Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 Frédéric Klumpp

Bravo et Merci Madame !

26 Juillet 2012 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Chroniques Chrétiennes

ATT0000222.jpg

 

L'Australie dit NON,Pour la 2ème fois !  
Madame Le premier ministre Australien réitère !! Cette femme devrait être nommée "Reine du monde 
ou Prix Nobel de la Paix ou du courage
Jamais des mots n'ont été aussi justement prononcés !
Il a fallu à cette femme, beaucoup de courage pour dire tout haut ce que les autres pensent tout bas.  
Les répercussions pourraient être phénoménales 
 
Elle n'a pas eu peur de prendre position 
LE MONDE A BESOIN D'UN TEL LEADER !!

 

Julia Gillard - Australie
Les musulmans qui veulent vivre sous la charria islamique ont été prié de quitter l'Australie !
Le gouvernement a ciblé les radicaux dans le but de parer les attaques terroristes potentielles.
Par ailleurs, Mme Gillard a irrité certains musulmans australiens en déclarant mercredi qu'elle soutenait les agences d'espionnage qui surveillent les mosquées présentes sur le sol de la nation.

 Citation : 
« LES IMMIGRANTS, DOIVENT S'ADAPTER. C'est à prendre ou à laisser.  
Je suis fatiguée que cette nation s'inquiète de savoir si nous offensons certains individus ou leur culture. 
 
Cette culture s'est développée depuis plus de deux siècles après tant de luttes, 
d'épreuves et de victoires par des millions d'hommes et de femmes qui ont recherché la liberté. 
Nous parlons l'anglais et non pas l'espagnol, le libanais, l'arabe, le chinois, le japonais, le russe ou autre langage. 
Donc, si vous voulez faire partie de notre société, 
APPRENEZ NOTRE LANGUE !!
La plupart des australiens croient en Dieu. 
Il n'est pas question ici de "droits chrétien" ou une quelconque pression politique, 
c'est un FAIT parce que les chrétiens hommes et femmes, 
avec leurs principes Chrétiens ont fondés cette nation 
Il est parfaitement approprié de les afficher sur les murs de nos écoles ! 
Dieu vous offense, je vous suggère alors d'envisager une autre partie du monde pour y vivre, 
car Dieu fait partie de notre culture.
Nous acceptons vos croyances sans vous poser de questions. 
Tout ce que nous vous demandons, c'est de respecter les nôtres, 
de vivre pacifiquement et en harmonie avec nous. 
Ceci est NOTRE PAYS, NOTRE TERRE, et NOTRE STYLE DE VIE
et nous vous donnons l'occasion d'en profiter. 
Mais à partir du moment ou vous vous mettez à vous plaindre, à gémir et 
à ronchonner à propos de notre drapeau, notre engagement, 
nos croyances chrétiennes ou notre style de vie, je vous 
encourage fortement à profiter d'une autre grande liberté 
Australienne : "LE DROIT DE PARTIR "
Si vous n'êtes pas heureux ici et bien partez !!
Nous ne vous avons pas forcé à venir !
Vous êtes venus tout seul alors acceptez le pays qui vous a accepté, tel qu'il est !
Peut-être que, si nous diffusons ce discours à tous les pays se trouvant dans le même genre de situation avec ses émigrés, nous trouverons le courage de faire entendre nos voix pour exprimer les mêmes vérités ! »

 

Source : Internet

Voir les commentaires

L’assurance du Salut ! (Fin)

20 Juillet 2012 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Enseignements

(3) Nous avons l’assurance de la vie éternelle si nous aimons le Père et le Fils, plutôt que le monde, et si nous triomphons des influences de ce monde :

N`aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l`amour du Père n`est point en lui; car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l`orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde. 1 Jn 2/15.16

 

(4) Nous avons l’assurance de la vie éternelle si la justice, et non le péché, fait partie intégrante de notre vie quotidienne : Si vous savez qu`il est juste, reconnaissez que quiconque pratique la justice est né de lui. 1 Jn 2/29.

