Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Frédéric Klumpp

Comment passer de la présomption de foi à la foi véritable

7 Novembre 2012 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Enseignements

 

1er Partie

 

Nous allons boire un peu à la Parole du Seigneur. Nous nous faisons du bien quand nous  buvons la Parole, elle est comparée à de l'eau, et Jésus a dit : Ceux qui ont soif, qu'ils viennent et qu'ils boivent ! (Jean 7:37) Alors est-ce que vous avez soif, est-ce que vous désirez boire un peu de l'eau du ciel ?

Jésus a dit « Mes paroles sont esprit et vie » (Jean 6 :63). Il y a dans la Parole de Dieu, dans la moindre de ses paroles, une puissance fantastique puisque pas un seul iota, pas une seule petite parole ne passera, et comme la Parole vient de Dieu et qu'elle est Dieu - la Parole est Dieu - quand on reçoit cette semence dans un coeur bien disposé, elle produit du fruit parce que toute la vie de Dieu se trouve dans sa Parole ! C'est pour cela que lorsque nous la lisons, quand on la médite avec un cœur ouvert, plus on la médite plus elle rentre, et plus elle nous fortifie dans la foi. C'est elle qui donne la foi, c'est elle qui nous fait connaître le coeur de Dieu, c'est elle qui nous fait connaître les promesses du Seigneur, c'est elle qui nous fortifie, c'est elle qui nous éclaire, c'est elle qui nous dirige. Elle est aussi un marteau qui brise le roc le plus dur, le roc de notre coeur, les forteresses de l'ennemi. C'est une épée, une épée puissante quand on la prend dans la main pour se défendre contre les attaques du malin. C'est la seule arme qui puisse le mettre en fuite, alors ne négligeons jamais la Parole du Seigneur. Même si nous ne pouvons passer qu'un moment à méditer un verset, dans ce verset-là, il y a toute la vie du Seigneur, quand on la reçoit vraiment dans un coeur qui est ouvert, un coeur qui aime le Seigneur.

Je voudrais donc vous parler de la différence qu'il y a entre « la vraie foi » et « la fausse foi », la vraie foi et la présomption de foi. Vous savez ce qu'est la présomption : c'est faire semblant de, ou faire comme si on l'avait, alors qu'on ne l'a pas. Nous avons besoin du discernement du Saint-Esprit pour qu'il nous montre ce qu'est la vraie foi parce que nous devons l'avoir, la vraie foi ! La vraie foi produit toujours les oeuvres correspondantes.

 

 

La vraie foi de Dieu produit toujours les oeuvres correspondantes à cent pour cent, parce que c'est Dieu qui nous la donne. Dieu a créé le monde par la foi. Avez-vous vu Dieu échouer dans une de ses paroles ? Quand Dieu prononce une parole ou quand Jésus prononçait une parole, sur un malade ou sur un figuier ou quelque chose, cette parole de Jésus était remplie de la foi de Dieu. Jésus n'a jamais douté quand il a prononcé une parole et nous devons être remplis de la même foi, la foi de Dieu.

Jésus nous demande, à nous qui sommes dans les derniers temps, d'être remplis de cette même foi. Il a dit : Est-ce que je trouverai la foi dans le monde quand je reviendrai ? (Luc 18 :8). Cela signifie que dans les temps de la fin, la vraie foi (d'après cette parole du Seigneur) ne va pas augmenter. Il va y avoir une fausse foi qui va augmenter, une foi apparente mais qui ne va pas produire les oeuvres du Seigneur. Si elle ne produit pas les oeuvres du Seigneur, c'est une honte pour Dieu. On entend dire quelquefois : « Moi j'ai la foi, moi j'ai la foi ! », mais si ce qui est affirmé ne se produit pas, c'est une honte pour Dieu et pour nous. Tandis que, quand la Parole de Dieu est gardée dans un coeur qui aime le Seigneur, elle produit la vraie foi, et on n'a pas besoin de gesticuler ou de faire des tas de choses compliquées pour que les oeuvres se manifestent. Simplement, la puissance de Dieu présente dans sa Parole, gardée dans notre coeur, manifeste ce que Dieu a promis au moment qu'Il a choisi. Ça c'est la vraie foi, c'est un don de Dieu qui nous vient par sa Parole, c'est merveilleux !

