Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Frédéric Klumpp

Le toucher de la main du Maître

21 Février 2013 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #A Méditer

Le commissaire-priseur se demandait si ce vieux violon sale et endommagé valait la peine qu’il gaspille son temps à faire monter les enchères. Aussi s’empressa-t-il de le brandir devant la salle des ventes tout en déclarant, un sourire au coin des lèvres : “Combien allez-vous me donner pour ce vieux violon ? Qui veut ouvrir les enchères ?” Disons un euro, un euro ! Qui propose deux euros ? Deux euros. Qui propose trois euros ? Trois euros une fois, trois euros deux fois, je vais l’adjuger à trois euros.” Mais soudain, du fond de la salle, s’approche un homme aux tempes grisonnantes. Il saisit l’archet, essuie la poussière qui couvre le vieux violon et se met à l’accorder. Puis il se met à jouer une mélodie sublime, aussi douce que le chant des anges. Quand la musique s’éteint, au bout de plusieurs minutes, le commissaire-priseur reprend d’une voix paisible et grave : “A quel prix commence l’enchère ?” Il brandit le violon avec respect. “Mille euros, qui dit deux mille euros ? Deux mille euros, qui propose trois mille euros ? Trois mille euros une fois, trois mille euros deux fois, adjugé pour trois mille euros.” Les gens applaudissent. Mais quelques personnes demandent : “Mais qu’est-ce qui a changé la valeur de ce violon ? Nous ne comprenons pas !” Le réponse tombe : “Le toucher de la main du maître !”

Tant d’hommes et de femmes, meurtris et marqués par le péché, prisonniers d’une vie désacordée et dépourvue de sens, ont été mis aux enchères de notre société, offerts à un prix dérisoire à l’appétit d’une foule insensible et cruelle, à la manière de ce vieux violon. Un plat de lentilles, un verre de vin, un jeu de carte, et les voilà qui se remettent à distribuer les cartes... une fois, deux fois, adjugé. C’est alors que le Maître arrive. Et la foule insensible et cruelle ne peut comprendre ni la valeur d’une âme perdue ni le changement que le simple toucher de la main du Maître peut opérer en elle.

 

Souce : Luisa (google+)

Partager cet article

Commenter cet article