D’autre part celui qui pèche est du diable : Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste, comme lui-même est juste.  Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable.  Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu`il est né de Dieu. C`est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice n`est pas de Dieu, non plus que celui qui n`aime pas son frère. 1 Jn 3/7.10.

 

(5) Nous avons l’assurance de la vie éternelle si nous aimons nos frères et nos sœurs : Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères. Celui qui n`aime pas demeure dans la mort.  Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu`aucun meurtrier n`a la vie éternelle demeurant en lui.  Nous avons connu l`amour, en ce qu`il a donné sa vie pour nous; nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères.  Si quelqu’un possède les biens du monde, et que, voyant son frère dans le besoin, il lui ferme ses entrailles, comment l`amour de Dieu demeure-t-il en lui?  Petits enfants, n`aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actions et avec vérité. Par là nous connaîtrons que nous sommes de la vérité, et nous rassurerons nos coeurs devant lui 1Jn 3/14.19.

Celui qui dit qu`il est dans la lumière, et qui hait son frère, est encore dans les ténèbres. Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et aucune occasion de chute n`est en lui. Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, il marche dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux 1 Jn 2/9.11.

 

Mes amis, il faut savoir que le croyant a reçu le commandement d’aimer d’une manière toute particulière tous les croyants authentiques, qu’ils soient ou non membres de sa propre église ou qu’ils partagent ou non ses convictions théologiques.

Je voudrais vous dire ceci, les croyants doivent faire la distinction entre ceux dont la confession de foi est fausse en examinant s’ils aiment Jésus Christ et lui obéissent, et s’ils sont loyaux ou non à la sainte Parole de Dieu : En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m`a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. Jn 5/24.

Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples Jn 8/31.

 

Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent Jn 10/27.

 

Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! N’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux Mt 7/21.

 

Quiconque a une foi vivante en Jésus Christ et demeure loyal à la Parole inspirée et inhérente de Dieu telle qu’il ou elle la comprend en toute sincérité, et qu’il s’élève contre l’esprit populaire qui domine à notre époque, est mon frère ou ma sœur en Christ et mérite tout particulièrement mon amour et mon soutien.

Le fait d’aimer tous les vrais croyants, y compris ceux qui ne font pas partie de notre église, ne signifie pas que nous devons faire des compromis ou d’adapter nos croyances bibliques ou nos différences doctrinales. Cela ne signifie pas non plus que nous devions rechercher nécessairement l’unité de nos organisations respectives.

Les croyants ne doivent jamais faire de compromis en ce qui concerne la sainteté de Dieu. L’amour pour Dieu et sa volonté tels qu’ils sont révélés dans sa Parole doivent contrôler et guider notre amour pour les autres.

 

(6) Nous avons l’assurance de la vie éternelle si nous sommes conscients que l’Esprit demeure en nous : Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui; et nous connaissons qu`il demeure en nous par l`Esprit qu`il nous a donné. 1 Jn 3/24, qui plus est : Nous connaissons que nous demeurons en lui, et qu`il demeure en nous, en ce qu`il nous a donné de son Esprit 1 Jn 4/13.

 

(7) Nous avons l’assurance de la vie éternelle si nous nous efforçons de suivre l’exemple de Jésus et de vivre comme il a vécu : Celui qui dit qu`il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même 1 Jn 2/6.

 

Jésus leur parla de nouveau, et dit: Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie Jn 8/12.

 

Prenons conscience de ceci mes amis, Jésus est la véritable lumière. Il chasse les ténèbres et la tromperie en illuminant le droit chemin qui conduit à Dieu et au salut. Tous ceux qui suivent Jésus sont délivrés des ténèbres, du péché et de satan. Ceux qui marchent encore dans les ténèbres ne le suivent pas. En grec, l’expression « Celui qui me suit » est un participe présent qui décrit une action continue ; on pourrait la traduire ainsi : « Celui qui continue de me suivre » Jésus n’admettait que des disciples persévérants.