Je crois que Dieu veut donner sa foi à tous ses enfants. Il veut nous remplir de sa Parole, il veut qu'on soit comme Philippe l'évangéliste ou comme Etienne l'évangéliste : des hommes remplis !

Il est dit « de foi et de Saint-Esprit », des hommes et des femmes remplis de foi et de Saint-Esprit. S'il ne doit donc y avoir qu'un petit nombre, dans cette fin des temps, qui garde la vraie foi du Seigneur, soyons de ceux-là ! On va glorifier Dieu, on va permettre à Dieu d'agir et d'apporter sa puissance de vie, de salut et de guérison à tous ceux qui en ont besoin. J'en fais un sujet de prière pour ma part, pour ses enfants, pour l'Église du Seigneur : "Seigneur, remplis-nous de ta foi et que nous puissions faire les oeuvres de Jésus".

Je ne serai pas satisfait tant que je ne verrai pas le Seigneur se saisir de moi pour faire ses oeuvres à Lui. Quand je vois Jésus guérir des malades, il les guérissait tous (tous ceux qui venaient lui demander).

 

Il les guérissait la plupart du temps instantanément, ou dans les heures ou les jours qui suivaient. Il ne mettait pas vingt ans à manifester une guérison et il guérissait toutes sortes de maladies et d'infirmités ; ce n'était pas simplement les maux de reins ou les rhumes ou les douleurs abdominales, enfin c'étaient des choses visibles, des choses qui étaient vraiment évidentes aveugles, sourds, muets, estropiés, des gens qui avaient des membres enlevés ou déficients. Le Seigneur manifestait instantanément, puissamment, complètement sa puissance de vie. Alors je dis : "Seigneur, il faut absolument qu'il en soit ainsi dans ma vie".

Veux-tu aussi qu'il en soit ainsi dans la tienne ?

Dieu veut se servir de nous, il cherche un homme, il cherche une femme qui soit capable de lui dire : "Seigneur, je me consacre entièrement à toi, fais ton oeuvre entièrement dans ma vie parce que je ne veux pas voir des demi-mesures ou des demi-portions de ta vie ou de ton Esprit, mais je veux voir ta vie abondante se manifester en moi et au travers de moi."

Et vous savez, si un homme, une femme dans ce monde où nous vivons aujourd'hui, est vraiment rempli de foi et de Saint-Esprit (comme l'étaient les premiers chrétiens dans l'Église du début) cet homme à lui tout seul, ou cette femme à elle toute seule, peut révolutionner tout un pays.

Le croyez-vous ? Jésus, rempli de foi et du Saint-Esprit, a révolutionné le monde entier de son époque. On peut dire : "Mais c'était Jésus, il était Dieu, c'est différent, lui, lui !" Mais n'oubliez pas que Jésus a dit : " Celui qui croit en moi fera les mêmes oeuvres que moi et de plus grandes encore "

(Jean 14 :12). Cela veut dire qu'Il attend que ses disciples fassent les mêmes choses que Lui et, pour cela, qu'ils aient la même consécration et la même vie, le même baptême du Saint-Esprit et la même vie abondante qu'avaient les premiers disciples. Ne soyons pas comme ces gens incrédules qui disent aujourd'hui : «Le temps des miracles est fini, c'était juste au début quand Dieu a lancé l'Église. Il a voulu faire un grand coup avec beaucoup de miracles et de guérisons, et puis une fois qu'il a lancé l'Église, il a dit : «Bon ! ça va, là c'est en train de marcher, maintenant je peux me retirer, ma puissance c'était seulement pour un temps, mes miracles pour un temps.» Ceci est de la pure incrédulité ! Il ne faut pas que de telles paroles restent dans nos coeurs. Il faut au contraire que la Parole éternelle reste dans nos coeurs. Jésus a dit : « Celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes... » (Jean 14:12).

