Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Frédéric Klumpp

Je suis crucifié avec Christ !

12 Juillet 2015 , Rédigé par Revivaliste Frédéric Klumpp. Publié dans #mini messages

Je suis crucifié avec Christ, et je vis, non pas maintenant moi, mais Christ vit en moi et ce que je vis maintenant en la chair, je le vis en la foi du Fils de Dieu, qui m'a aimé, et qui s'est donné lui-même pour moi Ga 2/20.

J'aimerai partager avec vous cette parole de Paul, nous y trouvons un texte d'une profondeur qui me touche au plus haut point.

Si souvent lu et si souvent mal compris, Paul nous donne une très grande leçon au travers de ces paroles.

Prenons le temps de disséquer la pensée de Paul.

Dans un premier temps, Paul nous explique qu'il est crucifié avec Christ.

Je suis crucifié avec Christ. C'est au travers du baptême que nous sommes également crucifié : Sachant ceci, que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit détruit ; afin que nous ne servions plus le péché Rm 6/6.

Nous ne pouvons pas vivre une vie avec Jésus sans être au préalable mort au péché. Pour quelle raison ? Et bien, notre nature d'homme pécheur nous empêche de vivre une vie harmonieuse avec Jésus, notre nature pécheresse et en parfaite contradiction avec la vie en Jésus. Nous sommes tous pécheurs, et pour preuve, nos pensées, nos philosophies, notre façon d'agir, notre langage, notre comportement nous montre combien nous sommes mauvais. Et, étant mauvais de cœur, et pécheur de nature, nous ne pouvons pas connaître la vie avec Jésus, car notre nature humaine ne peut pas cohabiter avec la nature divine de Jésus. Elle ne le peut même pas, et s'y refuse, notre nature humaine avec ses convoitises ne peut pas se soumettre à la nature divine de Jésus, elle en est incapable.

Mais cette parole va au-delà de tout ce que l'on peut croire, si nous prenons le temps de lire le V1 et 2 de Rm 6 nous y lisons ceci : Que dirons-nous donc ? Demeurerons-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ? A Dieu ne plaise ! [Car] nous qui sommes morts au péché, comment y vivrons-nous encore ?    

L'apôtre Paul parle à des croyants, car beaucoup pensent parce que la grâce abonde, ils peuvent continués de péchés, mais là Paul les reprends en disant que nous sommes mort au péché. Combien de frères et sœurs sont actuellement dans le péché ? Combien d'entres vous ont une vie dissolues ?

Paul nous dit qu'il est crucifié avec Christ, le sommes nous aussi ?

Ne savez-vous pas que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, avons été baptisés en sa mort. Nous sommes donc ensevelis avec lui en sa mort par le Baptême afin que comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous marchions aussi en nouveauté de vie Rm 6/3.4.

Paul a du crucifié sa chair avec ses désirs, ses convoitises, ses droits, sa nature pécheresse, Rm 6/6 : Sachant ceci, que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit détruit ; afin que nous ne servions plus le péché. Il faut que la nature pécheresse de l'homme soit détruite !

Paul souligne que nous sommes mort au péché, mais le péché ne représenterait il le monde ? Penchons nous sur cette phrase comment y vivrons-nous encore ! Parce que en réalité le monde c'est le péché, tout ce qu'il y a dans le monde est péché. Et donc il nous faut aussi mourir au monde, vous savez, nous sommes conçus dans le péché, nous sommes nés dans le péché, nous avons grandis avec le péché, nous vivions dans le péché, c'est-à-dire avec les principes qui régis ce monde. Et nous vivions selon ces principes, et voyons ce que dit Paul dans un deuxième temps : et je vis, non pas maintenant moi, mais Christ vit en moi.