 

(8) Nous avons l’assurance de la vie éternelle si nous croyons, acceptons et demeurons dans la parole de vie, c'est-à-dire dans le Christ vivant : Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie 1 Jn 1/1.

Et dans le message original de Christ et des apôtres du NT : Que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous. Si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le Père 1 Jn 2/24.

 

(9) Nous avons l’assurance de la vie éternelle si nous avons un désir sincère d’être avec Christ et que nous attendons impatiemment que Christ revienne pour nous prendre avec lui : Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n`a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu`il est. Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur 1 Jn 3/2.3.

 

Que votre coeur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n`était pas, je vous l`aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je m`en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. Jn 14/2.3.

 

 

Sentinelle80

Voir les commentaires

L’assurance du Salut ! (1 Partie)

20 Juillet 2012 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Enseignements

Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. 1 Jn 5/13.

 

Voici un nouveau chapitre concernant le Salut. Il a fallu que je prenne le temps de relire certains passages des Écritures pour m’assurer des faits que je vais vous exposez. Après avoir essuyer certains commentaires venant de gens très peu renseignés, voici donc ce que dit la Parole de Dieu au sujet du Salut.

 

Chaque croyant désire avoir l’assurance du salut, c'est-à-dire la certitude qu’au retour de Christ, ou quand la mort viendra, il ira avec le Seigneur Jésus dans le ciel : Je suis pressé des deux côtés: j`ai le désir de m`en aller et d`être avec Christ, ce qui de beaucoup est le meilleur Ph 1/23.

Le but de l’apôtre Jean lorsqu’il écrit sa première lettre est de permettre au peuple de Dieu d’avoir cette assurance (1Jn 5/13).

Remarquez que nulle part dans sa lettre, l’apôtre ne déclare que la conversion passée d’un individu constitue pour ce dernier une assurance, ou une garantie de salut. Présumer que l’on possède la vie éternelle tout simplement parce que nous avons fait une expérience ou que nous revendiquons une foi qui ne serait plus vivante est une grave erreur. Cette lettre nous présente neuf façons de vérifier que la relation que nous entretenons avec Jésus Christ est véritablement une relation de salut.

 

(1) Nous avons l’assurance de la vie éternelle si nous croyons au nom du Fils de Dieu :

 Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. 1 Jn 5/13.

 

Celui qui confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu. 1 Jn 4/15

 

Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu, et quiconque aime celui qui l`a engendré aime aussi celui qui est né de lui. V5

 

Il n’y a pas de vie éternelle ni d’assurance du salut sans aucune foi sincère en Christ, une foi qui le reconnaît comme le Fils de Dieu envoyé afin d’être notre Seigneur et Sauveur.

 

(2) Nous avons l’assurance de la vie éternelle si nous honorons Christ comme Seigneur de nos vies, et si nous nous efforçons d’obéir sincèrement à ses commandements :

 Si nous gardons ses commandements, par là nous savons que nous l`avons connu. Celui qui dit: Je l`ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n`est point en lui.  Mais celui qui garde sa parole, l`amour de Dieu est véritablement parfait en lui: par là nous savons que nous sommes en lui 1 Jn 2/3.5

 

Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui; et nous connaissons qu`il demeure en nous par l`Esprit qu`il nous a donné. 1Jn 3/24

 

Nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous pratiquons ses commandements. 1Jn 5/2

 

Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples Jn 8/31, il faut savoir que Jésus n’a jamais encouragé ses disciples à s’en remettre à la foi ou aux expériences du passé. Ce n’est que « si vous demeurez dans ma parole » que le salut peut être garanti. Les vrais disciples de Christ continuent d’obéir aux paroles de Christ.