 

Dans Colossiens 1, verset 1, il est écrit : « Paul, apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, et le frère Timothée, aux saints et fidèles frères en Christ qui sont à Colosses ; que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ ! » Vous voyez la grâce et la paix sont des dons de Dieu et ils étaient donnés en réponse à la prière des saints. « Nous rendons grâces à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, et nous ne cessons de prier pour vous, ayant été informés de votre foi en Jésus-Christ et de votre charité pour tous les saints, à cause de l'espérance qui vous est réservée dans les cieux, et que la parole de la vérité, la parole de l'Évangile vous a précédemment fait connaître. Il est au milieu de vous, et dans le monde entier ; il porte des fruits, et il va grandissant, comme c'est aussi le cas parmi vous, depuis le jour où vous avez entendu et connu la grâce de Dieu conformément à la vérité, d'après les instructions que vous avez reçues d'Epaphras, notre bien-aimé compagnon de service, qui est pour vous un fidèle ministre de Christ, et qui nous a appris de quel amour l'Esprit vous anime. » (Colossiens 1 :3-8)

Tout d'abord, juste un cours commentaire sur ce qu'il vient de dire, parce que c'est important de voir comment le Seigneur travaille pour nous donner la foi. Il commence par dire « ... que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus. » La grâce de Dieu, c'est ce qui nous soutient d'en haut, c'est la puissance même, la vertu de Dieu qui nous soutient avec sa paix. Nous savons que nous ne pouvons pas avoir la paix dans le coeur tant que nos péchés n'ont pas été confessés et que le pardon n'a pas été reçu par la foi en la parole du Seigneur. Quand nous avons reçu le pardon des péchés que nous avons confessés, nous avons la paix avec Dieu et nous sommes en paix avec tout le monde. On ne peut pas garder la moindre dispute avec quelqu'un. La grâce et la paix de Dieu rentrent dans nos coeurs et ceci est le premier travail du Saint-Esprit dans le coeur de l'Église du Seigneur. Ensuite, sur cette base de grâce et de paix, le Seigneur peut bâtir ce qu'il veut bâtir. Il dit : « ... nous ne cessons de prier pour vous, ayant été informés de votre foi en Jésus-

Christ et de votre amour pour tous les saints, ...» Alors Paul dit : Ces Colossiens-là, j'ai entendu parler d'eux comme étant des hommes et des femmes de foi et d'amour. Ils étaient remplis de foi et d'amour. Comment donc cette foi et cet amour étaient-ils dans leur coeur ? « ... à cause de l'espérance qui vous est réservée dans les cieux, et que la parole de la vérité, la parole de l'Évangile vous a précédemment fait connaître. »

Ils avaient été enseignés dans la parole de vérité, une vraie parole de

Dieu qui leur a été prêchée (en particulier par Epaphras, on le verra plus loin) et cette parole de vérité leur avait donné l'espérance, et l'espérance avait ouvert la porte à la foi et à l'amour.

Vous savez qu'il y a trois choses qui demeurent : la foi, l'espérance et l'amour. Cela veut dire que dans l'éternité, y compris dans le ciel, nous aurons besoin de la foi, de l'espérance et de l'amour.

Et ça fonctionne toujours de la même manière, Dieu donne sa parole et sa parole commence par produire l'espérance. L'espérance, c'est l'espoir de quelque chose qu'on ne possède pas encore. On a comme une vision qui nous est donnée par la parole du Seigneur, des choses qu'il veut faire et qu'il veut accomplir en nous et cette parole qui nous est donnée commence à éveiller en nous une espérance. Ce n'est pas comme l'espérance des hommes, l'espérance de l'incrédule, parce que l'incrédule est quelqu'un qui espère avoir quelque chose mais qui n'est pas sûr. C'est un peu comme une loterie, il dit : «Bon, si j'ai de la chance, je l'aurais ; si je n'ai pas de chance, je ne l'aurais pas. » ça, c'est l'espérance des hommes. Mais l'espérance divine, c'est tout à fait autre chose ! C'est simplement une vision à distance d'une chose que nous révèle la Parole de Dieu. Dieu nous montre par sa Parole quelque chose qu'il veut nous donner ou quelque chose qu'il veut faire en nous. Par le simple fait que Dieu nous parle, l'espérance nous est donnée par le Saint-Esprit. Mais ce n'est pas tout. Puisque la foi est la ferme certitude des choses qu'on espère, cette espérance aboutit à la foi. Cela veut dire que puisque c'est Dieu qui a parlé, on ne va pas se contenter de voir les choses de loin, et d'espérer peut être un jour les avoir. On sait simplement que ce que nous espérons (c'est-à-dire ce que nous ne voyons pas encore réalisé, non manifesté) est une espérance qui pénètre dans notre coeur comme une ancre profonde par cette parole qui nous a été donnée. Elle produit en nous la foi qui est une ferme certitude que ces choses qu'on espère, on les verra un jour se manifester. Ainsi, c'est comme si on les avait déjà : on ne les a pas de manière visible ou sensible mais on les a d'une manière certaine parce que Dieu a promis.

