Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Frédéric Klumpp

Tout a commencé dans mon salon de coiffure

23 Janvier 2013 , Rédigé par Sentinelle80

Coiffeur, Pascal s’est mis à l’écoute de sa petite voix intérieure qui lui a fait découvrir la Bible. Au travers des rencontres providentielles, il a trouvé sens à sa vie et découvert de nouveaux amis. Fini la solitude.

J’ai grandi dans le quartier de Moulins à Lille. Mon père était soudeur et ma mère directrice d’une agence de produits d’entretien. Troisième d’une fratrie de quatre enfants, j’ai reçu une éducation religieuse de base mais, sur le plan spirituel c’était plutôt le trou béant! À la fin des années 1980, je me suis mis à lire la Bible; tout seul dans mon coin. J’étais curieux.

Difficultés

C’est à ce moment-là que j’ai quitté mon métier de coiffeur pour entrer dans une école de vente d’une grande marque automobile, mais ma reconversion professionnelle n’a pas été satisfaisante. Michèle, ma femme, et moi nous sommes retrouvés en fin de droits. Nous devions nous occuper des enfants…

Nos quelques amis nous ont tourné le dos. Nous étions vraiment en grande difficulté! Alors, je suis revenu à la coiffure et, en 1996, j’ai ouvert mon propre salon.

C’est dans ce salon qu’au début des années 2000, j’ai rencontré Francis, un septuagénaire. Il parlait de Dieu avec une telle conviction! Nous avons beaucoup discuté tous deux à chaque fois qu’il venait se coiffer. Je l’appelais au téléphone chez lui pour continuer nos conversations.

Il m’a indiqué un groupe de prière qui se réunissait dans mon village. J’y suis allé durant deux ans jusqu’au jour où, en juin 2004, en me promenant à la braderie de Fives avec mon épouse, je suis tombé sur un stand de la paroisse réformée d’à côté. J’ai été particulièrement marqué par une femme qui interprétait des chants de louange, accompagnée de son piano. Cela m’a décidé à en savoir plus. Je me suis rendu le dimanche suivant à l’église…

J’ai été tout de suite très touché par l’accueil et la fraternité qui y régnait. Le pasteur m’a proposé de participer au parcours Alpha qui démarrait à la rentrée. Alpha était bien adapté à mon profil. J’ai pu trouver des réponses aux questions essentielles que je me posais: Pourquoi Jésus était-il mort sur la croix? Était-il vraiment le fils de Dieu? Je redécouvrais les fondements de la foi d’une manière nouvelle. Cela dépassait les connaissances qu’on m’avait enseignées au catéchisme.

Il fallait que ça sorte

À Alpha, j’ai découvert que la foi, c’est la confiance, c’est accepter de remettre sa vie à Dieu. C’est une chose de savoir intellectuellement pourquoi Jésus est mort à la croix, c’en est une autre d’avoir la révélation, par l’Esprit Saint, de ce que Jésus a fait à la croix pour nous…

Dans les petits groupes de discussion, j’ai trouvé des personnes qui ont tendu l’oreille, qui m’ont écouté et qui m’ont permis de progresser. J’ai pu faire entendre mon amertume par rapport à la religiosité. Le parcours Alpha a été un exutoire. Il fallait que ça sorte! Il m’a fallu passer cette étape pour tout remettre à plat…

Je me souviens de celui qui donnait les enseignements à Alpha: il est devenu un grand frère pour moi. J’ai vécu de grands moments dans ce groupe qui m’a fait grandir. À la fin du parcours, on m’a proposé de devenir animateur et j’ai accepté. J’ai reçu avec ma femme le baptême en juin 2005. Cela a été un moment très fort pour moi: le baptême m’a fait mourir avec le Christ et renaître avec lui pour une vie nouvelle.

Durant cette préparation, j’ai été touché par un verset de la Bible «Je veux qu’en tout lieu, les hommes prient, en levant des mains pures vers le ciel, sans haine ni mauvaises pensées»(1). Je me suis dit: «Pascal, tu t’es construit à travers toutes sortes d’événements dans ta vie; ils expliquent comment tu en es arrivé là, avec ce qu’il y a de bien en toi mais aussi ce qu’il y a de moins bien…»

Pardon

À partir de ce moment-là, je suis rentré dans un chemin de pardon et de guérison. Petit à petit, mes blessures qui dataient parfois de l’enfance ont été guéries. Je suis aussi allé voir certaines personnes pour leur demander pardon; j’ai reçu le pardon d’autres. C’est une démarche entre Dieu et moi que je garde dans le secret de mon cœur… Juste avant le baptême, j’ai eu une grande envie de partir en Terre Sainte.

Durant ce séjour, j’ai vécu une amitié et une fraternité extraordinaires! Ce fut un cheminement spirituel intense. J’ai un souvenir particulièrement fort d’un temps de prière et de louange sur le lac de Tibériade. Lorsque j’ai entendu la phrase de Jésus dans l’évangile «homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté?» (2) J’ai su que cette parole était pour moi. J’ai compris que le Seigneur était, lui seul, vainqueur dans ma vie par rapport à tout ce que j’avais traversé, tous les croche-pieds que j’avais reçus, tout le mal subi… Que peut-il m’arriver puisque je suis dans la main de Dieu?

À notre retour, nous avons organisé un grand week-end au cours duquel nous avons invité nos familles et nos amis pour témoigner de notre séjour. Nous nous retrouvons depuis tous les mois pour prier et partager autour de la Bible.

Ma conversion a changé beaucoup de choses dans ma famille. Mes filles ont été interpellées par ce qui changeait en moi et ont fait à leur tour un chemin vers Dieu. Aujourd’hui, notre famille témoigne autour d’elle, de l’amour de Dieu dans nos vies. Nous sommes actifs dans notre église. Le Seigneur m’a renouvelé. Je suis engagé sur un chemin de disciple.

Dernièrement, j’ai croisé Michel, un client de mon salon. Il m’a raconté ses déboires, pourquoi il s’était éloigné de Dieu… Je lui ai proposé de venir à l’église et de suivre Alpha. Il a répondu à l’invitation... Aujourd’hui, je le croise tous les dimanches à l’église où il vient avec Yvonne, sa femme.

Grande famille

Avec le recul, je me rends compte qu’on ne peut pas se dire croyant et vivre comme un électron libre en lisant sa Bible dans son coin, comme je l’ai fait un certain temps. Nous avons besoin de vivre fraternellement la parole du Christ au sein d’une communauté.

Aujourd’hui, ma foi a pris une dimension plus grande, grâce à tous ces frères et sœurs en la foi rencontrés. Là où ma femme et moi n’avions que très peu d’amis, aujourd’hui nous recevons – et nous donnons – beaucoup d’amour dans nos relations fraternelles. Nous sommes devenus une grande famille, celle des enfants de Dieu.

 

Source : Internet

Partager cet article

Commenter cet article