 

Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent. Jn 15/6. La parabole du cep et des sarments montre de la manière la plus claire que Christ ne croyait pas en la théorie du « une fois sauvé, toujours sauvé ». Dans cette parabole, Jésus donne au contraire un avertissement  solennel et rempli d’amour en leur disant qu’il est tout à fait possible que des véritables croyants finissent par abandonner la foi, se détourner de Jésus, cesser de demeurer en lui et ainsi êtres jetés dans l’étang de souffre et de feu de l’enfer.

Vous découvrirez ici le principe fondamental qui gouverne la relation de salut entre Christ et les croyants, à savoir qu’il ne s’agit jamais d’une relation immuable fondée uniquement sur une décision ou une expérience passée. Il s’agit bien au contraire d’une relation qui se développe dans la mesure où Christ vit dans le cœur du croyant et lui communique sa vie divine.

Vous savez la vie éternelle est bien plus qu’une vie sans fin. C’est une qualité de vie particulière que nous recevons en tant que croyants, lorsque nous prenons part à l’essence de la vie divine à travers Christ ; cela nous permet de connaître Dieu et de vivre une communion toujours croissante avec le Père, le Fils et le St Esprit.

Dans le NT la vie éternelle est décrite ainsi :

(1) Elle est une réalité présente : En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m`a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. Jn 5/24

 

Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main. Jn 10/27.28

 

Pour avoir la vie éternelle, il faut d’abord avoir une foi vivante. La vie éternelle n’est pas assurée et maintenue uniquement par un acte de repentance et de foi qui a eu lieu dans le passé. Elle sous entend également une union présente et vivante avec Christ, de même qu’une véritable communion avec lui : Celui qui a le Fils a la vie; celui qui n`a pas le Fils de Dieu n`a pas la vie. 1Jn 5/12

 

(2) Une espérance future. La vie éternelle est associée au retour de Christ pour venir chercher ses fidèles : ne reçoive au centuple, présentement dans ce siècle-ci, des maisons, des frères, des soeurs, des mères, des enfants, et des terres, avec des persécutions, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle. Mc 10/30

 

Paul, apôtre de Jésus Christ, par la volonté de Dieu, pour annoncer la promesse de la vie qui est en Jésus Christ,  à Timothée, mon enfant bien-aimé: que la grâce, la miséricorde et la paix te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus Christ notre Seigneur!  Je rends grâces à Dieu, que mes ancêtres ont servi, et que je sers avec une conscience pure, de ce que nuit et jour je me souviens continuellement de toi dans mes prières,  me rappelant tes larmes, et désirant te voir afin d`être rempli de joie,  gardant le souvenir de la foi sincère qui est en toi, qui habita d`abord dans ton aïeule Loïs et dans ta mère Eunice, et qui, j`en suis persuadé, habite aussi en toi. C`est pourquoi je t`exhorte à ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l`imposition de mes mains.  Car ce n`est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d`amour et de sagesse. N`aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier. Mais souffre avec moi pour l`Évangile,  par la puissance de Dieu qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos oeuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus Christ avant les temps éternels,  et qui a été manifestée maintenant par l`apparition de notre Sauveur Jésus Christ, qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l`immortalité par l`Évangile. 2 Tm 1/1.10

 

Lesquelles reposent sur l`espérance de la vie éternelle, promise dès les plus anciens temps par le Dieu qui ne ment point Tit 1/2

 

 Afin que, justifiés par sa grâce, nous devenions, en espérance, héritiers de la vie éternelle. 3/7

Pour y avoir droit, le croyant doit également vivre par l’Esprit : Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l`Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez,  car tous ceux qui sont conduits par l`Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Et vous n`avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d`adoption, par lequel nous crions: Abba! Père! L`Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.  Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d`être glorifiés avec lui. Rm 8/12.17

 

Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption; mais celui qui sème pour l`Esprit moissonnera de l`Esprit la vie éternelle. Ga 6/8

 

Cette parabole nous enseigne trois vérités importantes.

