ce qui est bien où mal.

Je vais vous dire une chose mes amis, en cherchant à être comme Dieu, l'humanité est devenue indépendante du Dieu tout puissant, et, par conséquent, est devenue elle-même un faux dieu.

A cause de la chute, les êtres humains sont devenus, dans une certaine mesure, indépendants de Dieu et se sont mis à établir leurs propres critères pour définir le bien et le mal.

Dans ce monde, c'est souvent le jugement humain imparfait et corrompu, qui décide de ce qui est bien ou mal. Ce n'est pas ce que Dieu voulait, car il a toujours désiré que nous n'établissions de normes que par rapport à lui et à sa parole.

 

Pour comprendre ce qu'il vient d'être dit, revenons à Adam et Ève. Lorsque ceux-ci ont péché, ils ont immédiatement connu la mort moral et spirituelle, puisque la mort physique est venue plus tard.

Souvenez vous, Dieu avait dit : Car dès le jour que tu en mangeras, tu mourras de mort.

Par conséquent, la mort spirituelle et moral est apparue dès qu'ils ont péchés. La mort moral signifie que la vie de Dieu qui était en eux venait de s'éteindre et que leur nature était devenue une nature pécheresse. La mort spirituelle impliquait que la relation dont ils jouissaient avec Dieu était dès lors détruite.

 

Depuis le péché d'Adam et Ève, tous les hommes naissent avec une nature pécheresse.

Cette corruption de la nature humaine a engendré le désir inné de suivre ses penchants égoïstes sans tenir compte de Dieu et est transmise à tous les êtres humains.

En usant de tromperies, satan a causé la chute de l'espèce humaine par la tromperie. C'est l'une des méthodes principales qu'il utilise pour détourner les hommes de la voie de Dieu et de la vérité divine.

La Bible nous enseigne que satan trompe et aveugle l'esprit incrédule de ce monde afin qu'ils ne puissent pas comprendre l'Évangile : Desquels le Dieu de ce siècle a aveuglé les entendements, [c'est-à-dire], des incrédules, afin que la lumière de l'Évangile de la gloire de Christ, lequel est l'image de Dieu, ne leur resplendît point 2Co 4/4. D'après Paul, c'est parce qu'ils sont trompés par satan que certains membres de l'Église, et là je ne parle pas des églises local mais bien évidement du corps de Christ, s'imaginent pouvoir mener une vie immorale tout en héritant du royaume de Dieu.

Mes amis, vous devez prendre en considération les avertissements des Saintes Écritures, car à la fin des temps, la tromperie constituera la méthode principal que satan utilisera pour pousser une multitudes de croyants à se rebeller contre Dieu.

 

C'est ainsi que nous tous, les croyants, nous devons nous préparés à s'engagés dans une lutte sans merci contre les ruses de satan, que ce soit dans notre vie personnelle, dans notre vie conjugale, dans notre familles, nos écoles, nos églises et dans nos lieu de travail.

La relation d'Adam avec Dieu était brisée. L'homme a été chassé du jardin et a commencé à vivre dans l'épreuve et cela en dépendant totalement de Dieu. En outre, dans un certain sens, à cause de la chute d'Adam et Ève, satan a acquis une sorte de pouvoir sur le monde ; le NT affirme que satan est le prince de ce monde : Je ne parlerai plus guère avec vous ; car le Prince de ce monde vient ; mais il n'a aucun empire sur moi Jn 14/30.     

 

Il y a un exemple qui me parle et j'aimerai vous le partager, l'exemple qui me frappe est celui d'Abel et Caïn. Voici deux frères qui sont totalement opposé.

Prenons lecture je vous pris dans Ge 4/3.5 : Or il arriva, au bout de quelque temps, que Caïn offrit à l’Éternel une oblation des fruits de la terre ; Et qu'Abel aussi offrit des premiers-nés de son troupeau, et de leur graisse ; et l’Éternel eut égard à Abel, et à son oblation. Mais il n'eut point d'égard à Caïn, ni à son oblation ; et Caïn fut fort irrité, et son visage fut abattu. Nous y lisons un passage particulièrement intéressant, ici, le Seigneur accepté l'offrande d'Abel, et la question est pourquoi ?