Ici, il y a une chose importante, Paul ne vit plus sa vie d'avant, bien que la vie continue, et il n'obéit plus aux préceptes du monde, il ne vit plus pour lui-même, mais par la nature de Christ qu'il a revêtu. D'ailleurs il le dit bien : et ce que je vis maintenant en la chair, c'est-à-dire dans ce corps, je le vis en la foi du Fils de Dieu, arrêtons nous sur ces mots un instant, j'ai beaucoup méditer sur ces paroles, pour connaître la profondeur de la pensée de Paul.

Paul nous donne un point capital sur ce qu'il vit, Paul nous dit que ce qu'il vit, il le vit en la foi du Fils de Dieu !

Arrêtons nous quelques instants pour essayer de comprendre cette pensée, certains diront que Paul a la même foi que Jésus, et je ne suis pas sur que l'on peut abonder dans ce sens, par contre je pense que Paul se réfère certainement à Rm 10/17 : Ainsi la foi vient de ce qu`on entend, et ce qu`on entend vient de la parole de Christ. 

Voici le principe fondamental de la foi, la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Christ. Pour étayer ma pensée, je prendrais l'exemple d'un homme politique, lorsque celui-ci prononce un discoure, vous trouvez que son discoure est irréfutable, que c'est exactement ce que vous voulez voir accomplir, donc vous adhérer à son message, vous êtes pleinement convaincu que c'est cela qu'il faut ! Et vous vous accaparez de ses mots, de ses paroles. Cela est la foi dans l'homme,  la foi en Christ, c'est la même chose, vous adhérez à son message, vous adhérez à ses paroles, car pour vous c'est cela que vous avez besoin.

Revenons à Paul, souvenez vous de ce qu'il était, un homme éloquent dans le judaïsme, il était zélé pour le judaïsme, il adhérait parfaitement aux lois de Moïse, mais lors de sa rencontre avec Jésus Christ, sa vie bascule, après trois jours ou il était aveugle, il se fit baptiser et commença son ministère. Paul a dépouillé sa vieille nature, avec tous ce qu'il avait appris, connu, enseigné. Après sa rencontre sur la route de Damas avec le Seigneur, Paul changea de tout au tout, il a adhéré à la parole de Christ, il a abandonné tous ces préceptes, ses idées, ce qu'il a appris, il s'en est dépouillé, pour laisser place aux paroles de Christ. C'est en la foi de Jésus que Paul est devenu ce qu'il était.

Paul s'attache aux paroles de Christ sans doute, sans réflexion, sans en chercher le pourquoi du comment, Paul a une entière confiance dans les paroles du Seigneur, et il a tellement confiance, que les paroles de Jésus il en a fait les siennes, sans jamais douter.

Beaucoup trop de croyants aujourd'hui n'ont pas cette notion, il n'ont pas la connaissance de la nature de Jésus, j'ai si souvent vu de nombreux croyants cherchés chez les autres des réponses,  des réflexions tellement incroyante. Cherchant et ne trouvant jamais, ils sont dans l'incapacité de se soumettrent à Dieu, la foi qu'ils ont ne viennent pas de Dieu, ne viennent pas des paroles du Christ, l'apôtre Paul a su garder les promesses de Jésus, malgré toutes les épreuves qu'il a traversé, les tribulations, les mis à mort, etc. Il n'a jamais douté des promesses de Christ. Et je suis sur que certains croyants n'ont pas vécu le un pour cent de ce que Paul a subi, et pourtant il n'a jamais chancelé.

Combien j'ai vu de croyants avec une attitude tellement négative, des croyants qui font bonne mine devant les autres et qui ne sont pas capable de vivre pleinement leur foi.

Ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi, est ce que vous savez ce que cela signifie ? Ce que cela peut apporter ? Car si Christ habite réellement en vous, vous n'auriez pas besoin de chercher les réponses chez les autres.

Sachant ceci, que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit détruit ; afin que nous ne servions plus le péché. Avez-vous déjà remarqué comment certains font pour expliquer ce V ? Mais qu'elle est la signification du péché ? Notre vieil homme ?