 

1 La responsabilité qu’a le disciple de demeurer en Christ. Dès que la personne croit en Christ et reçoit le pardon de ses péchés, elle reçoit en même temps la vie éternelle et le pouvoir de demeurer en Christ. Dès qu’il a reçu ce pouvoir le croyant doit également accepter la responsabilité nouvelle qu’il assume pour son salut ; il doit également demeurer en Christ. Le terme grec menõ signifie rester, demeurer, continuer, demeurer ou vivre. Tout comme le sarment n’a la vie que si la vie du cep coule en lui, les croyants n’ont pas la vie que si la vie de Christ coule en eux ; pour cela, ils doivent demeurer en lui. Pour demeurer en Christ, nous devons faire les choses suivantes :

a) garder la Parole de Dieu continuellement dans notre cœur et notre intellect, et la laisser guider nos actions : Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. Jn 15/7.

 

b) entretenir une communion constante et intime avec Christ afin de tirer de lui la force : Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. V 7.

 

c) obéir à ses commandements, demeurer dans son amour Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j`ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour. V10 et s’aimer les uns les autres C’est ici mon commandement: Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés.  Il n`y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande.  Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître; mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j`ai appris de mon Père.  Ce n`est pas vous qui m`avez choisi; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne. Ce que je vous commande, c`est de vous aimer les uns les autres. V 12.17.

 

d) mener une vie pure à l’aide de sa Parole en résistant au péché et en s’abandonnant à la direction de l’Esprit  Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée. V3

 

 Car tous ceux qui sont conduits par l`Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Rm 8/14.

 

2 Le fait de demeurer en Christ entraîne plusieurs conséquences, à savoir que Jésus habite en permanence dans la vie du disciple V4, que ce dernier porte du fruit  Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. V5, qu’il voit ses prières exaucées Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. V7 et qu’il connaît une joie parfaite Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. V11.

 

3 L’incapacité à demeurer en Christ a pour conséquence la stérilité spirituelle Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s`il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.  Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. V 4.5, l’éloignement de Christ et la destruction  Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit, il l`émonde, afin qu`il porte encore plus de fruit. Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée. Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s`il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent. V 2.6.

 

Et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l`auteur d`un salut éternel Hb 5/9. Le salut éternel obtenu par les souffrances de Christ n’est accessible qu’à ceux qui lui obéissent par la foi. La foi qui sauve est une foi obéissante  par qui nous avons reçu la grâce et l`apostolat, pour amener en son nom à l`obéissance de la foi tous les païens, parmi lesquels vous êtes aussi, vous qui avez été appelés par Jésus Christ Rm 1/5.6.

Mais manifesté maintenant par les écrits des prophètes, d`après l`ordre du Dieu éternel, et porté à la connaissance de toutes les nations, afin qu`elles obéissent à la foi Rm 16/26.

 

Il en est ainsi de la foi: si elle n`a pas les oeuvres, elle est morte en elle-même. Mais quelqu’un dira: Toi, tu as la foi; et moi, j`ai les oeuvres. Montre-moi ta foi sans les oeuvres, et moi, je te montrerai la foi par mes oeuvres.  Tu crois qu`il y a un seul Dieu, tu fais bien; les démons le croient aussi, et ils tremblent.  Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les oeuvres est inutile? Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les oeuvres, lorsqu`il offrit son fils Isaac sur l`autel? Tu vois que la foi agissait avec ses oeuvres, et que par les oeuvres la foi fut rendue parfaite. Ainsi s`accomplit ce que dit l`Écriture: Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice; et il fut appelé ami de Dieu.  Vous voyez que l`homme est justifié par les oeuvres, et non par la foi seulement. Rahab la prostituée ne fut-elle pas également justifiée par les oeuvres, lorsqu`elle reçut les messagers et qu`elle les fit partir par un autre chemin?  Comme le corps sans âme est mort, de même la foi sans les oeuvres est morte. Jq 2/17.26.

