Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 Frédéric Klumpp

Où Sont les Elie de Dieu?

29 Août 2014 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #mini messages

A la question : "Où est le Dieu d’Elie ?", nous répondons : " Là où Il a toujours été – sur le trône ! " Mais où sont les Elie de Dieu ? Nous savons qu’Elie était " un homme de la même nature que nous ", mais hélas ! nous ne sommes pas des hommes ayant la même carrure de prière que lui. Un seul homme de prière constitue la majorité avec Dieu ! Aujourd’hui, Dieu court-circuite les hommes – non pas parce qu’ils sont ignorants, mais parce qu’ils sont trop suffisants. Frères, nos capacités sont nos handicaps, et nos talents, nos pierres d’achoppement ! Venu du fond de l’obscurité, Elie apparut à l’époque de l’Ancien Testament. La Reine Jézabel, cette fille de l’enfer, avait mis en déroute les prêtres de Dieu et les avait remplacés par une multitude de fausses divinités. L'obscurité recouvrait le pays et d’épaisses ténèbres le peuple, et ce dernier buvait l’iniquité comme de l’eau. Chaque jour, le pays, souillé par des temples païens et des rites idolâtres, voyait des fumées s’élever en spirales au dessus d’un millier de cruels autels. Elie vivait avec Dieu. Il considérait le péché de la nation comme Dieu le faisait; il s’affligeait à cause du péché comme Dieu ; il dénonçait le péché comme Dieu. Il était tout passionné dans ses prières et sa dénonciation du mal dans le pays. Il n’avait pas une prédication molle. La passion enflammait sa prédication, et ses paroles imprimaient les cœurs des hommes comme du métal fondu sur leur chair. Frères, si nous désirons accomplir le travail de Dieu selon les voies de Dieu, avec la puissance de Dieu, nous devrons avoir les bénédictions de Dieu et les malédictions du diable. Quand Dieu ouvrira les fenêtres du ciel pour nous bénir, le diable ouvrira les portes de l’enfer pour nous engloutir. Le sourire de Dieu signifie un froncement de sourcils du diable ! De simples prédicateurs n’aideront personne et ne blesseront personne; mais les prophètes remueront tout le monde et rendront fou quelqu’un. Le prédicateur ira avec la foule; le prophète ira à son encontre. Un homme libéré par Dieu, enflammé et rempli de Lui, sera montré du doigt comme anti-patriotique parce qu’il parle contre les péchés de la nation; comme dur parce que sa bouche est une épée à deux tranchants; déséquilibré parce que le poids de l’opinion exigeante est contre lui. Les prédicateurs rendent les pupitres célèbres; les prophètes rendent les prisons célèbres. Le prédicateur sera acclamé; le prophète chassé. Ah ! frères prédicateurs, nous aimons les anciens saints, missionnaires, martyrs, réformateurs : nos Luther, Bunyan, Wesley, Asbury, etc.. Nous écririons leurs biographies, honorerions leur mémoire, encadrerions leurs épitaphes, et construirions leurs monuments. Nous ferions tout sauf les imiter. Nous chérissons leur dernière goutte de sang mais observons attentivement la première goutte de notre propre sang ! Nous essayons d’aider Dieu lorsque nous nous trouvons dans des difficultés. Souvenez-vous comment Abraham a tenté de le faire, et jusqu’à ce jour, la terre est maudite par sa folie à cause d’Ismaël. En revanche, Elie a rendu les choses aussi difficiles qu’il le pouvait pour le Seigneur. Il voulait le feu, mais il aspergea de l’eau sur le sacrifice ! Dieu aime une telle audace sainte dans nos prières : " Demande-Moi et Je te donnerai les nations pour héritage, les extrémités de la terre pour possession. " (Psaumes 2 :8). Oh, mes frères dans le ministère ! La plupart de nos prières ne sont rien d’autre que des conseils prodigués à Dieu. Notre prière se décolore avec l’ambition, soit pour nous-mêmes, soit pour notre dénomination. A mort cette pensée ! Notre but doit être Dieu seul. C’est Son honneur qui est souillé, Son Fils béni qui est mis de côté, Ses lois qui sont