C'est comme l'espérance de la nouvelle Jérusalem ou l'espérance de l'enlèvement de l'Église. L'espérance de notre réunion avec Jésus, on ne l'a pas encore, on ne l'a pas encore vue de nos yeux, cette Jérusalem céleste avec des rues en or, avec des demeures célestes que Jésus est en train de terminer pour nous.

Il est en train de faire les dernières retouches finales pour préparer la rentrée de son peuple dans cette Jérusalem. Toutes ces choses qu'Il nous a annoncées, cette glorieuse cité céleste où nous serons avec Lui pour l'éternité, le festin des noces de l'Agneau, tout ça n'a pas encore eu lieu.

Et pourtant, cela a été promis par Dieu à ceux qui sont attachés à Lui, qui sont fidèles et qui tiennent au Seigneur Jésus et nous savons que ces choses (parce que Dieu les a annoncées) ont produit en nous une espérance céleste, mais ce n'est pas tout ! Cette espérance aboutit à la foi parce que nous savons que puisque Dieu a promis ces choses, nous entrerons un jour dans cette cité céleste. Nous serons assis un jour à la table du roi avec Abraham et les autres et David et tous les saints de tous les temps qui ont été fidèles, avec notre Seigneur Jésus à la place d'honneur. Nous mangerons le festin des noces de l'Agneau avec Lui et Il nous introduira dans nos demeures célestes. Tout cela, c'est par espérance que nous l'avons, nous sommes sauvés mais en espérance (Rom. 8:24), c'est-à-dire sauvés par la foi.

Nous avons la certitude, mais la plénitude de ce salut dans le ciel avec Jésus n'est pas encore manifestée. Mais nous avons cette certitude ! Et cette espérance crée en nous la foi qui est une ferme certitude, on ne doute pas un instant que la nouvelle Jérusalem existe, on ne doute pas un instant que le festin des noces de l'Agneau est prêt. On ne doute pas un instant que Jésus va venir enlever son Église qui se prépare pour Lui et toutes ces choses parce que nous en sommes sûrs, nous verrons leur accomplissement parce que c'est Dieu qui a créé cette foi en nous par sa Parole.

Voyez ce qu'il dit « ... votre foi et votre amour, à cause de l'espérance qui vous est réservée dans les cieux, et que la parole de l'Évangile vous a fait connaître. » C'est la Parole qui nous a fait connaître cette espérance, qui a créé en nous la foi et l'amour du Seigneur, et il ajoute : « Il (le Seigneur) est au milieu de vous, ... » et Il est dans le monde entier puisque l'Église est dans le monde entier. Au verset 6 « ... il porte des fruits, et il va grandissant, comme c'est aussi le cas parmi vous, ... » (comme c'est aussi le cas parmi vous bien-aimés !).

Le Seigneur est au milieu de nous, Il porte du fruit et Il va grandissant à condition que nous n'abandonnions pas cette espérance céleste et cette foi, cet amour que le Saint-Esprit déverse dans nos coeurs par la Parole du Seigneur. Parce qu'on peut l'abandonner, si nous nous écartons du Seigneur, de sa Parole et de son Esprit.