Voir les commentaires

Je suis sioniste, musulman, fier de l’être et je soutiens Israel

14 Juillet 2012 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Israël

 

Kassim Hafeez, 28 ans, est un britannique musulman issu d’une famille d’origine pakistanaise. Il est sioniste et fier de se tenir aux cotes d’Israël. 

Kol Ha Kavod !

Il dirige et écrit sur le site Internet « Israel campaign ». C’est a ce titre qu’il a été nommé par le conseil consultatif à l’agence britannique de l’organisation « StandWithUs » qui diffuse des messages pro-israeliens et lutte contre l’antisémitisme.

« J’ai grandi dans une famille ou mon père faisait les louanges d’Hitler et ou j’ai vécu un lavage de cerveau grâce aux discours de Nasrallah et Ben Laden. Apres la lecture du livre d’Alan Dershowitz, « Plaidoyer pour Israel », j’ai eu une crise de conscience et je suis venu en Israel pour une visite qui a change ma vie.

Je suis sioniste, musulman, fier d’être sioniste, et j’aime Israel, mais ça n’a pas toujours été le cas. En fait, pendant de longues années j’ai été tout le contraire de ça. J’ai participe aux actions antisémites et antisionistes qui sont organisées sur les campus britanniques, parce que j’étais moi-même un militant antisémite et anti-Israël.

J’ai grandi au sein d’une communauté musulmane britannique, j’ai été en contact avec les thèses et les gens qui, dans le meilleur des cas, dénoncent Israel et présentent les juifs comme des voleurs et des assassins, et qui, dans le pire des cas, appellent a la l’élimination complète de « l’entité sioniste » et de tous les juifs. En résume, dans cette communauté il n’y a aucune place pour l’Etat juif dans le Proche-Orient.

La haine qui se déverse en permanence a une influence énorme sur les gens qui grandissent dans ce milieu. Le plus effrayant est que ces gens la ne sont pas spécialement extrémistes ou radicaux, mais quand il s’agit d’Israel on entend de leurs bouches sortir la rhétorique  la plus extrême, mélange a de l’antisémite latent très vif. Par exemple, l’expression « arrêtes d’être juif » sert pour vexer.

En plus de cela, mon père n’avait aucune honte a faire les louanges d’Adolf Hitler, de dire qu’il était un héros dont le seul échec était de ne pas avoir tuer assez de juifs. A l’age de 18 ans, j’avais déjà le cerveau complètement lave par l’islam radical, et ma haine d’Israel et des juifs était entretenue par des images de destructions et de morts sur fond de musique arabe parlant de djihad, et par les discours du dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, ou d’Ossama Ben Laden. Ces idées étaient renforcées par mes participations au « jour de la nakba », là-bas les discours parlaient de la fin d’Israel pendant que les drapeaux du Hezbollah flottaient fièrement dans le centre de Londres.

Est ce qu’Israel avait une excuse ? Bien sur que non, pour moi la réponse était négative. Je n’avais pas l’ombre d’un doute, et même les religieux refusaient de condamner les attaques terroristes contre Israel. Bien sur que c’est bien fait pour eux, les israéliens, c’est ce que je croyais. Alors qu’est ce qui a change ? Comment tant de haine s’est transformée en amour et en affection pour Israel et le peuple juif ?

Je me suis retrouve un jour dans le rayon Israel-Palestine d’une librairie locale et je me suis arrête sur le livre d’Alan Dershowitz, « Plaidoyer pour Israel ». D’après ma perception du monde, les juifs et les américains maîtrisaient les médias, et après avoir lu le résume du livre, j’ai souri au vue de la propagande sioniste. Malgré tout, j’ai décide d’acheter le livre avec le sentiment que je pourrais bientôt démonter la propagande sioniste et prouver qu’Israel n’avait pas de sens, et ainsi montrer mes trouvailles en guise de victoire pour le peuple palestinien. Alors que je lisais les arguments de Dershowitz, et qu’il démontait tous les mensonges auxquels je croyais, je me suis retrouve a tenter de chercher des contre arguments. Mais tout ce que j’ai trouve c’était de la rhétorique vide, celle la même a laquelle j’ai cru pendant des années.