Elle représente notre nature de pécheur, avec tout son lot. Le péché n'est pas simplement le fait d'avoir mal agi envers Dieu, ce n'est pas simplement le mal que nous avons causé aux autres, cela va beaucoup plus loin mes amis, c'est aussi les pensées scabreuses, perverties, râleuses, lubriques, notre comportement aussi est un péché, voyez comment vous marchiez autrefois, comment vous parliez, comment étiez vous ? Les critiques, la grossièreté, les convoitises du cœur, l'argent gagné malhonnêtement, le vol,  l'envie, les jugements portés etc.

Je connais beaucoup de chrétiens qui se disent être nés de nouveau, et qui agissent encore avec leur vieille nature, la colère, les convoitises, les critiques, les jugements, dans tout cela Christ habite t'il en eux ?

Ga 5/19.21 nous dit ceci : Car les oeuvres de la chair sont évidentes, lesquelles sont l'adultère, la fornication, la souillure, l'impudicité, L'idolâtrie, l'empoisonnement, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les colères, les disputes, les divisions, les sectes, Les envies, les meurtres, les ivrogneries, les gourmandises, et les choses semblables à celles-là ; au sujet desquelles je vous prédis, comme je vous l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le Royaume de Dieu.

Me revêtir Christ, c'est de m'abandonner complètement et infailliblement, c'est de pouvoir compter sur lui, allons ensemble si vous le voulez bien dans Lc 7/2.9 : Or le serviteur d'un certain Centenier, à qui il était fort cher, était malade, et s'en allait mourir. Et quand [le Centenier] eut entendu parler de Jésus, il envoya vers lui quelques Anciens des Juifs, pour le prier de venir guérir son serviteur. Et étant venus à Jésus, ils le prièrent instamment, en lui disant qu'il était digne qu'on lui accordât cela. Car, [disaient-ils], il aime notre nation, et il nous a bâti la Synagogue. Jésus s'en alla donc avec eux ; et comme déjà il n'était plus guère loin de la maison, le Centenier envoya ses amis au-devant de lui, pour lui dire : Seigneur ne te fatigue point ; car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit ; C'est pourquoi aussi je ne me suis pas cru digne d'aller moi-même vers toi ; mais dis [seulement] une parole, et mon serviteur sera guéri. Car moi-même qui suis un homme constitué sous la puissance d'autrui, j'ai sous moi des gens de guerre ; et je dis à l'un : va, et il va ; et à un autre : viens, et il vient ; et à mon serviteur : fais cela, et il le fait. Ce que Jésus ayant entendu, il l'admira ; et se tournant, il dit à la troupe qui le suivait : je vous dis, que je n'ai pas trouvé, même en Israël, une si grande foi.

Dans ce texte, nous y trouvons les principes fondamentaux de la foi, prenons le temps pour analyser les différents principes.

Outre le fait que ce Centenier aimait la nation d'Israël, voyez comment se passe les choses.

Cet homme a un serviteur qui est malade au point de mourir, notez ce qu'il suit, il est dit : Et quand [le Centenier] eut entendu parler de Jésus. Il y a déjà ici une notion capitale, pour avoir la foi il faut au préalable entendre parler de Jésus, ce Centenier avait entendu ce que Jésus faisait et qui  il était. Et parmi ses amis il avait des Anciens des juifs, et c'est eux même qu'il envois vers Jésus, après avoir parler avec Jésus, il parti pour la maison du Centenier. Mais lorsque Jésus approche de la maison, le Centenier envois ses amis, mais qui sont ses amis ? Ce sont les Anciens des juifs, qui servent de médiateur entre Jésus et le Centenier. Voyez ce que disent ses amis : Seigneur ne te fatigue point ; car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit C'est pourquoi aussi je ne me suis pas cru digne d'aller moi-même vers toi ; mais dis [seulement] une parole, et mon serviteur sera guéri. Car moi-même qui suis un homme constitué sous la puissance d'autrui, j'ai sous moi des gens de guerre ; et je dis à l'un : va, et il va ; et à un autre : viens, et il vient ; et à mon serviteur : fais cela, et il le fait.

