Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 Frédéric Klumpp

Dans la présence de Dieu !

13 Avril 2016 , Rédigé par Revivaliste Frédéric Klumpp. Publié dans #Une parole pour vous

                               A quoi je comparerai la présence de Dieu ?

 

La présence de Dieu est un sentier ou l'on marche dans la paix, baigné par une douce chaleur d'été.

La présence de Dieu, c'est marcher au milieu des fougères, à l'ombre des grandes arbres.

La présence de Dieu, débouche dans une clairière ou la lumière ne nous aveugle pas.

La présence de Dieu, est un jardin aux mille fleurs dont le parfum nous envahit.

La présence de Dieu est douce, envahissante, reposante.

La présence de Dieu, nous transporte, comble nos vides et guéris nos blessures.

Puis soudain, comme un doux vent léger qui effleure nos oreilles, c'est le doux murmure de ta parole.

Ta parole Seigneur, est comme un fruit sucré.

C'est les abeilles qui nous invitent à déguster un nectar de très grand prix, c'est un miel délicat qui nous rempli de toi !

Ta parole, c'est le gazouillis des oiseaux qui nous rappel sans cesse tes commandements, tes lois et des ordonnances.

Et là, dans ta présence, tu nous revêt de ton amour telle une couverture.

Ton amour, c'est d'être assis au pied d'un tilleul en fleur, laisser son parfum nous embaumer.

Ton amour, c'est lorsque je contemple l'œuvre parfaite de tes mains.

Ton amour, c'est laisser le jour partir et de voir la nuit nous couvrir, nous laissant contempler la voûte céleste, œuvre de tes mains.

Ton amour, c'est laisser toute ta plénitude nous remplir.

Ton amour est indescriptible, il nous enveloppe de toute part.

En lui, il n'y a ni hauteur, ni profondeur, ni longueur, ni largeur, mais il demeure.

Ton amour, est une source intarissable, celui-ci nous berce, nous réconforte et ta douceur est une caresse.

Et là, loin de tout ce tumulte du monde, loin de toute cette folie, c'est auprès de toi que je trouve mon refuge, lorsque le crépuscule se fait, lorsque les derniers oiseaux regagnent leurs nids, lorsque la ville s'endort doucement, lorsque le silence se fait, ta paix m'inonde, et là à l'orée du bois, j'entends le doux murmure de ta voix, ta voix m'apaise et mon cœur est dans la joie, et mon âme tressaille d'allégresse.

Seul, je laisse tout mon corps m'envahir par ta présence, je fermes mes yeux et tout mon être dans la paix.

Je suis submergé, et ta douce voix murmure à mes oreilles.

Tu m'honores de ta présence, je ne peux que te dire merci. 

 

Revivaliste Frédéric Klumpp.

Voir les commentaires

Le combat spirituel 3

5 Avril 2016 , Rédigé par Revivaliste Frédéric Klumpp. Publié dans #Enseignements

Le combat spirituel

--------------------------

Nous poursuivrons cette nouvelle étude du combat spirituel, et nous allons voir certaines choses très importantes.

Tout abord, nous devons comprendre et accepter que le combat spirituel, doit impérativement commencer par cette grande réalité biblique fondamentale qui est la défaite de satan.

Si nous prenons lecture dans Col 2/15 nous y lisons ceci : Ayant dépouillé les principautés et les puissances, qu'il a produites en public triomphant d'elles en la croix.

Satan sait qu'il est vaincu, mais il fait en sorte de garder les croyants dans cette ignorance ce sa défaite. Voyez vous, si vous ne tenez pas compte de cette réalité et que vous n'agissez pas en conséquence, alors, c'est toujours en vain que vous chercherez de nouvelles pratiques et méthodes pour le vaincre, et pourtant, il est déjà vaincu.