C'est simple, Abel s'est présenté devant Dieu avec une foi véritable et qu'il était voué à la justice : Par la foi Abel offrit à Dieu un plus excellent sacrifice que Caïn, [et] par elle il obtint le témoignage d'être juste, à cause que Dieu rendait témoignage de ses dons ; et lui étant mort parle encore par elle Hb 11/4. 

L'offrande de Caïn a été rejetée, parce qu'il n'avait pas de foi authentique et obéissante et parce que ses œuvres étaient mauvaises.

Et que nous ne soyons point comme Caïn, qui était du malin [esprit] et qui tua son frère. Mais pour quel sujet le tua-t-il? C'est parce que ses oeuvres étaient mauvaises, et que celles de son frère étaient justes 1 Jn 3/12.

 

J'aimerai vous amenez un peu plus loin, voyez mes amis, Dieu prend plaisir à nos offrandes et à nos actions de grâces que si elles sont conformes à sa volonté, donc c'est nous, de nous efforcés à mener une vie de justice. Dieu dépeint le péché comme une force ou une puissance tentatrice qui, comme une bête sauvage ou un démon est prête à attaquer et à dévorer.   

Toutefois, Dieu donne également aux hommes la capacité de vaincre le péché et de lui résister, en se soumettant à sa Parole avec l'aide de sa grâce.

C'est à eux de décider soit de se soumettre au péché, soit d'en triompher !

Comme nous le savons tous, Caïn tua son frère et nous lisons au V 10 du ch 4 de la Ge : Et Dieu dit : Qu'as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre à moi.

Ainsi, la mort d'Abel et l'attention que Dieu a manifestée à son égard, nous montrent que tout au long de l'histoire de l'humanité, Dieu se préoccupe du bien être de tous ceux qui souffrent à cause de leur consécration à la justice.

Dieu connaît leur souffrance et, un jour, il interviendra en leur faveur afin de leur rendre justice et de détruire le mal.

Souvenez vous des paroles de Jésus : Bienheureux sont ceux qui sont affamés et altérés de la justice ; car ils seront rassasiés Mt 5/6.

Mais poursuivons notre lecture, et allons aux V 11 et 12 : Maintenant donc tu [seras] maudit, [même] de la part de la terre, qui a ouvert sa bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère. Quand tu laboureras la terre, elle ne te rendra plus son fruit, et tu seras vagabond et fugitif sur la terre.

Dieu maudit Caïn, il le fait en sorte que ses efforts physiques ne soient plus récompensés et ainsi la terre ne soit plus en mesure d'assurer sa survie.

Voyez vous, il y a ici une évidence certaine, Caïn ne c'est pas humilié et il n'a fait preuve d'aucune tristesse ou de repentance selon Dieu, il s'est séparer du Seigneur et à chercher à vivre sans son aide : Alors Caïn sortit de devant la face de l’Éternel, et habita au pays de Nod, vers l'Orient d'Héden V 16.

Le V 15 est tout aussi intéressant, car il est dit que Dieu mis un signe sur Caïn : Et l’Éternel lui dit : C'est pourquoi quiconque tuera Caïn sera puni sept fois davantage. Ainsi l’Éternel mit une marque sur Caïn, afin que quiconque le trouverait, ne le tuât point.

Il faut probablement interpréter cela comme un signe donné à Caïn pour l'assurer de la promesse de Dieu. Il ne s'agit pas d'une peine de mort prononcée à son égard.

La société moderne d'aujourd'hui, est basée sur le principe de Caïn. Je m'explique, il faut savoir que Caïn et ses descendants ont été les pionniers de la civilisation humaine qui c'est éloigné de Dieu.

Aujourd'hui, la motivation fondamentale de toutes sociétés humanistes est d'essayer de triompher de la malédiction, de trouver du plaisir et de gagner le ciel sans se soumettre à Dieu.