 

A ce moment-là, l'oeuvre diminue et puis la présence du Seigneur diminue et nous oublions ces choses. Mais quand nous restons attachés à cette Parole et la gardons dans notre coeur, elle continue à produire l'espérance, la foi et l'amour et le Seigneur, qui est au milieu de nous, continue à produire des fruits « ... et il va grandissant (c'est Lui qui grandit, nous qui diminuons) comme c'est aussi le cas parmi vous (ces Colossiens), depuis le jour où vous avez entendu et connu la grâce de Dieu conformément à la vérité, ... »

Tout est par grâce ! Quelqu'un le disait tout à l'heure, tout est par grâce ! Tout ce plan merveilleux de salut, ces choses merveilleuses que Dieu nous a déjà données, cette joie céleste dans le coeur, ce salut, cette guérison, cette paix parfaite, cette prochaine venue du Seigneur, l'enlèvement et la présence pour toujours avec le Seigneur : ce sont des grâces de Dieu, on ne méritait absolument rien. Notre seul mérite a été d'ouvrir notre coeur en disant oui à l'Évangile, ce n'est même pas un mérite, c'est l'action du Saint-Esprit. On a ouvert le coeur, on a ouvert notre coeur parce que Dieu ne pouvait pas le forcer, et partant de là, Dieu nous a donné toutes ses grâces et « ... la grâce de Dieu conformément à la vérité, d'après les instructions que vous avez reçues d'Epaphras, notre bien aimé compagnon de service, qui est pour vous un fidèle ministre de Christ, et qui nous a appris de quel amour l'Esprit vous anime. » (Colossiens 1, versets 7 et 8).

Voyez-vous l'importance de la Parole dans tout ce processus ? Tout a pour point de départ la Parole du Seigneur. Comme c'est important d'abord d'avoir des bien-aimés compagnons de service ou des fidèles ministres de Christ qui l'annoncent ! J'en fais un sujet de prière pour moi parce que je sais que le Saint-Esprit peut faire travailler la Parole de Dieu dans la foi de ceux qui entendent… On est tous responsable devant Dieu, chacun individuellement, mais ceux qui annoncent la Parole doivent être des fidèles ministres de Christ comme chacun de nous en particulier nous devons être des fidèles disciples de Christ : dans notre témoignage, quand nous répandons la Parole autour de nous. Il faut absolument que ce soit cette Parole vivante que nous répandions, parce qu'elle a la puissance de créer l'espérance, la foi et l'amour dans les coeurs de ceux qui la reçoivent. Tous ne la reçoivent pas malheureusement, il y en a qui se ferment, il y en a qui la refusent mais dès qu'un coeur assoiffé s'ouvre, c'est là que la bénédiction la plus grande - et en même temps le danger le plus grand - se situe, parce que si un cœur assoiffé s'ouvre et qu'on lui plante dedans une mauvaise parole - comme c'est souvent le cas - ça va produire des catastrophes. S'il n'y a pas un fidèle ministre ou un fidèle disciple du Seigneur qui va vraiment transmettre et donner une parole de vérité, qui va pénétrer dans un coeur assoiffé, ça va être une catastrophe ! Il y a énormément de coeurs assoiffés qui sont récupérés par des sectes ou des fausses religions, parce qu'ils n'ont pas eu un moment où ils se sont ouverts à un fidèle serviteur ou disciple de Jésus pour y planter la vérité de la Parole. Au lieu de cela, c'est Satan qui a planté sa mauvaise graine ! Répandons donc cette Parole du Seigneur dans la vérité et abondamment autour de nous parce qu'elle va produire du fruit et elle va aller grandissant. Et pour nous qui avons le cœur ouvert à la Parole du Seigneur, chaque fois que nous l'entendons, cette Parole nous fortifie dans le

Seigneur. Au verset 9, il dit : C'est pour cela, à cause de tout ce que je viens de vous dire : du fidèle travail d'Epaphras et de l'action de la parole dans notre coeur qui a produit l'espérance, la foi et l'amour... Paul dit : « C'est pour cela que nous aussi, depuis le jour où nous en avons été informés,... » Il aurait pu dire après tout, tout va bien pour ces Colossiens, ils sont en bonne main, on leur annonce une bonne parole, j'ai entendu parler de leur foi, de leur amour. Bénis-les Seigneur, on les laisse entre tes mains et on ne s'en occupe pas. Paul dit au contraire : «... depuis le jour où nous en avons été informés, nous ne cessons de prier Dieu pour vous, ... » Ce n'était pas une église branlante, comme celle de Corinthe où celle des Galates, c'était une église d'hommes et de femmes forts dans le Seigneur. Paul arrose de ses prières cette église qui était forte, il dit : « ... nous ne cessons de prier

