Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Frédéric Klumpp

Appel aux inconvertis, tu ne crois pas en Dieu ? ( 3eme Partie et fin )

14 Avril 2017 , Rédigé par Frédéric Klumpp. Publié dans #Enseignements

Chapitre 3

Mais, Dieu soit béni, nous avons maintenant une tâche plus douce à remplir. Nous venons, au nom de notre Maître, ANNONCER LA DÉLIVRANCE à tout pécheur qui se repent.


"Prédicateur de l'Évangile, tu nous as tous condamnés ", me dites-vous. Cela est vrai, mes chers auditeurs; toutefois, ce n'est point moi, c'est Dieu qui condamne. Je puis le dire à la face du ciel : je vous aime tous, individuellement, comme un frère aime ses frères. Si je vous parle avec sévérité, c'est uniquement pour votre bien. Mon cœur, mon âme tout entière sont émus de compassion envers vous, et dans mes paroles les plus dures en apparence, il y a en réalité plus d'amour que dans les discours mielleux et agréables de ceux qui vous disent : Paix, paix quand il n'y a point de paix. Oh ne croyez pas que je prenne plaisir à prêcher comme je l'ai fait aujourd'hui. Non, Dieu m'en est témoin je préfère mille fois vous entretenir de Jésus, de sa douce et glorieuse personne, de sa grâce et de sa justice parfaite; aussi, ai-je à coeur, avant de terminer, de vous faire entendre des paroles de paix. - Approche donc, mon frère; donne-moi ta main et écoute le message de grâce que je t'apporte. Te sens-tu coupable, condamné, maudit ? Dis-tu en cet instant même : "0 Dieu ! je reconnais que tu serais juste, si tu faisais tomber sur moi tout le poids de ta malédiction ? " Comprends-tu que, bien loin de pouvoir jamais être sauvé à cause de tes bonnes oeuvres, tu es entièrement perdu à cause de tes péchés ? Et as-tu une haine profonde pour le mal ? Te repens-tu sincèrement ? S'il en est ainsi, chère âme, laisse-moi te dire où tu trouveras la délivrance.

Hommes frères ! Sachez tous ceci : Jésus-Christ, de la postérité de David, a été crucifié, il est mort et a été enseveli. Maintenant, il est ressuscité, il s'est assis à la droite de Dieu, et il intercède même pour nous. Il est venu dans le monde pour sauver les pécheurs par sa mort.

Voyant que les pauvres enfants d'Adam étaient assujettis à la malédiction, il s'est chargé lui-même de cette malédiction, et les en a ainsi délivrés. Si donc Dieu a maudit Christ à la place de tel ou tel homme, il est impossible qu'il maudisse cet homme de nouveau. - "Mais Christ a-t-il été maudit pour moi? " me demande quelqu'un. A cela je réponds : Dieu le Saint-Esprit t'a-t-il fait voir ton péché ? T'en a-t-il fait sentir toute l'amertume ? T'a-t-il appris à pousser ce cri d'humiliation : O Dieu, sois apaisé envers moi qui suis pécheur? Si, en sincérité de cœur, tu peux répondre affirmativement à ces questions, aie bon courage, mon bien-aimé; Christ a été maudit à ta place; et, si Christ a été maudit à ta place, tu n'es plus sujet à la malédiction. - "Mais je voudrais en être certain, insistes-tu peut-être; je voudrais ne pas pouvoir douter que Jésus a réellement été fait malédiction pour moi. " Et pourquoi en douterais-tu, mon frère ? Ne vois-tu pas Jésus expirant sur la croix ? Ne vois-tu pas ses mains et ses pieds ensanglantés? Regarde à lui, pauvre pécheur. Ne regarde plus à toi-même, ni à tes iniquités; regarde à lui, et sois sauvé. Tout ce qu'il demande de toi, c'est que tu regardes à lui, et pour cela même il te prêtera son secours. Viens à lui, confie-toi en lui, crois en lui. Oh! je t'en supplie, accepte avec simplicité et avec foi cette déclaration de l'Écriture : C'est une chose certaine et digne d'être reçue avec une entière confiance, que Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs.