C'est ainsi que le système du monde est fondé sur le principe de l'auto rédemption de la race humaine dans sa rébellion contre Dieu. Pour bien comprendre ce message, mais surtout le message du NT, il nous faut prendre conscience que satan est le prince de ce monde. Il est le malin et sa puissance domine sur ce siècle présent. Je vais prendre un exemple Lc 13/16 : Et ne fallait-il pas délier de ce lien au jour du Sabbat celle-ci qui est fille d'Abraham, laquelle satan avait liée il y a déjà dix-huit ans ? 

Jésus nous parle d'une femme fille d'Abraham que satan liai depuis des années. Voyez vous, aux yeux de Christ, celui qui n'entend plus les soupirs d'une humanité souffrante commet un péché détestable.

Jésus nous enseigne que les gens sont prisonniers du péché, de la maladie et de la mort, et qu'ils vivent dans la détresse et ont un grand besoin.

Aujourd'hui, alors que nous sommes bombardés de divertissements médiatiques, qui servent de vitrines à la violence, à l'immoralité, nous courons le risque de devenir insensibles à la misère et à la souffrance du monde.

Je vais vous dire ceci, les vrais, je dis bien les vrais disciples doivent ressembler à leur Maître et doivent êtres en mesure de percevoir lorsque une âme est en détresse et d'entendre les soupirs de la création.

Autre chose que vous devriez comprendre, à aucun moment les Saintes Écritures n'enseigne que Dieu a le contrôle direct du monde impie actuel qui comprend les pécheurs, le mal, la cruauté et l'injustice.  

Vous devez savoir, qu'en aucune manière Dieu ne désire ni ne provoque toutes les souffrances qui accablent le monde, car tout ce qui arrive n'est pas conforme à sa volonté parfaite : Jérusalem, Jérusalem, qui tues les Prophètes, et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l'avez point voulu ! Mt 23/37.

Alors la question est : Pourquoi Dieu est il revenu de son ardente colère ?

Les Saintes Écritures nous enseignent qu'à l'heure actuelle, le monde n'est pas sous la domination de Dieu. Mais celui-ci est en révolte contre sa loi et qu'il est esclave de satan. C'est à cause de tout cela que Christ est venu mourir pour réconcilier le monde avec Dieu : Car Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. Car Dieu n'a point envoyé son Fils au monde pour condamner le monde, mais afin que le monde soit sauvé par lui Jn 3/16.17.

Or tout cela [vient] de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Jésus-Christ, et qui nous a donné le Ministère de la réconciliation. Car Dieu était en Christ réconciliant le monde avec soi, en ne leur imputant point leurs péchés, et il a mis en nous la parole de la réconciliation 2Co 5/18.19.

Voyez vous, nous étions de la race de Caïn, nous étions séparés de Dieu, voués à la mort, rejetés par Dieu.

Si nous voulons aller plus loin, nous voyons que tout au long de l'humanité, l'homme n'a cessé de se rebeller contre Dieu.

Des grands bouleversements sont écris afin qu'ils nous servent de leçons.

L'histoire de Noé par exemple doit être pris avec sérieux. Voyez comment Dieu a manifesté sa colère ?

Sodome et Gomorrhe, la destruction de cette ville infâme, devrait nous faire réfléchir sérieusement et il y a bien d'autres exemples.

Plus tard Jésus nous rappel un point important, la fin des temps, et il prend l'exemple de Noé : Et comme il arriva aux jours de Noé, il arrivera de même aux jours du Fils de l'homme. On mangeait et on buvait ; on prenait et on donnait des femmes en mariage jusqu'au jour que Noé entra dans l'Arche ; et le déluge vint qui les fit tous périr Lc 17/26.27.  

Tout comme Noé rassembla les animaux dans l'arche, à l'avènement de Christ il en sera de même, Jésus rassemblera son Église, et fera périr le reste. Du temps de Noé, les gens se moquait de lui, il était un sujet de railleries, les gens pensaient qu'a leur bien êtres, sans se soucier des avertissements de Noé ! Ils vivaient dans la débauche, dans le péché, tout comme tu le fais toi cher lecteur qui lis pour la première fois ce texte, tu fais ta vie, tu te moques de tout, tu rejette Dieu, mais sache qu'à un moment donné Jésus viendra chercher ses fidèles, son Église, mais pour ce qui resteront ce sera l'enfer pour l'éternité, loin de la face de Dieu.

