Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Frédéric Klumpp

Dans la présence de Dieu !

13 Avril 2016 , Rédigé par Revivaliste Frédéric Klumpp. Publié dans #Une parole pour vous

                               A quoi je comparerai la présence de Dieu ?

 

La présence de Dieu est un sentier ou l'on marche dans la paix, baigné par une douce chaleur d'été.

La présence de Dieu, c'est marcher au milieu des fougères, à l'ombre des grandes arbres.

La présence de Dieu, débouche dans une clairière ou la lumière ne nous aveugle pas.

La présence de Dieu, est un jardin aux mille fleurs dont le parfum nous envahit.

La présence de Dieu est douce, envahissante, reposante.

La présence de Dieu, nous transporte, comble nos vides et guéris nos blessures.

Puis soudain, comme un doux vent léger qui effleure nos oreilles, c'est le doux murmure de ta parole.

Ta parole Seigneur, est comme un fruit sucré.

C'est les abeilles qui nous invitent à déguster un nectar de très grand prix, c'est un miel délicat qui nous rempli de toi !

Ta parole, c'est le gazouillis des oiseaux qui nous rappel sans cesse tes commandements, tes lois et des ordonnances.

Et là, dans ta présence, tu nous revêt de ton amour telle une couverture.

Ton amour, c'est d'être assis au pied d'un tilleul en fleur, laisser son parfum nous embaumer.

Ton amour, c'est lorsque je contemple l'œuvre parfaite de tes mains.

Ton amour, c'est laisser le jour partir et de voir la nuit nous couvrir, nous laissant contempler la voûte céleste, œuvre de tes mains.

Ton amour, c'est laisser toute ta plénitude nous remplir.

Ton amour est indescriptible, il nous enveloppe de toute part.

En lui, il n'y a ni hauteur, ni profondeur, ni longueur, ni largeur, mais il demeure.

Ton amour, est une source intarissable, celui-ci nous berce, nous réconforte et ta douceur est une caresse.

Et là, loin de tout ce tumulte du monde, loin de toute cette folie, c'est auprès de toi que je trouve mon refuge, lorsque le crépuscule se fait, lorsque les derniers oiseaux regagnent leurs nids, lorsque la ville s'endort doucement, lorsque le silence se fait, ta paix m'inonde, et là à l'orée du bois, j'entends le doux murmure de ta voix, ta voix m'apaise et mon cœur est dans la joie, et mon âme tressaille d'allégresse.

Seul, je laisse tout mon corps m'envahir par ta présence, je fermes mes yeux et tout mon être dans la paix.

Je suis submergé, et ta douce voix murmure à mes oreilles.

Tu m'honores de ta présence, je ne peux que te dire merci. 

 

Revivaliste Frédéric Klumpp.

Partager cet article

Commenter cet article