Vous devez savoir que la parole de Dieu, nous demande de rendre grâces à Dieu,  il faut savoir que le sacrifice de Jésus à la croix, nous a libérés du pouvoir de satan : Rendant grâces au Père, qui nous a rendus capables de participer à l'héritage des Saints dans la lumière ; Qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres, et nous a transportés au Royaume de son Fils bien-aimé Col 1/12.13.

La vérité, est, que notre délivrance a déjà eu lieu, et non pas à venir. Voyez vous, Dieu nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, ici le mot transporter en grec (methistémi), est d'une importance capitale pour la compréhension de notre délivrance totale. Voyez vous, ce mot était employé lorsque un empire remportait une victoire sur un autre empire. Vous savez, lorsque un empire était vaincu, le vainqueur prenait toute la population du pays vaincu et tout ce qu'il possède, et l'emmène dans son pays.

Voyez vous, tout comme le vainqueur, emmène les gens du pays vaincu dans son territoire, c'est ainsi, que Dieu, au travers de l'amour de son Fils, nous à transportés du royaume de satan dans son royaume, c'est-à-dire que Dieu nous a transportés des ténèbres à la lumière, de l'esclavage à la liberté, de la condamnation au pardon, de la puissance de satan à la puissance de Dieu. Et, pour nous, c'est une glorieuse réalité. Avez-vous rendu grâces pour un tel transport aussi extraordinaire? Ou bien cherchez vous encore à être délivrés ?

Je vais aller plus loin encore dans mon résonnement, afin que vous puissiez prendre conscience d'une chose importante, nous avons vu que Dieu nous a transportés d'un royaume à un autre, mais c'est bien plus que cela, parce que nous avons reçu la rédemption, la rémission des péchés : En qui nous avons la rédemption par son sang, [savoir], la rémission des péchés Col 1/14.

Avant de poursuivre, j'aimerai éclaircir un point particulier, qui me semble vraiment important, la question que je vous pose est de savoir si vous avez compris ce que signifie rédemption ? Par là, j'attire votre attention, pour que vous puissiez comprendre la profondeur de ce mot, beaucoup de croyants ont compris le sens, mais les autres et particulièrement les aficionados de la délivrance ont ils compris le sens profond de cette rédemption ? Apparemment, je ne pense pas, ils n'ont pas compris le sens du mot rédemption, à vrai dire, ils n'ont jamais été enseignés dans ce sens, bien malheureusement, ce qui a provoqué une hérésie. Je vais vous donner une brève explication du mot rédemption.

Le mot rédemption, dans la plus simple des explication, veut dire : Libérer un prisonnier par le paiement d'une rançon. C'est un rachat, le fait de le racheter.

Il faut comprendre là, que je ne suggère pas du tout que Jésus a dû payer une rançon à satan, pour nous délivrer, et croyez moi beaucoup enseigne cette hérésie.

Mais, par sa mort et sa résurrection, Jésus a parfaitement accompli les saintes exigences de la loi divine. Satan veut chaque jours, nous emprisonner par ses accusation, chaque jours il nous rappel que nous sommes coupables et pécheurs, mais voilà, il oubli un détail, la rançon a été payée à la croix, et cette rançon payée nous donne par la foi en Jésus Christ que nous avons été entièrement et définitivement libérés de satan et de son pouvoir.

Le problème qui s'impose ici, est que dans la  plupart des églises, les enseignants nous font croire qu'il n'en est pas réellement ainsi. Voyez vous, ils nous disent que le sang de Jésus nous sauve et nous délivre, mais en pratique nous ne sommes pas complètement délivrés du pouvoir de satan. Alors, ceux qui enseignent cette doctrine font en sorte de faire subir aux croyants des délivrances à n'en plus finir, de soi disant liens démoniaques, et cela durant toute leur vie ; ils lient continuellement satan et ses démons dans la prière, dans les réunions d'églises ; à être délivrés de la malédiction des ancêtres ou de combattre les esprits territoriaux, etc.

Évidement, cette hérésie n'est qu'une nouvelle forme de légalisme dans l'Église.