 

Je vais vous dire une chose, nous devons jamais dire que Dieu contrôle tout, pour nous libérer nous-mêmes de la responsabilité de lutter contre le péché, le mal ou la tiédeur spirituelle.

Cependant, sous un certain angle, Dieu contrôle le monde impie. Il faut savoir que Dieu est souverain et par conséquent rien ne se passe sans qu'il ait permis au préalable, rien ne lui échappe. Malgré tout, durant cette période de l'histoire, Dieu a limité son pouvoir suprême et son autorité sur le monde.

Sachez mes amis, cette limitation librement consentie n'est que temporaire, car, au temps fixé par sa sagesse, il détruira satan et tout le mal. Ce qui signifie qu'il y ai un grand danger pour tout ceux qui refuse de croire en Dieu !

Car ici, détruire satan et le mal, englobe tous les hommes qui seront restés rebelles. C'est alors seulement que le royaume de ce monde sera remis à notre Seigneur et à son Christ, et il régnera aux siècles et des siècles.

Passons dès à présent à un autre texte, Jn 3/16. : Car Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. Ce texte très connu des évangéliques et des pentecôtistes, s'en servent pour gagner des âmes en leur disant : tu vois Dieu t'aime, je vais te dire mon ami, Dieu aime le pécheur mais déteste le péché. C'est une manière à eux d'évangéliser, mais est ce vraiment la vérité ? Parce que nulle part dans les Saintes Écritures ne nous trouvons ce genre de discours !  

Nulle part dans les Saintes Écritures, il nous est dit que Dieu aime le pécheur et déteste le pécher. C'est un pur mensonge, il n'est pas dit que Dieu aime le pécheur, permettez moi d'aller plus loin dans mon raisonnement, si Dieu aime le pécheur comme ils le disent, alors la question est, pour qui l'enfer  est il réserver ? Pour satan et tout le mal ? Mais comme je l'ai dit précédemment l'enfer est réservé à satan et tout le mal, ce qui englobe aussi tous les hommes qui seront restés rebelle à Dieu. Mais qui sont ses rebelles ? Des pécheurs ! Donc Dieu aime le pécheur mais il va l'envoyer quand même en enfer, drôle d'amour vous ne trouvez pas ? Mais quel est ce dieu ?

Donc, d'après leurs dirent, je me pose la question à quoi bon de se convertir alors ? Puisque Dieu aime le pécheur ! Pourquoi je me suis converti alors ? Dans ce cas là, j'aurais pu continuer ma vie d'avant, boire, me droguer, coucher avec toutes les femmes, commettre toutes sortes d'injustice et cela en toute assurance sous prétexte que Dieu m'aime en tant que pécheur ? Et j'aurais hérité du royaume de Dieu sans effort ? C'est un prétexte qu'ils prennent pour s'assurer eux même qu'ils iront auprès de Dieu. Mais ce n'est pas la vérité, malheureusement Dieu n'aime pas le pécheur, et même si vous me dite : Oui mais Jn 3/16 le dis. Jn 9/31 dit aussi : Or nous savons que Dieu n'exauce point les méchants, mais si quelqu'un est le serviteur de Dieu, et fait sa volonté, [Dieu] l'exauce.  