brisées, Son nom profané, Son livre mis aux oubliettes, Sa maison qui devient un cirque d’efforts sociaux. N’a t-Il jamais eu plus besoin de patience avec Son peuple que lorsque ce dernier est en train de " prier " ? Nous Lui disons ce qu’il faut faire, et ensuite comment le faire. Nous émettons nos opinions et nos jugements dans nos prières. En bref, nous faisons tout excepté prier ! Aucune école biblique ne peut nous enseigner cet art. Quelle école biblique a la " prière " inscrite sur son programme ? La chose la plus importante qu’un homme puisse étudier, c’est la partie concernant la prière dans le Livre. Mais où enseigne-t-on cela ? Otons les derniers pansements en affirmant que beaucoup de nos présidents et enseignants ne prient pas, ne versent pas de larmes, ne connaissent aucun labeur dans la prière. Peuvent-ils enseigner ce qu’ils ne connaissent pas? L’homme qui pourra amener les croyants à prier, serait, en dessous de Dieu, celui qui propulserait le monde dans le plus grand réveil qu’il ait jamais connu. La faute n’incombe pas à Dieu. Il a tout pouvoir. Dieu " est capable de faire selon la puissance qui œuvre en nous. " Le problème de Dieu aujourd’hui, ce n’est pas le communisme, ni même le Catholicisme romain, ni même le libéralisme, ni même le modernisme. Le problème de Dieu, c’est le fondamentalisme mort ! " Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. " - Apocalypse 3:16 Cette génération de prédicateurs est responsable de cette génération de pécheurs. Au seuil même de nos églises, se trouvent des foules – des foules qui ne sont pas gagnées à Christ parce qu’elles sont hors d’atteinte, hors d’atteinte, parce que non aimées. Dieu merci pour tout ce qui est accompli pour les missions d’outre-mer. Pourtant, il est étrangement vrai que nous pouvons avoir plus de "préoccupation" en apparence pour les gens dans le monde que pour nos voisins qui périssent de l’autre côté de la rue ! Avec toute notre évangélisation de masse, les âmes ne sont gagnées que par centaines. Qu’une bombe atomique vienne et il en tomberait par millions en enfer. Le péché aujourd’hui est à la fois présenté sous une lumière scintillante, et rendu populaire, bombardé aux oreilles par la radio, bombardé devant les yeux par la télévision, et aspergé sur les couvertures des magazines populaires. Les paroissiens, malades des sermons, et fatigués des enseignements, quittent la réunion comme ils sont rentrés – sans vision et sans passion ! Oh Dieu, donne à cette génération mourante un millier de Jean Baptiste ! Tout comme Moïse ne pouvait pas se tromper devant le spectacle du buisson ardent, une nation ne peut pas se méprendre devant la vue d’un homme embrasé ! Dieu répond au feu par le feu. Jean-Baptiste était un homme nouveau avec un message nouveau. Comme un homme accusé de meurtre entend le cri terrifiant du juge : " Coupable ! ", et pâlit à ce cri, la foule aussi entendait le cri de Jean : " Repentez-vous ! " jusqu’à ce qu’il résonne au fond des couloirs de leurs pensées, remue leur mémoire, courbe leur conscience et l’amène, frappée de terreur, à la repentance et au baptême ! Après la Pentecôte, l’assaut de Pierre, tout frais de son ardent baptême de l’Esprit, remua la foule au point que comme d’un seul homme elle lança ce cri : " Hommes frères, que ferons-nous ? " Imaginez que quelqu’un ait dit à ces hommes frappés par la conviction de péché : " Signez juste une carte ! Fréquentez l’église régulièrement ! Payez vos dîmes ! " Non ! Mille fois non ! "Oh, mon Dieu ! Si dans notre incrédulité que nous avons cultivée et notre crépuscule théologique et notre manque de puissance spirituelle, nous avons attristé et continuons d'attrister le Saint-Esprit, alors, dans Ta miséricorde, vomis-nous de Ta bouche ! Si Tu ne peux rien faire pour nous et par nous, alors s’il te plaît Dieu, fais quelque chose sans nous ! Contourne-nous et lève un peuple qui ne Te connaît pas encore !"