En fait, selon ces gens, ceux qui nous enseignent cette hérésie, d'après leurs dires, ils veulent nous faire comprendre ce que Jésus a accompli à la croix n'est pas suffisant, puisque maintenant il faut ajouter certaines pratiques, et tout cela pour nous faire croire en une libération supplémentaire du pouvoir de satan.

Je vais vous dire une chose, et je sais que je vais encore m'attirer des ennuis, mais de tels propos venant de ces aficionados, réduit et détruit la puissance même de la croix, eux même renier l'œuvre parfaite de Jésus. Donc, cette hérésie doit être catégoriquement rejetée sans autre forme de procès.

Je suis dans une telle tristesse de voir combien de serviteurs de Dieu exhortent les croyants à être libérés d'une prétendue présence démoniaque ou d'une quelconque démonisation, alors, qu'ils sont déjà libres.

Je suis si triste de voir ces serviteurs de Dieu qui sont sincères dans leur désir de vaincre l'œuvre du diable dans leur vie et celle des autres ; ce qui m'attriste est que leur zèle est admirable, mais combien sans intelligence : Car je leur rends témoignage qu'ils ont du zèle pour Dieu, mais sans connaissance Rm 10/2.      

Et plus encore, c'est que dans tout leur discours, il n'y a aucun fondement scripturaire. Et là, je vais me répéter une fois de plus, sans le vouloir, ils glorifient le diable en lui accordant un pouvoir qu'il ne possède pas.

Nous savons tous que le combat spirituel est réel, mais il ne faut pas non plus oublier que le combat définitif contre le diable a été déjà remporté à la croix par jésus Christ.

Vous devez savoir que ce Jésus Christ, vit en nous ! C'est pourquoi Jean déclare : Mes petits-enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus ; parce que celui qui est en vous, est plus grand que celui qui est au monde 1Jn 4/4.

Si donc celui qui vit en moi est plus grand que celui qui est du monde, cela veut dire que la victoire a déjà été acquise ! C'est ainsi, que notre délivrance du pouvoir de satan, est une parfaite réalité ! 

Mais nous n'expérimenterons jamais une vie de victoire, tant que nous resterons ignorants de ce fait accompli, satan est vaincu, il est vaincu même le jour de notre conversion, c'est ainsi que nous avons été délivrés de lui et de ses démons.

La question qui se pose maintenant est de savoir pourquoi Jésus est mort sur une croix ? Que représente la mort de Jésus ?

Laisser moi vous faire découvrir une chose importante, Jésus est mort pour anéantir la puissance de satan. Je dis bien Jésus est mort pour anéantir la puissance de satan.

Puis donc que les enfants participent à la chair et au sang, lui aussi de même a participé aux mêmes choses, afin que par la mort il détruisît celui qui avait l'empire de la mort, c'est à savoir le Diable ; Et qu'il en délivrât tous ceux qui pour la crainte de la mort étaient assujettis toute leur vie à la servitude Hé 2/14.15.

Jésus est venu anéantir, détruire les œuvres de satan, le mot ici anéantir en grec katargese veut dire : rendre impuissant, paralyser, rendre inactif, réduire à néant.

Attention, il faut comprendre ici que ce sont ses œuvres qui ont été anéanti, mais cela ne veut pas dire que satan n'existe plus. Car il est évident qu'il est toujours vivant et très actif.

Mais nous devons retenir, que par la mort de Jésus à la croix, celui-ci a paralysé la puissance de satan. Vous devez comprendre, que Jésus a anéanti tout pouvoir et autorité de satan, qui pouvais contrôler, manipuler, lier le croyant, et cela a été anéanti à tout jamais. Donc, étant délivrés, nous n'avons plus rien à craindre de l'emprise de satan car celle-ci fut anéantie à la croix. Amen ! Ça c'est la bonne nouvelle, gloire à Dieu !