J’ai décide de voir moi même Israel

J’ai vécu une vraie crise de conscience, et j’ai commence des recherches impartiales. Jusqu’alors je n’avais jamais rien trouve qui soit un tant soit peu positive pour Israel. A ce moment la je ne savais plus quoi penser. J’ai tellement cru aveuglement les autres, mais soudain je me suis retrouve a me demander si je n’avais pas tort.

Je suis arrive a la situation ou j’ai senti que je devais voir Israel par moi même. Je savais que je ne découvrirais la vérité que comme ça. Malgré que cela ait l’air d’un vrai cliche, cette visite a change ma vie. Je n’ai pas découvert un pays d’apartheid ou de racisme, mais tout le contraire. Je me suis retrouve face a des synagogues, des mosquées, et des églises, face a des juifs et des arabes qui vivent ensembles, et des minorités qui ont un rôle important dans tous les domaines de  la vie en Israel, de l’armée jusqu’a l’appareil judiciaire. Ce fut une expérience extraordinaire qui m’a ouvert les yeux. Ce n’était pas l’Israel sioniste et méchante dont on m’avait parle.

Après une interrogation interne profonde, j’ai su que tout ce que je croyais avant était faux. Je me suis vraiment trompe, et j’ai bien du le reconnaître. En plus, j’ai du faire face a une autre question importante : et je fais quoi maintenant ? Pendant des années j’ai lutte contre Israel, mais maintenant je connaissais la vérité. Maintenant le choix était clair : je devais me tenir aux cotes d’Israel, ce petit pays, libre et démocratique qui fait des pas de géant dans les domaines de la science et de la médecine, et qui pour autant est la victime des mensonges et de la haine qui avaient pratiquement pris le contrôle de mon âme.

La décision que j’ai prise n’était pas simple. J’ai fait face à l’hostilité de ma communauté et de certains éléments de la communauté juive britannique, mais c’est la réalité de quelqu’un qui soutient Israel en Europe. Ce n’est pas simple, mais c’est justement ce qui le rend impératif. Il ne s’agit pas de religion ou de politique, mais de vérité.

La vérité n’est pas entendue au sujet d’Israel, alors que les rangs de la haine aveugle n’en finissent pas de se remplir. Nombre de ceux qui détestent Israel sont loin de la réalité, mais remplis de rhétorique vide et des slogans politiques qu’ils aiment tant.

Nous pouvons changer les choses, mais nous devons être forts et unis. Israel n’est pas que le problème des juifs. Il s’agit de liberté, de droits de l’homme, de démocratie, et de tous ce qui composent les pays occidentaux. Il s’agit d’une tentative d’être une lumière pour les nations. Les actions humanitaires internationales d’Israel parlent d’elles mêmes, mais si nous ne diffusons pas ce message, personne ne le fera.

Nous ne devons pas baisser la tête en s’excusant et dire que « Israel n’est pas parfaite ». Il ne faut pas avoir peur de dire : je suis sioniste, je suis fier, et je soutiens Israel. Est ce que vous ferez ça ?  »  (1)

TRraduit par David Goldstein, - haabir-haisraeli

 

 

Source : http://www.israel-flash.com/2012/04/kassim-hafeez-%C2%AB-je-suis-sioniste-musulman-fier-de-l%E2%80%99etre-et-je-soutiens-israel-%C2%BB/#axzz20cza7qNy

 

Voir les commentaires

La France n’en a pas fini avec l’antisémitisme

5 Juillet 2012 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Israël

La France a depuis longtemps choisi son camps. La politique duQuai d’Orsay pro-arabe en est une des preuves. Le tapis rouge déroulé à la finance islamique une autre. La fausse compassion des médias et ses  mensonges envers les « pauvres palestiniens », la tolérance envers l’islamisation apportée par les imams,  la soumission, sinon la collaboration de l’Education Nationale à la montée de l’antisémitisme et de l’antisionisme ont produit leurs effets : l’antisémitisme est bien installé en France. La violence antisémite s’est banalisée.