 

Leonard Ravenhill

Voir les commentaires

Un Appel Adressé aux Prophètes Modernes

29 Août 2014 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #mini messages

Dans de fréquentes conventions destinées à des jeunes prédicateurs, le Dr Tozer recherchait ceux qui désiraient rejoindre sa "Communauté des Cœurs Embrasés", payer le prix et qui, comme lui, étaient disposés à prendre une approche mystique du ministère. Il leur lançait un appel distinct à être des prophètes des temps modernes. Tozer reconnaissait qu'il se trouve dans l'Eglise d'aujourd'hui de nombreux hommes intéressants à la vie exemplaire - des enseignants splendides, remplis de l'Esprit. "Je suis profondément reconnaissant à Dieu pour ces hommes et leur ministère m’a été d’un grand bénéfice" disait-il. "Mais je crois que les temps que nous vivons exigent une poignée d'hommes qui seront spécialement oints et revêtus de dons particulièrement adaptés aux besoins de cette heure. Ces hommes connaîtront la pensée de Dieu pour leur époque et parleront avec une calme assurance. Ils seront, dans un certain sens, des prophètes pour leur génération." "Cela vous coûtera tout de suivre le Seigneur," disait Tozer à ces jeunes hommes, "et cela vous coûtera davantage d'être l'homme de Dieu de la situation. N'importe qui peut aller à gauche et à droite et enseigner la Bible. Beaucoup le font et le font bien. C'est une bonne chose que beaucoup de pasteurs se consacrent à l'édification d'une assemblée à travers l'enseignement biblique - et nous avons besoin d'enseignement de la Bible et d'enseignants de la Bible. Mais il y a un terrible besoin de prophètes dans chaque génération. Ceux-là sont les spécimens originaux, les quelques rares personnes intoxiquées de Dieu, qui, dans toutes les époques, ont prononcé le limpide message de Dieu aux oreilles plus assoupies des multitudes." Tozer insistait sur l'importance d'enseigner aux gens à adorer Dieu. "Amenez-les loin, conseillait-il, des réunions frivoles pour les introduire dans un culte d'adoration plein de dignité et de signification. Enseignez-leur à chanter quelques uns des anciens cantiques de l'Eglise - des hymnes qui glorifient Dieu, des hymnes qui aient pour eux une certaine signification." Une fois, lors d'une convention chrétienne, il témoigna d'une expérience spirituelle qu'il avait vécue lorsqu'il était jeune prédicateur. "Un ami prédicateur me rejoignit au cours d'une promenade que je fis dans les bois pour lire la Bible et prier dans un cadre intime. Il s'arrêta sur une bûche et, tel que je le connais, s'endormit probablement. J'allai un peu plus loin, comme Jésus l'avait fait, m'agenouillai et commençai à lire ma Bible. Ma lecture portait sur la traversée du désert par le camp d'Israël et relatait la façon dont Dieu dévoilait Ses desseins devant les yeux du peuple dans un magnifique dessin en losanges. Immédiatement, je vis Dieu comme je ne L'avais jamais vu auparavant. Dans ce sanctuaire au cœur des bois, je tombai sur ma face et adorai. Depuis cette expérience, je perdis tout intérêt pour les émotions religieuses à bon marché. Les chants religieux vides d'expression que nous chantons n'exercent aucune attraction sur moi. J'étais venu face à face avec le Dieu souverain, et depuis ce jour là, seul Dieu importait dans ma vie." Durant les premières années de son ministère, Tozer reconnaissait que l'huile de l'onction de prophète reposait sur lui. Cela le rendit humble, mais plus que cela, cela l'amena sur ses genoux. Souvent, pendant ses premières années à Chicago, il avait l'habitude de sortir de la ville, tôt le matin, pour se rendre au Lac Michigan, n'ayant que sa Bible avec lui, et y passait la journée dans la solitude avec Dieu. Tozer put parler prophétiquement parce qu'il avait rencontré Dieu. Il gagna sa réputation de prophète du XXème siècle et servit, comme quelqu'un l'a fait remarquer, de "conscience de l'évangélisme" non seulement dans sa propre génération mais aussi pour les générations qui lui ont succédé.