Souvenons nous ce que Jésus déclare à ses disciples après sa résurrection : Et Jésus s'approchant leur parla, en disant : toute puissance m'est donnée dans le ciel et sur la terre Mt 28/18. 

Le mot pouvoir en grec (exousia) signifie droit, autorité suprême pour régner et dominer.

Voici un autre exemple biblique et indéniable, ce que l'on doit comprendre et accepter est le fait que si Jésus à tout pouvoir et autorité, cela veut dire que le diable n'en a plus du tout ?

Mais si ce dernier exerce encore un quelconque pouvoir, c'est qu'il use de ruse et de supercherie avec les croyants qui connaissent mal sa défaite à la croix et de leur propre délivrance.

C'est ainsi, que l'apôtre Paul nous enseigne à ne pas ignorer les desseins du diable : Afin que Satan n'ait pas le dessus sur nous : car nous n'ignorons pas ses machinations 2Co 2/11.

Comprenez bien, à la croix Jésus n'a pas seulement pris nos péchés, nos maladies, nos infirmités etc.

Bien plus, il a réglé aussi le pouvoir de satan, lorsqu'il nous parle de sa crucifixion, Jésus déclare : Maintenant est venu le jugement de ce monde ; maintenant le Prince de ce monde sera jeté dehors Jn 12/31.

Satan a cru qu'il avait gagné lorsque Jésus fut mort, ça semblait pour lui être une grande victoire, mais elle est vite devenue l'instrument de sa plus importante défaite, une défaite dont il ne se remettra jamais.

Quand à l'apôtre Paul dans son épître aux Colossiens ch 2/15, celui-ci nous dépeint le grand triomphe de la croix sur toute la puissance des ténèbres.

Prenons le temps mes amis, de relire ce passage puissant, et si vous êtes attentifs, vous découvrirez que Jésus a remporté trois grandes victoires sur cette croix.

La première victoire se trouve dans le mot "dépouiller". Jésus a dépouillé les dominations et les autorités, le mot dépouiller en grec (apekdusamenos) signifie : ôter les vêtements jusqu'à une nudité complète.

En fait, le terme ici, nous fait comprendre que Jésus a complètement désarmé satan et ses démons. Cela veut dire que Jésus, a dépouillé de toutes leurs armes dont ils disposaient pour exercer leur pouvoir sur nous.

C'est ainsi qu'ils sont vaincus pour toujours, Jésus a brisé leur pouvoir une fois pour toute sur nos vie, donc, nous n'avons pas a essayer de les vaincre, de toutes manières nous n'y arriverons pas, Jésus les a déjà vaincu à la croix. 

Si vous êtes en Christ, vous n'avez plus rien à craindre, parce que Jésus a dépouillé désarmé pour toujours les puissances des ténèbres. Dès à présent, vous devez comprendre, que leur domination sur votre vie est brisée, annulée. Soyez sans crainte, le diable n'a vraiment plus aucun pouvoir sur vous.

La deuxième victoire se trouve dans un autre mot, "livrer". Jésus les a livrées publiquement en spectacle. Le mot livrer du grec (deigmatidzo) signifie : exposer, exhiber, déployer, étaler, montrer. Il faut savoir que dans le grec classique, ce mot était utilisé pour exposer, étaler, exhiber les captifs avec leurs armes et leur butin pris dans une guerre sur un sol étranger.

C'est ainsi que l'apôtre Paul nous enseigne que la défaite de satan a été étalé, exhiber, montrer, exécutée publiquement, afin que le monde sache.

Il faut comprendre que la croix est le lieu de sa défaite totale et éternelle. Vous comprenez donc pourquoi il déteste le message de la croix. La prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent : Car la parole de la croix est une folie à ceux qui périssent ; mais à nous qui obtenons le salut, elle est la vertu de Dieu 1Co 1/18.  

Quelle tristesse de voir encore des croyants ignorants de ce que Jésus a fait pour les libérer du pouvoir de satan.