Malheur à eux, car ils ont suivi le train de Caïn, et ont couru, par un égarement [tel que celui] de Balaam, [après] la récompense, et ont péri par une contradiction [semblable à celle] de Coré. Ceux-ci sont des taches dans vos repas de charité, en prenant leurs repas avec vous, et se repaissant eux-mêmes sans crainte ; [ce] sont des nuées sans eau, emportées des vents çà et là ; des arbres dont le fruit se pourrit, et sans fruit, deux fois morts, et déracinés ; Des vagues impétueuses de la mer, jetant l'écume de leurs impuretés ; des étoiles errantes, à qui l'obscurité des ténèbres est réservée éternellement. Desquels aussi Énoch, septième homme après Adam, a prophétisé, en disant : Voici, le Seigneur est venu avec ses Saints, qui sont par millions, pour juger tous les hommes, et pour convaincre tous les méchants d'entre eux de toutes leurs méchantes actions qu'ils ont commises méchamment, et de toutes les paroles injurieuses que les pécheurs impies ont proférées contre lui Jd 1/11.15.

Mais poursuivons au V 17, qui lui est plus explicite : Car Dieu n'a point envoyé son Fils au monde pour condamner le monde, mais afin que le monde soit sauvé par lui.

Il est dit que Dieu a tant aimé le monde, cette notion de l'amour de Dieu est incomparable, Dieu nous a tant aimé. Ensuite ce même V nous dit qu'il a donné son fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse point.

Voyez vous, notre destinée est déjà scellé, pourquoi Dieu envoi son fils pour que ceux qui croit en lui ne périsse pas ?  

Parce que Dieu connaît notre état de pécheur, il sait que l'homme est foncièrement mauvais, et que rien de ce que l'homme a ne plait à Dieu. La nature de l'homme n'est que mensonge, orgueil, hautaine, arrogante, adultère, colérique etc.

Mais voilà mon ami cher lecteur, si tu ne te repent pas, si tu ne crois pas au plan de rédemption de Jésus, alors que te reste t'il ?

Revenons au temps de Noé, Dieu vit la dépravation qui sévissait, alors Dieu a exterminé sa création : Tout ce donc qui subsistait sur la terre fut donc exterminé, depuis les hommes jusques aux bêtes, jusques aux reptiles, et jusques aux oiseaux des cieux ; ils furent, dis-je, exterminés de dessus la terre ; mais seulement Noé, et ce qui était avec lui dans l'arche, demeura de reste Ge 7/23.

Je crois que nous pouvons prendre un temps de réflexion pour comprendre la nature divine. Dieu n'a pas hésité dans sa sagesse, d'exterminer sa création.

Poursuivons je vous prie, et allons au ch 8 V 21 : Et l’Éternel flaira une odeur d'apaisement, et dit en son coeur ; je ne maudirai plus la terre à l'occasion des hommes, quoique l'imagination du coeur des hommes soit mauvaise dès leur jeunesse ; et je ne frapperai plus toute chose vivante, comme j'ai fait.

Dans une autre traduction il est dit : L'Éternel sentit une odeur agréable, et l`Éternel dit en son coeur: Je ne maudirai plus la terre, à cause de l`homme, parce que les pensées du coeur de l`homme sont mauvaises dès sa jeunesse; et je ne frapperai plus tout ce qui est vivant, comme je l`ai fait.

 

Voyez vous, le Seigneur dévoile un point fondamental, la vérité au sujet de la corruption et de la dépravation de la nature humaine.

La tendance au mal est innée chez l'homme dès son enfance ou sa jeunesse.

Prenons lecture dans Rm 3/10.19 : Selon qu'il est écrit : il n'y a point de juste, non pas même un seul. Il n'y a personne qui ait de l'intelligence, il n'y a personne qui recherche Dieu. Ils se sont tous égarés, ils se sont tous ensemble rendus inutiles : il n'y en a aucun qui fasse le bien, non pas même un seul. C'est un sépulcre ouvert que leur gosier ; ils ont frauduleusement usé de leurs langues, il y a du venin d'aspic sous leurs lèvres.

Leur bouche est pleine de malédiction et d'amertume.

Leurs pieds sont légers pour répandre le sang.

La destruction et la misère sont dans leurs voies.

Et ils n'ont point connu la voie de la paix.

La crainte de Dieu n'est point devant leurs yeux. Or nous savons que tout ce que la Loi dit, elle le dit à ceux qui sont sous la Loi, afin que toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit coupable devant Dieu.