Par A.W. Tozer

 

Référence : "IN PURSUIT OF GOD - The Life of A. W. Tozer, James L. Snyder

Voir les commentaires

Le réveil pourrait venir cette année

29 Août 2014 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #mini messages

 

Partout où je vais, ces jours-ci, parmi les personnes religieuses, elles parlent de réveil. Il semble qu'il y ait une notion fort répandue que si nous parlons suffisamment du réveil et que nous prions assez pour le réveil, il viendra. Ma raison de douter de la justesse de cette idée est qu'il semble que nous concevions le réveil comme une sorte de miracle bénin, une renaissance fébrile d'une activité religieuse, mais qui nous laisse, moralement, tels que nous sommes sauf que nous serons beaucoup plus heureux et beaucoup plus nombreux. Le réveil est un bon sujet de conversation et nous lui trouvons une aura de piété supérieure; mais le problème c'est que ce n'est tout simplement pas vrai. Notre erreur est de vouloir que Dieu nous envoie le réveil à nos conditions. Nous voulons recevoir la puissance de Dieu dans nos mains, la réclamer afin qu'elle puisse marcher pour nous afin de promouvoir et de poursuivre notre genre de chrétienté. Nous voulons toujours être au contrôle, guider le chariot à travers le ciel religieux dans la direction où nous voulons qu'il aille. Nous voulons crier: 'Gloire à Dieu!', c'est vrai; mais nous accepterons modestement une part de la gloire, pour nous-mêmes, d'une belle manière inoffensive. Nous demandons à Dieu d'envoyer un feu sur nos autels, en ignorant totalement le fait qu'ils sont nos autels et non pas ceux de Dieu. Et comme les prophètes de Baal, nous travaillons frénétiquement comme si nous pouvions, par la violence, commander le bras du Tout-Puissant. Toute cette erreur résulte d'une notion confuse du réveil et de ce que nous ne parvenons pas à reconnaître les lois morales qui régissent le royaume de Dieu. Dieu n'agit jamais au hasard. Ses manières de faire ne sont jamais impulsives ou fantasques. Il n'envoie jamais le jugement à moins qu'il n'y ait eu une violation de Ses lois, Il n'envoie pas non plus la bénédiction en dehors de l'obéissance aux lois qui gouvernent la bénédiction. Ses mouvements sont si précis, à la fois en justice et en miséricorde, qu'un observateur intelligent, conscient des circonstances pourrait prédire, avec une précision totale, n'importe quelle visitation de jugement ou de grâce que Dieu pourrait envoyer vers une nation, une église ou un individu. Nous pouvons être certains de ceci: nous ne pouvons pas continuer à ignorer la volonté de Dieu, telle qu'elle est exprimée dans les Ecritures, et nous attendre à obtenir l'aide de l'Esprit de Dieu. Dieu nous a donné un projet complet pour l'Eglise et Il demande que nous y adhérions à cent pour cent. Le message, la moralité et les méthodes sont là, mais nous sommes strictement obligés d'être fidèles aux trois. Aujourd'hui, nous avons l'étrange phénomène d'une compagnie de chrétiens, qui solennellement contestent, face au ciel et à la terre, la pureté du credo de leur Bible, mais qui suivent le monde irrégénéré dans ses méthodes et sa gestion, seulement avec difficulté, pour empêcher leurs critères moraux de disparaître. La froideur, la mondanité, l'orgueil, la vantardise, les mensonges, les mauvais exemples, l'amour de l' argent, l'exhibitionnisme; toutes ces choses sont pratiquées par des chrétiens prétendument réveillés, orthodoxes, non pas en secret mais aux yeux de tous, et souvent, comme faisant nécessairement partie de tout un spectacle religieux. Il faudra beaucoup plus que des conversations et la prière pour amener le réveil. Il doit y avoir un retour vers le Seigneur dans la pratique, avant que nos prières puissent être entendues au ciel. Nous n'osons pas continuer à troubler les voies de Dieu si nous voulons qu'Il bénisse les nôtres -Josué a envoyé son armée pour conquérir Aï, pour la voir ensuite revenir en courant, avec des pertes sanglantes. Il s'est alors jeté face contre terre, devant l'arche, et il s'est plaint au Seigneur: "Et l'Eternel dit à Josué, 'Lève-toi! Pourquoi restes-tu ainsi couché sur ton visage? Israël a péché; ils ont transgressé Mon alliance. . . aussi les enfants d'Israël ne peuvent-ils résister à leurs ennemis, car ils sont sous l'interdit; Je ne serai plus avec vous, si vous ne détruisez pas l'interdit du milieu de vous" (Josué 7:10-12). Si nous sommes assez insensés pour le faire, nous pouvons passer la nouvelle année en vain, en suppliant Dieu d'envoyer le réveil pendant qu'aveuglément, nous fermons les yeux sur Ses exigences et continuons à violer Ses lois. Ou nous pouvons commencer maintenant à obéir et à apprendre le bonheur de l'obéissance. La Parole de Dieu est devant nous. Tout ce que nous avons à faire c'est la lire et faire ce qui est écrit; alors le réveil est assuré. Il viendra aussi naturellement que la moisson arrive après les labours et les semailles. Oui, ce pourrait être l'année du réveil. Cela dépend entièrement de nous.