Souvenons nous ceci : Si donc quelqu'un est en Christ, [il est] une nouvelle créature ; les choses vieilles sont passées ; voici, toutes choses sont faites nouvelles 2Co 5/17.

La troisième victoire de Jésus se trouve dans le mot "triomphant", en fait le mot triomphant du grec (triambeuo) était utilisé pour décrire un roi qui envoya le meilleur de ses généraux dans une guerre, et que celui-ci après avoir remporté la victoire et gagné des nouveaux territoires pour son roi, revient et avait droit à une parade triomphale, et exposant les armes, le butin, les ennemis capturés au vu de tout le peuple, on réservait au général vainqueur des célébrations extraordinaires, alors que pour l'ennemi attendais une expérience humiliante.

De même, Jésus quitta son royaume, pour venir sur un territoire étranger, pour vaincre l'ennemi, il est venu chercher et sauver ceux qui était perdu : Car le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu Lc 19/10.

Il est venu racheter les captifs que nous sommes, âmes perdues esclaves du péché et de satan.

L'apôtre Paul nous fait part de ce triomphe de Jésus et qui est aussi notre triomphe : Or grâces [soient rendues] à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ, et qui manifeste par nous l'odeur de sa connaissance en tous lieux  2Co 2/14.

Il faut désormais que vous compreniez et accepter une chose, chaque croyant est maintenant un participant à cette victoire sur satan, parce que Jésus nous identifie avec lui dans sa mort et sa résurrection.

Lors, dis-je, que nous étions morts en [nos] fautes, il nous a vivifiés ensemble avec Christ, par la grâce [duquel] vous êtes sauvés. Et il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les [lieux] célestes en Jésus-Christ Ep 2/5.6.

Nous sommes donc ensevelis avec lui en sa mort par le Baptême ; afin que comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous marchions aussi en nouveauté de vie. Car si nous avons été faits une même plante avec lui par la conformité de sa mort, nous le serons aussi [par la conformité] de sa résurrection.

Sachant ceci, que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit détruit ; afin que nous ne servions plus le péché. Car celui qui est mort, est quitte du péché. Or si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui Rm 6/4.8.

Je suis crucifié avec Christ, et je vis, non pas maintenant moi, mais Christ vit en moi ; et ce que je vis maintenant en la chair, je le vis en la foi du Fils de Dieu, qui m'a aimé, et qui s'est donné lui-même pour moi Ga 2/20.

Vous comprenez bien que maintenant, nous n'avons rien à craindre de satan, ni ses esprits. Toutes ses armées ont été défaites et vaincues. C'est ainsi que la victoire de Jésus sur l'ennemi est complète. En fait, Jésus ne nous a jamais demandé de le combattre à sa place !

Je vais vous dire une chose, la responsabilité que nous avons est envers Dieu, et non pas envers le diable.

Ne cherchez plus à détruire le royaume de satan, car il est déjà anéanti, proclamons simplement le glorieux Évangile, la Bonne Nouvelle qui nous libère, le glorieux Évangile de notre Seigneur Jésus Christ.

Alors, mes amis, devant cette œuvre libératrice, grandiose, cette libération qui a été accompli à la croix, nous ne pouvons que de nous prosterner devant l'Agneau de Dieu et l'adorer : Et de la part de Jésus-Christ, qui est le témoin fidèle, le premier-né d'entre les morts, et le Prince des Rois de la terre. A lui [dis-je], qui nous a aimés, et qui nous a lavés de nos péchés dans son sang, et nous a faits Rois et Sacrificateurs à Dieu son Père, à lui [soit] la gloire et la force aux siècles des siècles, Amen ! Ap 1/5.6.

Quelle merveilleuse délivrance n'est ce pas ? Alors transformons nos doutes en louanges et nos craintes en actions de grâces et restons fermes dans cette position de foi et de victoire.

Voir les commentaires