Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Frédéric Klumpp

"Tomber dans l'Esprit..." (2eme Part)

30 Juin 2013 , Rédigé par Sentinelle80 Publié dans #Fausses doctrines faux prophètes

Mauvais arguments des défenseurs de ce phénomène

 

Cet arrière-plan historique nous aide à réfuter cette mode actuelle, mais quelques défenseurs disent avoir eux aussi l'histoire de leur côté. Jetons un oeil sur leurs arguments. Bien que bon nombre d'ouvrages, des livrets et de tracts avaient été écrits pour défendre cette manifestation, un que je détiens de Marvin Gorman, l'un des anciens responsables des Assemblées de Dieu, est typique du pauvre savoir faire et de la logique erronée utilisés pour tenter de prouver que cette espérience est biblique.

Gorman affirme, dès le début de son article, que ce phénomène est clairement un signe de la présence du Seigneur. Puis il jette le discrédit sur ce qu'il appelle des imitateurs et contrefaçons inspirées par satan. De manière assez intéressante, il note que dans sa recherche historique il y a "rarement une référence direct à ce phénomène actuel dont nous parlons". 

Puis Gorman commence un récit de trois pages relatant les évènements surnaturels à partit des années 115 jusqu'à nos jours. L'expérience la plus couramment rapportée fut le parler en langues. La plupart de ses citations ne relatent absolument aucune manifestation de "tomber dans l'esprit". Dans les débuts su siècle passé, il y a quelque mentions de "chute". Et tout dans ses références indique "la prostration" qui est de tomber face en avant (cette distinction sera mise en évidence un peu plus loin).

Plus loin, Gorman note que certains étaient "sous la puissance". Par cette expression, il veut sous entendre les personnes qui tombent dans l'esprit.

Dans ses nombreuses tentatives pour confirmer que cette expérience est scripturaire, il tord le sens du texte et y adapte ses interprétations personnelles. Par exemple, il cherche à montrer que "le profond sommeil" d'Abram dans Genèse 15/12 indique "une inertie complète de la pensée de l'homme pendant que Dieu parle par son Esprit à son coeur".

Premièrement, le profond sommeil d'Abram n'a aucune commune ressemblance avec la version moderne de "tomber dans l'esprit".

Deuxièmement, le concept de Gorman "de rendre inactive la pensée de l'homme" est une réminiscence de l'enseignement anti scripturaire de Rodney Howard Browne.

 

Examinons ce phénomène à la lumière des Ecritures

 

Gorman cite beaucoup d'autres textes bibliques sur lesquelles nous reviendrons plus loin. Cependant, deux interprétations de sa part sont tellement absurdes que nous les notons ici. Il prétend que les disciples, lors de la Transfiguration, sont tombés dans l'Esprit (Mt 17/6).

Mais il est clairement dit dans le texte qu'ils tombèrent sur leur face et furent saisis d'une grande frayeur. Cela ne ressemble pas aux manifestations que j'ai pu observer dans ces réunions. Deuxièmement, il laisse sous entendre que le geôlier de Philippes est aussi tombé (Ac 16/29). Mais là encore le texte détruit les interprétations de Gorman. Le geôlier, agissant par peur pour sa vie et non pas par peur de Dieu ou à cause de la bénédiction de Dieu, "accourut, et tout tremblant, se jeta aux pieds de Paul et silas".

 

Gorman nous fait une liste, entre autre, des "fruits durables" de cette expérience :

1) une personne a dit avoir reçu une réponse à sa prière

2)une autre a eu une vision du Seigneur

3) une autre dit "toutes les choses de la vie devenaient insignifiantes" et une autre a ressenti un "plus grand amour pour Dieu".

Ces résultats là semblent plutôt temporels que durables et, en supposant qu'ils soient vrais, ils auraient tout aussi bien pu être accomplis par Dieu sans cet aspect théatral.  Dieu a réalisé toutes ces choses dans les Ecritures sans avoir jamais fait tomber quelqu'un à terre.

 

Gorman conclut son message avec ce défi : ...continuons tous de chercher Dieu d'un coeur sincère, même si cela doit entraîner de plus en plus de personnes "à tomber dans l'Esprit" ou à tomber "sous la puissance".

 

Je suis tout à fait d'accord pour chercher Dieu d'une manière sincère, mais je ne pense pas que nous devions rechercher des manifestations non bibliques.

 

Que dit la Parole de Dieu ?

 

Laissons de côté ces arguments historiques (et parfois hystériques). Regardons ce que les Ecritures disent, ou ne disent pas, au sujet d'une telle expérience.

Elles sont la seule autorité en toutes choses. Bien que les adeptes de cette expérience utilisent une large palette de versets bibliques pour justifier "l'authenticité divine" du phénomène, il n'existe pas en fait de références bibliques, ni de précédents, pour "tomber dans l'Esprit"

Plusieurs des cas cités comme preuve spirituelle concernant cette expérience doivent être rejetés, car ceux dans la Bible qui sont tombés en arrière ne sont en fait pas des croyants, mais des hommes irrégénérés.

Quelques hommes, et c'était des prophètes, sont tombés sur leur face devant Dieu, par exemple les prophètes Ezechiel et Daniel et l'apôtre Jean sur l'île de Patmos. Mais chaque fois, il leur fut demandé de se lever immédiatement pour faire ce que Dieu leur demanda de faire (Ez 1/28 et 2/1 ; Da 10/9.11 ; Ap 1/17.19).

Quelques citations utilisées pour justifier leur expérience, sont les gardes du jardin de Gethsémané, les gardes du tombeau et la rencontre de Paul avec le Christ sur le chemin de Damas. Cela devrait être suffisant pour nous montrer que dans ces exemples, les hommes en question n'étaient pas des croyants, de même que l'apôtre Paulqui, à cette époque, était connu comme Saul. Certes dans ce dernier cas, nous voyons là une allusion évidente à un travail de rédemption en train de se faire. Par contre ce que je citerais, comme l'évènement le plus étroitement lié et ressemblant dans la Bible à l'expérience pratiquée actuellement, est l'histoire d'Ananias et Saphira dans Ac 5. Ils sont "tombés dans l'Esprit" pour avoir menti. Ils ne sont jamais revenus à la vie pour nous raconter leurs sentiments euphoriques du moment.

Lors des prmières réunions de Woodworth-Etter, celle-ci fit des commentaires au sujet de ceux qui tombaient sous la puissance. Elle les identifia comme des "moqueurs" et des "railleurs" (des incroyants). De semblables rapports furent aussi faits pendant les réveils du temps de Georges Whitfield et Charles Finney.

 

Partager cet article

Commenter cet article