Voyez vous cet homme est romain, et à cette époque il était pas bien de rentrer chez un romain car ils étaient considérés comme des gens impurs, idolâtres, et cet homme le fais savoir à Jésus, lui-même dit qu'il est indigne d'aller jusqu'à Jésus, il sait qui est Jésus, le Saint de Dieu, souvenez vous ce que Pierre a dit lorsque il était dans la barque : Seigneur éloigne toi de moi car le péché est en moi Lc 5/8.

Et cet homme adopte la même attitude, je ne me suis pas cru digne d'aller vers toi, il y a cette profonde humilité et de reconnaissance, comment un romain considéré comme impur pouvait se tenir droit devant la majesté divine de Jésus Christ.

Et puis vient la conviction profonde de son cœur, cet homme n'est pas juif, n'est pas chrétien, il idolâtre des faux dieux, mais, oui parce que il y a un mais, mais comme il a entendus parler de Jésus, il totalement persuader que Jésus peux faire quelque chose, qu'il peux guérir son serviteur, qui si il le voulais Jésus serai capable de tout faire. Et remarquer comment ce Centenier parle : mais dis [seulement] une parole, et mon serviteur sera guéri. Car moi-même qui suis un homme constitué sous la puissance d'autrui, j'ai sous moi des gens de guerre ; et je dis à l'un : va, et il va ; et à un autre : viens, et il vient ; et à mon serviteur : fais cela, et il le fait. Voyez vous ce homme explique à Jésus qu'il est soumis à des supérieurs et lorsque ceux-ci lui donnent des ordres il obéi, de même ce Centenier à des gens de guerre sous ses ordres, et lorsqu'il donne des ordres à ses hommes il sait que cela sera exécuter, il explique au Seigneur qu'il n'a pas besoin d'aller vérifier, il sait que ce la se fera, et lorsqu'il donne un ordre à son serviteur, il sais qu'il va le faire, pas besoin de vérifier, c'est ainsi qu'il dit au Seigneur mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri. J'aimerai et je vais insister sur ce fait ; dis seulement une parole ! Le Centenier n'attend pas un grand message, il dit au Seigneur seulement une parole, et je crois. Cet homme n'avais pas besoin de circonstances atténuantes pour croire, il n'avait pas besoin de s'agiter comme un fou, il ne criai pas partout, mais lorsque Jésus arrive il lui dit "dis simplement une parole et mon serviteur sera guéri". La parole de Jésus suffit pleinement, et Jésus étant dans l'admiration, surtout de la part d'un incirconcis, romain de surcroît considéré comme impur, Jésus est dans l'admiration devant cette foi Ce que Jésus ayant entendu, il l'admira ; et se tournant, il dit à la troupe qui le suivait : je vous dis, que je n'ai pas trouvé, même en Israël, une si grande foi.

Voyez vous, il n'y a aucun secret pour réussir avec Jésus, aucune révélation spéciale pour vivre une vie pleine avec Jésus, juste une foi intègre et absolue, Lc 17/5.6 : Alors les Apôtres dirent au Seigneur : augmente-nous la foi. Et le Seigneur dit : si vous aviez de la foi aussi gros qu'un grain de semence de moutarde, vous pourriez dire à ce mûrier : déracine-toi, et te plante dans la mer ; et il vous obéirait. Dans cet contexte, les apôtres demande au Seigneur de leur augmenter leur foi, mais regardé la réponse de Jésus, il ne dit pas je vais prier pour augmenté votre foi, mais il leur dit que si ils avaient la foi aussi gros qu'un grain de semence il ferais de grande chose.

 

Si nous voulons vivre pleinement une vie avec Jésus, il suffit de crucifier sa chair, et de s'abandonner complètement à lui.

 

Que Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus christ vous bénisse.

 

Revivaliste Frédéric Klumpp.

 

Partager cet article

Commenter cet article