« Sale juif »: ils sont nombreux à subir cette violence au quotidien. Nous vous présentons le dossier « Voyage au bout du nouvel antisémitisme »du » Nouvel Observateur » du 5 juillet. 

« Antisémitisme, ce qu’on ne veut pas dire » par LeNouvelObservateur

Laurent Joffrin, directeur de la rédaction du « Nouvel Observateur », explique pourquoi ce dossier.

C’est une goutte. Le 11 juin à Paris, Elie M., 12 ans, a dit à ses parents qu’il faudrait changer de nom : au collège on l’avait traité de « sale juif ». Le 30 avril à Marseille, deux jeunes garçons ont été interpellés dans la rue : « Nous, on est pour la Palestine, on n’aime pas les juifs, on va tous vous tuer, on va tous vous exterminer, sales juifs que vous êtes. » Puis ils se sont fait casser la gueule. Le 8 juin à Sarcelles, un adolescent a été insulté par trois jeunes : « Ferme ta gueule, sale juif. » Il s’est défendu ; l’un d’eux l’a tenu au cou pendant que les deux autres le frappaient. Ça ne fait pas de bruit, une goutte, on ne l’entend que si on tend l’oreille.

Le 26 mars à Paris, un enfant de 11 ans portant tsitsits, ces franges traditionnelles, a pris des coups de poing au visage à quelques mètres de son école. « Sale juif « , a dit son agresseur. Le même jour à Rillieux-la-Pape, dans le Rhône, en rentrant de la synagogue, un rabbin a été insulté par une bande de gamins de 12 ans environ. Ils lui ont jeté des pierres.

« J’aime pas les juifs, c’est comme ça »

Quatre jours plus tôt, Mohamed Merah avait été abattu par la police à l’issue d’une équipée sanglante dans laquelle il avait tué sept personnes dont trois enfants juifs et un rabbin dans une école confessionnelle. Chaque fois c’est pareil : on pense que l’horreur d’un crime éteindra les mauvais instincts. Mais l’émotion, pour être générale, n’est jamais unanime. Au contraire. Le djihadiste toulousain est devenu un genre de héros pour une petite minorité. Des tags à sa gloire, un peu partout, ont fleuri. Lors de la minute de silence imposée dans toutes les écoles en hommage aux victimes de l’école Ozar Hatorah, de nombreux incidents ont été répertoriés.

A Caussade, dans le Tarn-et-Garonne, une collégienne a dit : « Pour les juifs, je m’en fiche, mais s’il y a des Arabes, on peut le faire. J’aime pas les juifs, c’est comme ça. » Convoqués, ses parents l’ont soutenue : « Vous ne faites rien pour les Palestiniens. » A Marseille, une famille a été prise à partie par un doctorant en physique de 24 ans. Fils d’une universitaire et d’un ingénieur, il voulait « parler de la Palestine » avec le père de famille et lui a cassé la mâchoire. « J’ai vu à sa tête qu’il était sioniste », a expliqué à ses juges celui pour qui Mohamed Merah était un « résistant ». Il a été condamné à un an ferme.

Une goutte dans un océan d’actualité. Une de plus. On aimerait l’oublier, la laisser tomber puis sécher dans son coin, la dédaigner. Mais elle revient toujours, avec une régularité de métronome. La France n’en a pas fini avec l’antisémitisme […]

Par Isabelle Monnin

Voir les commentaires