 

A W Tozer

 

Source: La Moisson, bulletin de liaison de l'église Christ pour Les Nations (CLN), France

Voir les commentaires

N'Avons-Nous Pas de Larmes Pour Un Réveil?

29 Août 2014 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #mini messages

 

 

 

 

 

 

 

 

Ceux qui sèment avec des larmes moissonneront avec allégresse." (Psaume 126:5) Il s'agit là d'un décrêt divin. C'est beaucoup plus que prêcher avec zèle. C'est plus qu'un savant exposé théologique. C'est plus que prêcher des sermons d'une parfaite exégètique et d'une parfaite homélitique. L'homme qui vit l'Ecriture ci-dessus est un homme scandalisé par l'autorité évanouissante de l'Eglise sur le theâtre présent d'un monde cruel. Et cet homme s'humilie avec douleur de ce que les hommes font la sourde oreille à l'Evangile, risquant ainsi volontairement la peine de l'enfer éternel. Sous ce fardeau complexe, son cœur se fend en larmes.

Le véritable homme de Dieu a le cœur malade et plein de chagrin devant la mondanité de l'Eglise, profondément peiné devant l'aveuglement de l'Eglise, peiné devant la corruption dans l'Eglise, peiné devant le péché que tolère l'Eglise, peiné devant le manque de prière dans l'Eglise. Il s'inquiète de voir que la prière collective de l'Eglise ne renverse plus les forteresses du diable. Il s'inquiète de ce que les gens d'Eglise ne pleurent plus de désespoir devant une société malade à cause du péché, et conduite par le diable: "Pourquoi n'avons-nous pas pu le chasser?" (Matthieu 17:19)

Beaucoup d'entre nous n'éprouvent pas dans leur cœur au point d'en être malades le désir de la première gloire de l'Eglise parce que nous n'avons jamais connu ce que c'est qu'un véritable réveil. Nous stagnons dans le statut quo et dormons tranquillement la nuit alors que notre génération se dirige rapidement vers la nuit éternelle de l'enfer. Honte, honte à nous! Jésus a chassé des changeurs de monnaie dans le temple. Mais avant qu'Il les chasse, Il a pleuré sur eux. Il savait comme leur jugement était proche. L'apôtre Paul a envoyé une lettre remplie de larmes aux saints de Philippe, écrivant: "Je vous l'ai dit plusieurs fois déjà, et maintenant je vous le dis même en pleurant, qu'ils sont des ennemis de la croix de Christ." (Philippiens 3:18) Remarquons qu'il ne dit pas qu'ils sont ennemis de Christ; mais plutôt qu'ils sont ennemis de la croix de Christ. Ils nient ou diminuent la valeur rédemptrice de la croix. Il y en a beaucoup comme cela aujourd'hui. L'Eglise de Rome ne se présente pas comme un ennemi de Christ; elle reste fermement attachée à Son saint nom. Pourtant elle nie la croix en disant que la Sainte Vierge est co-rédemptrice. S'il en était ainsi, pourquoi donc ne fut-elle pas aussi crucifiée ? Les Mormons utilisent le nom de Christ, et pourtant ils s'égarent en ce qui concerne l'expiation. N'avons-nous pas de larmes pour eux ? Devrons-nous les voir face à face sans honte quand ils nous accuseront d'inertie au Jour du Jugement en disant qu'ils ont été nos prochains et une offense pour nous, mais non pas un fardeau parce qu'ils étaient perdus ?