"Quoi, objecte encore quelqu'un, dois-je donc croire que Jésus est mort pour moi, simplement parce que je me sens pécheur? " - Justement, mon frère. - "Mais pourtant, il me semble que, si je possédais quelques justices, si je pouvais faire de belles prières ou accomplir de bonnes oeuvres, je serais plus en droit de conclure que Christ est mort pour moi. " Tu t'abuses, mon frère, tu t'abuses; la foi que tu aurais alors ne serait plus de la foi; ce serait de la justice propre, et rien de plus. Une âme croit en Jésus, lorsque, le péché lui apparaissant dans toute sa noirceur, elle se jette simplement dans ses bras, et s'en remet à lui pour la purifier de toutes ses souillures. Va donc, pauvre pécheur, tel que tu es, avec ton indignité et ta misère; prends en main les promesses de Dieu, et, en rentrant chez toi, cherche la solitude de ta chambre. Là, agenouillé près de ton lit, répands ton âme devant Dieu. Dis-lui, à ce Dieu qui est riche en compassion et abondant en miséricorde : "O Seigneur ! je le sens, tout ce que je viens d'entendre est vrai. Oui, je suis maudit, et maudit justement ! Je suis un pécheur qui ne mérite que la condamnation éternelle. Et tu le sais, ô Seigneur, ces aveux ont maintenant dans ma bouche un tout autre sens qu'autrefois. En reconnaissant que je suis pécheur, je veux dire que je suis un véritable pécheur.

Je veux dire que, si tu me condamnais, j'aurais la bouche fermée; que, si tu me chassais pour toujours de ta présence, je n'aurais que ce qui m'est dû. O mon Dieu ton support à mon égard m'étonne et me confond. Comment as-tu pu souffrir qu'un être aussi vil que moi souillât si longtemps la terre ? Seigneur, j'ai méconnu ta grâce, et dédaigné ton Évangile. J'ai méprisé les instructions de ma mère, et mis en oubli les prières de mon père. Seigneur, j'ai vécu loin de toi, j'ai violé tes sabbats, j'ai profané ton saint nom. J'ai fait tout ce qui est mal, tout ce qui est désagréable à tes yeux; et, si tu me précipitais en enfer, je serais réduit au silence. Oui, mon Dieu, je suis un pécheur, un pécheur perdu sans ressource, à moins que tu ne me sauves, un pécheur sans aucun espoir de salut, à moins que tu ne me délivres ! Mais, grâces t'en soient rendues, ô Seigneur, tu sais que je suis aussi un pécheur repentant, troublé dans sa conscience, affligé à cause de ses transgressions. Et voici, je viens te rappeler ce soir que tu as dit dans ta Parole : Je ne mettrai point dehors celui qui viendra à moi; et ailleurs : C'est une chose a certaine et digne d'être reçue avec une entière confiance, que Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs. Seigneur, je viens à toi ! Seigneur, je suis un pécheur ! Jésus est donc venu pour me sauver; Seigneur, je crois, je me confie en mon Sauveur, à la vie et à la mort, je n'ai d'espérance qu'en lui, et je hais jusqu'à la pensée que j'ai pu chercher le salut ailleurs que dans sa grâce.

Sauve-moi donc, Seigneur; et, quoique je sache bien que par ma conduite future je ne saurais jamais parvenir à effacer un seul de mes péchés passés, je veux néanmoins te supplier, ô mon Dieu, de me donner un coeur nouveau et un esprit droit, afin que désormais, et à toujours, je puisse courir dans la voie de tes commandements; car je n'ai point de plus grand désir que d'être saint comme tu es saint, et de marcher devant toi comme ton enfant. Tu le sais, ô Seigneur, pour être aimé de toi, je renoncerais volontiers à tout ce que je possède, et j'ose espérer que tu m'aimes, car mon coeur commence à sentir les étreintes de ton amour. Je suis coupable, mais jamais je n'aurais connu ma culpabilité, si tu ne m'avais toi-même appris à la connaître. Je suis vil, mais jamais je n'aurais su que j'étais vil, si tu ne me l'avais révélé. Oh sûrement, mon Dieu, tu ne me détruiras point, après avoir ainsi commencé en moi ta bonne oeuvre.

Devant toi, je rougis et demeure confus !

Mais, Seigneur, ta bonté relève ma misère;

N'as-tu pas mis, entre elle et ta colère L'amour, la croix et le sang de Jésus ?

Oui, prie ainsi, mon bien-aimé; ou, si tu ne peux pas prier aussi longuement, dis ces simples mots du fond du coeur : "Seigneur Jésus, je ne suis rien ! Sois toi-même mon tout ! "

Oh ! Dieu veuille que ton âme, en cet instant même, fasse monter ce cri vers son trône ! Et, s'il en est ainsi, tressaillez d'allégresse, ô cieux chantez, ô séraphins ! Réjouissez-vous, ô rachetés car c'est ici l'oeuvre de l'Éternel; que toute gloire soit rendue à son nom !


Charles Spurgeon

Partager cet article

Commenter cet article