Ces versets, dépeignent une juste connaissance de la nature humaine dans leur état naturel, tous les hommes sont pécheurs. Leur être tout entier est affecté par l'hostilité du péché et à tendance conformer au monde, au diable et la nature pécheresse.

C'est ainsi que tous les hommes sont coupables, coupables parce qu'ils se détournent naturellement de la voie de la piété, pour s'engager dans l'égoïsme.

Si nous revenons à ce que nous avons lu précédemment, afin que celui qui croit en lui c'est-à-dire en Jésus Christ, ne périsse point.

Le mot "périsse" ne se réfère pas à la mort physique, mais à la réalité terrifiante du châtiment de Dieu.

Voyez vous il reste plus qu' réfléchir à ce qui vient d'être dit.

Voici ce que déclare les Saintes Écritures : Le Seigneur ne retarde point l'exécution de sa promesse, comme quelques-uns estiment qu'il y ait du retardement, mais il est patient envers nous, ne voulant point qu'aucun périsse, mais que tous se repentent 2Pi 3/9.

N'imaginez pas pouvoir entrés dans le royaume de Dieu sans passer par la porte, et cette porte c'est Jésus, venez chez moi, essayez d'entrer si je ne vous ouvre pas la porte vous resterez dehors, et bien le royaume de Dieu à une porte qui s'appel Jésus et c'est par lui que vous rentrerez. Pas d'autre passage.

Dieu ne veut pas que sa création périsse, mais il offre aux hommes la possibilité de se repentir, de changer de voie, Jésus est venu mourir à la croix pour nos péchés. Avant son arrestation, Jésus au jardin de Gethsémané pria en disant :

Puis s'étant éloigné d'eux environ d'un jet de pierre, et s'étant mis à genoux, il priait, Disant : Père, si tu voulais transporter cette coupe loin de moi ; toutefois que ma volonté ne soit point faite, mais la tienne Lc 22/41.42.

Mais que pouvais contenir cette coupe ? Et bien dans cette coupe il y avait toute la colère ardente de Dieu, cette coupe était remplie de toute la fureur de Dieu contre nous, contre notre nature dépravée, nos penchants lubriques, nos pensées perverties, à cause de nos péchés, et cette coupe  Jésus en a bu jusqu'à la dernière goutte et c'est ainsi qu'il est devenu péché aux yeux de Dieu, afin que le châtiment qui nous était réservé, tombe sur Lui. A la croix, Jésus a dépouillé toutes les armes de satan, aux yeux du monde, Jésus nous libère de l'esclavage du péché dans lequel nous étions retenus, les chaînes qui nous rendaient prisonniers furent brisées. Et aujourd'hui même, encore une fois, Jésus t'appel pour te rendre libre, pour briser les chaînes qui te retiennent prisonnier !

 

Mais pour ceux qui ne veulent pas se soucier de leurs âmes, voici ce que déclare les Saintes Écritures : Et [qu'il vous donne] du relâche à vous qui êtes affligés, de même qu'à nous, lorsque le Seigneur Jésus sera révélé du Ciel avec les Anges de sa puissance ; Avec des flammes de feu, exerçant la vengeance contre ceux qui ne connaissent point Dieu, et contre ceux qui n'obéissent point à l'Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ ; Lesquels seront punis d'une perdition éternelle, par la présence du Seigneur, et par la gloire de sa force ; Quand il viendra pour être glorifié en ce jour-là dans ses saints, et pour être rendu admirable en tous ceux qui croient ; parce que vous avez cru le témoignage que nous vous en avons rendu 2Th 1/7.10.

Cette possibilité t'es accordé aujourd'hui si tu te repens, crois en la bonne nouvelle, et tes péchés seront remis.

 

Alors ne cherchent plus au travers des philosophies  humaniste des réponses, ces réponses tu en a déjà au travers de la lecture de cet article, mais je t'invite à lire la Bible et là tu trouveras toutes les réponses à tes questions.

 

La Bible est un mode d'emploi pour réussir sa vie.

 

Revivaliste Frédéric Klumpp.

Voir les commentaires