Les gagneurs d'âmes peuvent rarement lire leur histoire évangélique enflammée sans larmes. La gloire du réveil évangélique avec Wesley n'a-t-elle jamais saisi le cœur des Méthodistes d'aujourd'hui? Ont-ils déjà lu les récits concernant les hommes baptisés de feu de l'équipe de Wesley? Des hommes tels que John Nelson, Thomas Walsh, et une foule d'autres dont les noms sont écrits dans le Livre de Vie; des hommes persécutés et qu'on chassait à coups de pied dans les rues lorsqu'ils tenaient des réunions dans les rues? Cependant, comme leur sang coulait de leurs blessures, des larmes coulaient de leurs yeux. Le peuple saint s'est-il contenté de surveiller l'entrée des instituts de beauté de peur qu'une sœur n'y rentre pour se faire friser les cheveux, alors qu'à quelques pâtés de maisons plus loin, il se trouve une quantité de prostituées essayant de vendre leurs corps délabrés par le péché sans que personne ne leur parle de l'amour éternel ? Les pentecôtistes ne regardent-ils pas en arrière, avec honte, lorsqu'ils se remémorent le temps où ils parcouraient leurs traces théologiques, mais avec la gloire de Dieu au milieu d'eux? où ils avaient une vie d'église normale, ce qui signifiait avec des nuits de prière, suivies de signes et prodiges, et de divers miracles, et de véritables dons du Saint-Esprit? où ils ne regardaient pas leur montre, et que leurs réunions duraient des heures entières, saturées de la sainte puissance? N'avons-nous donc aucune larme versée face à tous ces souvenirs, ou aucune honte en pensant que nos enfants ne connaissent rien d'une telle puissance? D'autres dénominations ont eu leurs Glorieux Jours de réveil. Pensez aux puissantes visitations chez les Presbytériens en Corée. Rappelez-vous le réveil qui a secoué la terre à Shantung. N'avons-nous donc pas de larmes pour le réveil?

Référence: Why Revival Tarries? ("Pour Quand le Réveil?" aux éditions VIDA), Leonard Ravenhill

Voir les commentaires

Provocation : l’égérie de la théorie du genre nommée ministre de l’Education nationale

28 Août 2014 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Chroniques Chrétiennes

La nomination de celle qui fut le principal avocat de la théorie du genre au sein du gouvernement, à la tête de l’Education nationale est une provocation pour les familles. Dans son combat pour faire entrer la théorie du genre à l’école, Najat Vallaud-Belkacem a fait preuve d’un sectarisme qui fut condamné jusque dans sa famille politique.

Ainsi, Julien Dray avait dénoncé la ligne ultra que représentait Najat Vallaud Belkacem :

« La théorie du genre à l’école, c’est la conséquence de l’influence d’un féminisme qui s’est radicalisé. Najat [NDLR : Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes], elle, est sur la ligne des féministes ultras américaines, qui sont en train d’émasculer les sexes ! "

L’observatoire de la théorie du genre souhaite immédiatement obtenir des garanties quant à la non introduction de la théorie du genre au sein des programmes scolaires.

 

 

NDLR : Quel honte pour notre pays, elle devrait même pas être ministre. Heureusement la justice de Dieu se chargera de ses abominations que font nos dirigeants qui ne sont que des incapables de montrer l'exemple. Que Dieu est pitiè d'eux. 

Voir les commentaires

le tragique destin du premier cobaye de la théorie du genre

28 Août 2014 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Vidéos

Voir les commentaires

YVAN CASTANOU D'ICC: La Face Cachée d'un Abominable Faux-Pasteur

9 Août 2014 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Vidéos

Voir les commentaires

L'Evangile Franc-Maçonnique des YVES / YVAN CASTANOU

9 Août 2014 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Vidéos

Voir les commentaires

Quelle Hérésie !

9 Août 2014 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Vidéos

NDLR Encore une vidéo pour dénoncer ces pratiques satanique que ces gens prêche, quel scandal ce sont des charognards, des vautours, là ou est le cadavre là est le vautour, des tueurs d'âmes, des voleurs, des assasins.

Voir les commentaires

Les membres de l'Orchestre en scène font aussitôt un débrayage et sortent

5 Août 2014 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Vidéos

La reine Beatrix des Pays-Bas fréquente un concert d'orchestre. Le chef d'orchestre, qui se trouve être un musulman, commence à donner à là Reine une conférence sur la «beauté» de l'Islam. Les membres de l'Orchestre en scène font aussitôt un débrayage et sortent

Voir les commentaires