Dieu pour vous, et de demander que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle, pour marcher d'une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes oeuvres et croissant par la connaissance de Dieu, fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse, en sorte que vous soyez toujours et avec joie persévérants et patients dans l'épreuve, dans la difficulté dans le mauvais jour. » (Verset 11)

Paul prie pour l'église, je suis sûr qu'il priait aussi pour lui-même pour que lui soit aussi dans cette attitude de coeur et d'esprit ; il priait pour cette église de Colosses qui était forte déjà, qui avait reçu la bonne Parole, qui l'avait reçue dans un coeur bon. Paul insiste en disant : Seigneur, je te prie pour eux pour qu'il soient remplis parce que ce n'est pas encore plein à cent pour cent de la connaissance de ta volonté Seigneur, qu'ils soient remplis de la connaissance de ta Parole, de ta volonté pour eux, en toute sagesse et intelligence spirituelle. Ce qui signifie qu'ils soient remplis de ta vraie foi donnée par ta Parole. On peut avoir une fausse foi.

La fausse foi, pour moi, c'est de garder une conception théorique de la Parole ; on a eu un bon message qui nous a montré, par exemple, ce que nous étions en Christ, nous sommes parfaits en

Christ, nous sommes saints en Christ, nous sommes guéris en Christ, nous sommes tout en Christ. La fausse foi consisterait à garder ça quelque part dans sa tête et à le répéter, même avec un coeur bien disposé, mais ça serait quelque chose qui resterait au niveau du théorique. Puis on ne se rendrait pas compte que dans la vie, ce n'est pas encore rentré dans la pratique, c'est comme quelqu'un qui dirait : «Moi je suis spirituel en Christ, je suis parfait en Christ» et qui ne se rendrait pas compte que, dans sa vie privée, dans sa vie de tous les jours, il est rempli de colère, d'impatience, d'animosité et qui continuerait à dire : «Moi, je suis parfait en Christ, ça va bien, ça va bien.» Il vit sur son petit nuage là haut en ayant de la Parole de Dieu une idée théorique, mais sans qu'elle devienne pratique dans sa vie de tous les jours. Et pour cette raison, Paul dit : "Pour que vous portiez du fruit en toute sorte de bonnes oeuvres." Il faut que le Saint-Esprit nous révèle ce que nous sommes en Christ, des êtres saints, parfaits en Christ. Il faut qu'on le soit  dans la pratique bien-aimé. Il peut donc y avoir une grande différence (et bien souvent, au début, il y en a une grande) quand le Saint-Esprit commence à nous révéler ce que nous sommes en Christ. Tout est accompli, tout est parfait en Christ, nous sommes assis dans les lieux célestes ; en Christ, nous sommes guéris, en Christ, nous sommes remplis du Saint-

Esprit, mais est-ce que j'ai le discernement du Seigneur ? Est-ce que j'ai toute cette connaissance spirituelle qui vient d'en haut ? Cette lumière qui me montre quel est le pourcentage qui est réalisé concrètement dans ma vie, de tout ce que j'ai reçu comme révélation dans le Saint-Esprit ? Qu'est-ce qui est pleinement réalisé ou qu'est-ce qui n'est pas encore réalisé ? Voyez-vous, j'ai besoin de l'action du Saint-Esprit dans ma vie pour qu'Il éclaire ce que j'ai reçu de la Parole de Dieu pour qu'Il me montre non seulement si je l'ai bien compris mais si je l'ai mis en pratique par les fruits que je porte. Il y a deux extrêmes à éviter :

Le premier extrême, c'est l'incrédulité complète. On annonce la Parole, ça ne rentre pas, il n'y a pas de fruit donc on est dans l'incrédulité. Ça, c'est une église morte.

Partager cet article

Commenter cet article